30 mars 2017

Tayush : comment gérer la diversité convictionnelle ?

18h Pianofabriek. Rue du Fort 35, 1060 Bruxelles

30 mars 2017

La révolution bolivarienne, toujours en marche ?

19h horloge du Sud, 141 rue du Trône, 1050 Bruxelles

30 mars 2017

Grossesse, accouchement : où sont les voix des femmes ?

20h La Maison du Livre. 28 rue de Rome, 1060 Bruxelles

1er avril 2017

Free Ali Aarrass ! Transfert en Belgique maintenant !

12h place de la Monnaie, 1000 Bruxelles

1er avril 2017

Soirée de solidarité avec la lutte des femmes mapuche au Chili

19h Cité Culture. Allée du rubis, 1020 Bruxelles

2 avril 2017

Famili’art Workshop

14h30>18h30. GC Ten noey. rue de la commune 25 - 1210 (...)

3 avril 2017

Assemblée de lutte contre la loi anti-squat

18:30 Centre Social Anarchiste. 21-23 Rue Godecharle, 1050 (...)

4 avril 2017

Conférence : Est-ce que l’OTAN garantit notre sécurité ?

19h CGSP Bruxelles. Rue du Congrès 17-19, 1000 Bruxelles

5 avril 2017

Touche pas à mon toit !

19h, Centre culturel Garcia Lorca - 47 rue des Foulons 1000 (...)

6 avril 2017

Atelier réalisation d’une émission TV

10h Pianofabriek. Rue du Fort 35 - 1060 Bruxelles


Accueil du site > FR > Vidéos > Education

Anniversaire de l’occupation Ebola - 1 an passé mais rien à célébrer ? [SUB NL]

Anniversaire de l’occupation Ebola - 1 an passé mais rien à célébrer ? [SUB NL]

issatou et son enfant dormaient dans la rue jusqu’au jour ou elle a trouver refuge dans un bâtiment à Place Quetelet de Saint-Josse.

Aissatou et son enfant dormaient dans la rue jusqu’au jour ou elle a trouver refuge dans un bâtiment à Place Quetelet de Saint-Josse. Depuis janvier 2015 des sans papiers venant de la Guinée, du Sierra Leone et du Liberia, les trois pays touchés par le virus Ebola, occupent ce bâtiment du collectif EBOLA. Le 4 février 2016, les membres du collectif ont marché à travers les rues de Bruxelles pour "fêter" le 1er anniversaire de l’occupation.

Le virus Ebola a déstabilisé les 3 pays, en plus de la guerre et la répression. Ils se retrouvent dans l’incapacité de retourner dans leurs pays, ils réclament le respect des droits de l’enfant, les droits d’asile ainsi leurs droits fondamentaux mais aussi l’arrêt des expulsions et la régularisation des tous les sans papiers.


Suivre la vie du site fr    ?


Site réalisé avec SPIP