19 février 2017

Cryptoparty au Sacco-Vanzetti

16h Local Sacco Vanzetti. 54 chaussée de Forest, 1060 (...)

21 février 2017

Contre le racisme, outil d’exploitation et d’exclusion sociale

18h CSC - 19 Rue Pletinckx, 1000 Bruxelles

21 février 2017

Présentation du N° 98-99 de la revue Politique

18h45 Librairie Tropismes. Galerie des Princes - 1000 (...)

22 février 2017

Atelier Jardinage à prix libre

14h>17h Parckfar. parc de Tour & Taxis. (accès par le pont du (...)

22 février 2017

Atelier d’écriture : Graines de résistance

18h La Maison du Livre - rue de Rome, 24 - 1060 Bruxelles

22 février 2017

Projection film : The idol (Ya Tayr el Tayer)

18h & 20h30 La Vénerie. Rue Gratès 3 - 1170 Bruxelles

22 février 2017

Ciné-club Abya Yala : « Samuel in the clouds »

19h Au Pianofabriek. Rue du Fort 35 - 1060 Bruxelles

23 février 2017

La critique des médias nous rend-elle aveugles et sourds ?

18h30 CSC. Rue Pletinckx 19, 1000 Bruxelles

23 février 2017

Les femmes et la révolution russe de 1917

19h30 Pianofabriek. rue du Fort 35, 1060 Bruxelles

23 février 2017

DocuLatino Brussels 2017

19h30 Maison De l’Amérique Latine. rue du collège 27, 1050 (...)


Accueil du site > FR > Articles > Infos

Appel à souscription : "Les chaines d’Adil Aattass", une pièce de théâtre inspirée de l’affaire Ali Aarrass

"Les chaines d’Adil Aattass", une pièce de théâtre inspirée de l’affaire Ali Aarrass

"L’histoire s’est ébauchée comme ça, quand Adil Aattass a décidé de quitter la Belgique et de retourner à Dell’ila, l’enclave espagnole de ses jeunes années. Au début, c’était heureux là-bas, au soleil, c’était le temps gai des retrouvailles... Et puis, ça n’a pas duré. Bam. Des cancans chez l’épicier en Belgique, Adil s’est vu sujet d’une arrestation. Ah ! Le voisin de Nassim lui avait pourtant dit de faire gaffe aux cris sur le marché... Et voilà qu’il s’est fait embarqué séance tenante, en préventive pour cause de proximité à la Secte en Armes de Sami Belgrade, groupe terroriste réputé. Il y eut un procès et un verdict : l’innocence du prévenu. « Pas grave ! », répondit l’Etat Espagnol qui l’extrada au Maroc, son deuxième pays légal, bien qu’il n’y ait jamais vécu. Ainsi il eut à goûter les geôles de banlieue de la capitale, à Salé, et à signer de force des aveux falsifiés. Adil prit quinze ans ferme. Le rat, les pétards de balles et l’électricité, tant d’épreuves chevillées au corps. Mais, en dehors des murs, des actions suivirent, guidées par sa soeur Fatiha et sa fille Aïcha. Chez le ministre. Chez l’avocat. Et des lettres. Des inconnus dans un parc... Les tortures sur Adil se sont couplées aux démarches de plus en plus diverses... Il ne fallait plus lésiner, Adil devait sortir de prison..."

http://www.kisskissbankbank.com/fr/...




Suivre la vie du site fr    ?


Site réalisé avec SPIP