Articles

Trump est-il ou non fasciste ? Et fasciste ou non le régime qu’il compte créer ?

Sans vouloir sous-estimer l’importance des traits personnels de Donald Trump, il nous serait pourtant plus utile que la question soit formulée ainsi : Fasciste ou non le régime que Trump et ses amis (...)

Fidel Castro, un panafricaniste fidèle à l’Afrique

Fidel Castro suivait avec beaucoup d’attention l’actualité du panafricanisme. « Le sang africain coule dans nos veines », aimait-il rappeler pour justifier l’engagement de Cuba pour (...)

Des fausses universités belges délivrent des doctorats au Chili

l’Université du Chili a du annuler deux postes de doctorat - qui avaient été reconnus précédemment - de deux hauts fonctionnaires du pouvoir judiciaire.

Mr Obama, avant votre départ, libérez Ana Belén Montes !

Ana Belén Montes, ex-agent de la DIA, ayant pensé et agi selon sa conscience sans chantage, ni compensation économique ou implications pour la sécurité nationale des États-Unis, emprisonnée depuis 15 (...)

Le Venezuela et la rébellion des imbéciles : Je veux tuer Maduro parce qu’il n’y a pas de biscuits Oreo !

Mais, la question que nous nous posons tous, comment Leonardo a fini par créer une telle réclamation absurde et meurtrière à partir de son incapacité personnelle d’acquérir un paquet de (...)

Kalochori, chants des kurdes de Syrie

Amar et ses deux fils, Rody et Ronav, sont des artisans et musiciens de la région d’Afrine en Syrie du nord. Au début de l’année 2016, ils rejoignent l’Europe avec quelqu’unes de leurs affaires, (...)

Ainsi, le journalisme citoyen n’existerait pas ?

Les médias mainstream appartiennent à de grands groupes qui ont des intérêts à défendre, et cette structure de propriété a des effets certains sur la ligne (...)

Quelques commentaires suite aux résultats du plébiscite en Colombie

Afin de comprendre ce que veut dire faire de la politique en Colombie : en 2016, 35 leaders sociaux ont été tués par des sicaires et des paramilitaires.

Noam Chomsky : Pourquoi les Américains en savent-ils autant sur le sport et si peu sur les affaires internationales ?

Une des fonctions que remplit le sport est d’offrir quelque chose qui détourne l’attention des gens des choses importantes...

L’Appel d’Edgar Morin : Changeons de Voie & changeons de Vie

Par les informations de presse, radio, télévisions nous tenons, parfois inconsciemment, à participer au monde. Ce qui devrait accéder à la conscience c’est notre appartenance à (...)

Cuba - USA : Ana Belén Montes, une citoyenne du monde

Le 21 septembre prochain, Ana Belén Montés entamera sa seizième année de détention et cette date coïncide avec la Journée Internationale pour la Paix.

Brussels Airlines, une entreprise indifférente aux droits de l’homme ?

Lettre envoyée à Brussels Airlines, après leur décision de revenir sur le retrait de la fourniture à leurs passagers d’un snack fabriqué dans les colonies israéliennes.

Quelques mots pour l’Italie

En fait, les catastrophes naturelles permettent d’ouvrir les yeux sur le piteux état dans lequel le néolibéralisme laisse nos services de secours, de sécurité et (...)

Évènements qui n’en sont pas pour les médias dominants

Il y a quelques semaines, j’ai pris le temps d’écouter les voix du conseil communal du quartier où je vis. Une réflexion collective sur les hauts et les bas de la démocratie participative, sans filtre, (...)

Penser le Brexit pour panser l’Europe

Le meilleur moyen de battre l’extrême-droite, c’est de ne pas les laisser occuper le terrain du changement. Autre chose doit être proposé, et c’est vers cette altérité que se tourneront peu à peu (...)


Accueil du site > FR > Articles

Armes chimiques, les vérités cachées sur les arsenaux et sur la Convention

Syrie armes chimiques

Le martèlement politico-médiatique sur les armes chimiques de la Syrie, qui selon les « preuves » secrètes de la Cia auraient été utilisées par les forces gouvernementales, génère l’impression diffuse que la Syrie soit désormais la seule à posséder de telles armes et qu’elle menace avec elles le reste du monde. Puissance des armes de destruction de masse, capables de focaliser l’attention de l’opinion publique sur un point singulier, en faisant disparaître tout le reste.

Ce fut l’Allemagne qui utilisa la première les armes chimiques en 1915-17 : chlore liquide et phosgène, puis gaz vésicatoire et asphyxiant Mustard (ou ypérite). En riposte, la Grande-Bretagne et la France produisirent elles aussi ce gaz létal. Le gaz nervin Tabun, qui provoque la mort par asphyxie, fut découvert en 1936 par des chercheurs de la société allemande I.G. Farben (celle-là même qui produisit le Zyklon B, utilisé dans les chambres à gaz). En 1936 l’Italie utilisa en Ethiopie des armes chimiques, déjà employées en Libye en 1930. En Allemagne, on produisit des agents chimiques encore plus létaux, le Sarin et le Soman. Ceux-ci ne furent pas utilisés par Hitler, probablement par qu’au début de la guerre il craignait une rétorsion des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne, qui avaient de gros arsenaux chimiques, et dans la phase finale, parce qu’il ne lui restait plus assez d’avions pour l’attaque. Pendant la guerre froide la course aux armes chimiques accéléra avec la découverte du gaz nervin le plus toxique, le VX, dont la production commença en 1961 aux USA. Furent ainsi produites les premières armes chimiques binaires : projectiles, bombes et têtes de missiles qui contiennent deux composants chimiques séparés, et donc relativement inoffensifs, lesquels en se mélangeant pendant la trajectoire se combinent en une substance toxique. Usa et URSS accumulèrent les arsenaux chimiques les plus grands et plus létaux. Mais le « club chimique » s’élargit rapidement à d’autres pays.

La guerre froide finie, est entrée en vigueur en 1997 la Convention sur les armes chimiques, qui en interdit l’usage et institue la destruction des arsenaux existants. Mais seize années plus tard, autant les Etats-Unis que la Russie n’ont encore détruit complètement leurs arsenaux, car ils n’ont pas observé les cadences instituées. Selon les données officielles, les USA conservent environ 5 500 tonnes d’armes chimiques. La Russie en a beaucoup plus, environ 21 500, héritées des arsenaux soviétiques. Une évaluation simplement quantitative est cependant trompeuse : Etats-Unis, Russie et d’autres pays technologiquement avancés gardent la capacité de construire des armes chimiques binaires sophistiquées et unissent toujours les manœuvres de guerre nucléaire avec celles de guerre chimique. Mais même si l’on ne s’en tenait qu’à la dimension quantitative, les Etats-Unis, qui conduisent la campagne contre les armes chimiques en Syrie, en possèdent environ 6 fois plus : selon une estimation de l’intelligence française, probablement gonflée (l’estimation, pas l’intelligence française, Ndt) la Syrie aurait environ 1 000 tonnes d’agents précurseurs chimiques (substances pouvant produire des armes chimiques).

Pourquoi la Syrie n’a-t-elle pas signé la Convention sur les armes chimiques ? La réponse, en termes essentiels, est : parce que les armes nucléaires israéliennes sont pointées sur elle. Et pas que ça. Israël a aussi construit depuis les années 1960 un arsenal sophistiqué d’armes chimiques. Mais, tout comme son arsenal nucléaire, il reste secret car Israël a signé mais pas ratifié la Convention sur les armes chimiques. Selon un rapport de Foreign Policy, fondé sur un document de la Cia, des recherches poussées sur les armes chimiques furent menées au Centre israélien de recherche biologique et ces armes furent produites et stockées dans le désert du Néguev, à Dimona, où on produit aussi des armes nucléaires. Même le Jérusalem Post le rapporte. Et même si Israël n’avait pas conservé cet arsenal, écrit la revue spécialisée Jane’s, il possède la capacité de « développer en quelques mois un programme d’armes chimiques offensives ». On comprend ainsi pourquoi l’Egypte aussi n’ait pas signé la Convention sur les armes chimiques.

Etats-Unis et Israël n’ont jamais violé officiellement l’interdiction de l’utilisation d’armes chimiques, puisque l’agent chimique Orange à la dioxine, massivement utilisé par les USA au Vietnam, et les bombes chimiques au phosphore blanc utilisées par les USA en Irak, Yougoslavie, Afghanistan et Libye, et par Israël à Gaza, ne sont pas considérées comme des armes chimiques.

Une consolation pour les familles qui ont vu leurs enfants naître malformés par l’agent Orange ou mourir brûlés par le phosphore blanc.

Manlio Dinucci
Source de l’article : Edition de jeudi 12 septembre de il manifesto
Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio

Edition de jeudi 12 septembre de il manifesto

http://www.ilmanifesto.it/area-abbo...

Traduit de l’italien par Marie-Ange Patrizio




Suivre la vie du site fr    ?


Site réalisé avec SPIP