Documents

Wim Wenders : La Logique des images

Une fois que le langage du cinéma a été mis au point, il a pris son autonomie et il a quitté le terrain d’où il venait — à savoir la définition effective de la réalité, la présentation de l’extérieur dans (...)

Andrzej Wajda : Le découpage, hier et aujourd’hui

Au cours des années 1950, celles de ma jeunesse, l’équipe du film fêtait le centième clap. Personne ne s’aperçoit aujourd’hui que l’on a dépassé le cinq centième. La quantité des prises s’est énormément (...)

Sermon de Wajda aux élèves-cinéastes de Lodz

Il y a deux choses que vous devez savoir : dois-je tourner de près ou de loin, dois-je m’attarder ou non sur ce plan ? Si vous avez la réponse à ces questions, vous pouvez tout (...)

Ronnie Ramirez. Debout, caméra au poing

Notre envie est de stimuler ceux qui se mobilisent, de faire prendre conscience à la société civile qu’elle doit s’approprier un média sous peine d’être dépossédée de son (...)

ZIN TV : un projet média pour une vraie représentation et une diversité de regards

Recueil à partir d’un entretien réalisé avec trois acteurs de Zin TV (Anne-Sophie Guillaume, Ronnie Ramirez et Maxime Kouvaras)

Joris Ivens, Borinage

Le cinéaste doit d’abord être indigné devant l’exploitation de l’homme par l’homme, avant de chercher le bon angle de vue pour filmer la saleté et la vérité.

Joris Ivens, Moscou 1930-1932

J’avais rencontré là un problème qui devait se poser bien souvent par la suite : comment filmer des hommes au travail ? Comment restituer leur effort ou leur habileté en évitant d’utiliser les effets (...)

Joris Ivens et le passage au 16 synchrone

J’ai abandonné le format 35 mm avec lequel j’avais réalisé tous mes films et je me suis lancé dans l’aventure du 16 mm sonore. Pour moi c’était une véritable révolution. En même temps, j’en ai aussi senti (...)

Confessions techniques de Pasolini

Rien n’est jamais acquis une fois pour toutes. Écrire des livres, tourner un film, vous donne chaque fois une peine terrible et disproportionnée. Les crises donnent toujours l’impression, après, (...)

Cinéma parallèle

La préoccupation la plus aigüe est la survie du cinéma parallèle. Né sous l’effet de la guerre d’Algérie, il ne faudrait pas qu’il disparaisse avec elle.

Dove, une image qui trompe énormément

Dove a-t-il réellement voulu diffuser un clip raciste ? Plutôt étrange de la part d’une entreprise attachée à la promotion de la diversité.

UZIN, la fabrique des idées. On en parle avec ZIN TV

Décoder une image, c’est s’interroger sur quand elle a été créée, qui l’a créée, et à qui elle est adressée. Ancrer dans un contexte historique, c’est essentiel.

Entretiens. Zin TV : Télévision alternative

Zin TV est une WebTV collaborative, trait d’union entre le tissu associatif et les citoyens. Son équipe couvre l’actualité au-delà de tout formatage et mène une réflexion continue sur l’indépendance des (...)

L’info télé, scénario du déjà-vu, entretien avec Gérard Leblanc

La scénarisation de l’information est très proche du modèle judiciaire : on part presque toujours d’une infraction à un ordre présumé normal du monde.

Le Jeune Karl Marx, de Raoul Peck. Des jeunes en colère

Le capitalisme a toujours su faire de nous des individus indécis. C’est le but de sa méthode : nous faire comprendre que nous ne sommes pas un corps collectif, mais des individus qui ont chacun leur (...)


Accueil du site > FR > Documents Formation

Indécente réhabilitation de Leni Riefenstahl

Article de Lionel Richard, paru dans "Le Monde diplomatique" (octobre 2002)
Son article, que nous reproduisons ci-dessous dans son intégralité, peut être consulté dans son édition originale

Indécente réhabilitation de Leni Riefenstahl

Le 22 août 2002, Leni Riefenstahl atteignait l’âge de 100 ans. Événement si considérable que, d’un bout du monde à l’autre, la communication médiatique internationale n’a pas manqué d’en répercuter l’écho. Cette marche au pas fut orchestrée avec la sortie sur les écrans de sa dernière oeuvre : « Impressions sous-marines ». Et nous voilà bombardés des expressions stéréotypées de circonstance, la toute nouvelle centenaire étant présentée comme une "éternelle jeune fille", une "figure mythique", une "légende vivante", une "aventurière fabuleuse" !…

Dans les nombreux entretiens qu’elle a accordés après la guerre, ainsi que dans ses Mémoires de 1987, l’ancienne égérie de Hitler s’épuise à s’autojustifier. Certes, elle a été fascinée par le Führer dès 1932 et elle a cru en la politique national-socialiste. Mais elle n’a jamais été raciste, elle n’a jamais travaillé pour la propagande nazie, elle ignorait tout de la répression contre les antifascistes, les persécussions contre les juifs, les Tsiganes, et sa seule préoccupation a toujours été la Beauté.

Soupçon d’infamie

Pour la réalisation de « La lumière bleue », son premier film, en 1931, elle avait demandé à l’écrivain hongrois et théoricien du cinéma Béla Balász, émigré en Allemagne, de l’aider à venir à bout de son scénario. Au début de 1933, comme il n’a toujours pas été payé pour ce travail et qu’il s’installe à Moscou, il lui réclame son dû. Comment réagit-elle ? Le 11 décembre 1933, elle donne “pleins pouvoirs” au dirigeant nazi le plus agressivement antisémite, Julius Streicher, avec qui elle s’est récemment liée d’amitié lors du tournage, à Nuremberg, de « La victoire de la foi ». Elle lui confie la mission de régler la “réclamation” formulée par "… le juif Béla Balász" (sic).

Le litige, on s’en doute, était en de bonnes mains. Qui plus est, la cinéaste, s’avisant de ressortir « La lumière bleue » en 1938, a profité d’une nouvelle copie pour enlever la mention de la collaboration de Balász comme co-scénariste. Le film, qui perd aussi dans son générique le nom de son producteur, Harry Sokal, un autre “juif”, devient ainsi jusqu’à sa troisième copie, en 1953, "… une légende de la montagne, racontée et mise en images par Leni Riefenstahl".

L’autre affaire concerne « Bas-pays ». En octobre 1940, puis en septembre 1941, son scénario exigeant des Espagnols, elle leur substitua des Tsiganes sélectionnés dans un camp, à Maxglan, près de Salzbourg. Elle a toujours nié s’être rendu à Maxglan. Elle a intenté à ce sujet, après 1945, deux procès en diffamation qu’elle a gagnés. Mais elle est loin d’avoir été lavée, pour autant, du soupçon d’infamie.

Le jour de son centenaire, le parquet de Francfort annonçait qu’une plainte avait été déposée contre elle par l’association des Tsiganes de Cologne. Motif : atteinte à la mémoire des victimes raciales du nazisme. En avril 2002, au cours d’un entretien avec un journaliste du quotidien Frankfurter Rundschau, elle avait prétendu que le groupe des Tsiganes utilisés pour « Bas-pays » n’avait compté aucune perte. Or, selon les auteurs de la plainte, plus de la moitié de ces Tsiganes, travailleurs forcés, ont été déportés à Auschwitz, où ils sont morts.

L’Histoire devrait-elle enfin laisser Leni Riefenstahl en paix ? La célébration de son centenaire apparaît un peu trop, en tout cas, comme l’apogée d’une réhabilitation. En 1966, en dépit des protestations des associations juives, une rétrospective de ses films fut organisée au Musée d’art moderne de New York. En 1973, à Telluride, dans le Colorado, elle fut l’invitée d’honneur du premier festival “féministe” de cinéma. Raison avancée : hommage était rendu au “génie” de l’artiste, non à l’individu qui avait pu adopter certaines positions politiques. Ensuite, les rituels de reconnaissance au ; de la cinéaste sont allés bon train. Le succès de son livre de photos sur la tribu soudanaise des Noubas lui apporta une immense publicité. Exaspérée par le "… flot d’articles et d’entretiens respectueux dans les journaux et à la télévision", l’essayiste américaine Susan Sontag dénonça la nature fasciste de son esthétique. [1]

Un pacte avec Hitler

La chaîne franco-allemande Arte ne pouvait rester à l’écart – elle avait déjà diffusé en 1993, pour les 90 ans de Mme Riefenstahl, une apologie de Ray Müller en trois heures. A son catalogue de vente figurent, par ailleurs, six vidéocassettes, soit près de douze heures d’images, visant à faire connaître l’oeuvre de l’une des "… personnalités les plus importantes et les plus controversées de l’histoire du cinéma". Le 15 août, les téléspectateurs français ont donc eu droit à une soirée Thema concoctée par Alexander Bohr pour la chaîne allemande ZDF. Avec quelques moments mémorables…

Devant les étagères d’archives conservées par Leni Riefenstahl, la journaliste Sandra Maischberger lui demande, en voyant un dossier sur les Tsiganes qui ont servi de figurants dans « Bas-pays » : "Pourquoi gardez-vous donc tous ces papiers ?" Réponse : "Parce qu’il y a eu aussi des éléments négatifs dans ma vie...". Aveu de culpabilité ? Pas le moins du monde : la cinéaste évoque simplement le tracas des procès qu’elle a dû entreprendre contre ceux qui, estime-t-elle, la diffamaient. Les téléspectateurs n’en sauront pas plus. En tout, vingt secondes. On en restera là pour les Tsiganes.

Les propos sur le nazisme et sur les films qu’elle a tournés à partir de 1933 étaient presque aussi expéditifs. « Le triomphe de la volonté » n’a rien de politique, dit-elle. Comme en 1936 avec Olympia, son film en deux volets sur les Jeux olympiques, elle ne s’est résolue à y travailler qu’en vertu d’un pacte avec Hitler : liberté lui serait donnée, par la suite, de se consacrer à ses projets personnels. En résumé, il convient de voir en elle une victime du nazisme.

Le pire, c’est l’occultation complète, par cette soirée Thema, du contexte historique dans lequel s’est effectuée sa carrière. Contrairement à ses allégations, tous ses films de l’époque nazie ont été financés par les institutions officielles, et tous, à l’exception de « Bas-pays », resté inachevé en 1945, ont reçu l’aval du ministère de la propagande.

Estampiller ces films comme chefs-d’oeuvre artistiques est une insulte aux grands pionniers du cinéma mondial. On minimise les moyens à la disposition de la réalisatrice, et les acquis antérieurs du cinéma allemand qu’elle a intégrés à la machinerie de la propagande nazie. Quel est son apport personnel ? Un esthétisme fabriqué d’un arsenal rhétorique de procédés : sublimation des critères classiques de beauté, exaltation de la force et de l’énergie, virtuosité des puissances de suggestion et de séduction…

Arte s’est bornée à diffuser deux films qui n’avaient pas été réalisés sous le IIIe Reich. Les limites du talent de Leni Riefenstahl n’en apparaissent que mieux. « La lumière bleue », qui n’a pas eu le succès que lui prêtent ses hagiographes, est surtout du kitsch néoromantique. Quant à « Impressions sous-marines », le tout dernier-né, fondé sur la fascination exercée par la prétendue beauté des poissons, c’est un mouvement continu d’images qui devrait se révéler excellent pour endormir les enfants.

Non, la reconnaissance des valeurs culturelles n’est pas compatible avec l’amnésie. Leni Riefenstahl a beau proclamer, afin de justifier les prises de vue de ses cameramen dans les fonds marins, que son intention est de pousser à la protection de la nature, elle a trop failli devant la primordiale protection des êtres humains pour que lui soit octroyée, même en son grand âge, l’auréole d’une "conscience humaniste".

Digne d’admiration, elle ne l’est ni par sa vie ni par ses films. Elle l’est par sa vitalité, sa volonté, sa résistance physique, et par sa chance d’avoir maintenant passé, toujours solide et sans que ses facultés intellectuelles soient manifestement amoindries, le cap des cent ans. Est-ce quelque chose qui mérite un concert médiatique à tous vents ?

Lionel Richard
Professeur émérite à l’université de Picardie, est l’auteur de l’essai « Le Nazisme et la Culture », éditions Complexe, Bruxelles, 2001.
source de l’article : l’encinematheque

Pour aller plus loin : Le triomphe de Riefenstahl, entretien avec Thierry Odeyn

[1] Fascinant Fascisme est le titre provocateur d’un essai de Susan Sontag, publié en 1975 (Sous le signe de Saturne, Seuil, 1985), dont le retentissement fut important dans la communauté de ceux qui s’intéressaient aux rapports entre l’éthique et l’esthétique, ou à la signification politique du mouvement de libération sexuelle. Sontag essayait de mettre en évidence l’influence insidieuse et persistante de l’esthétique fasciste dans la vie sexuelle des sociétés démocratiques, influence qui s’exprimait, d’après elle, dans l’attraction de plus en plus répandue pour les relations sadomasochistes et la quincaillerie érotique qui les accompagne.



Suivre la vie du site fr    ?


Site réalisé avec SPIP