Documents

Joris Ivens, Borinage

Le cinéaste doit d’abord être indigné devant l’exploitation de l’homme par l’homme, avant de chercher le bon angle de vue pour filmer la saleté et la vérité.

Joris Ivens, Moscou 1930-1932

J’avais rencontré là un problème qui devait se poser bien souvent par la suite : comment filmer des hommes au travail ? Comment restituer leur effort ou leur habileté en évitant d’utiliser les effets (...)

Joris Ivens et le passage au 16 synchrone

J’ai abandonné le format 35 mm avec lequel j’avais réalisé tous mes films et je me suis lancé dans l’aventure du 16 mm sonore. Pour moi c’était une véritable révolution. En même temps, j’en ai aussi senti (...)

Confessions techniques de Pasolini

Rien n’est jamais acquis une fois pour toutes. Écrire des livres, tourner un film, vous donne chaque fois une peine terrible et disproportionnée. Les crises donnent toujours l’impression, après, (...)

Cinéma parallèle

La préoccupation la plus aigüe est la survie du cinéma parallèle. Né sous l’effet de la guerre d’Algérie, il ne faudrait pas qu’il disparaisse avec elle.

Dove, une image qui trompe énormément

Dove a-t-il réellement voulu diffuser un clip raciste ? Plutôt étrange de la part d’une entreprise attachée à la promotion de la diversité.

UZIN, la fabrique des idées. On en parle avec ZIN TV

Décoder une image, c’est s’interroger sur quand elle a été créée, qui l’a créée, et à qui elle est adressée. Ancrer dans un contexte historique, c’est essentiel.

Entretiens. Zin TV : Télévision alternative

Zin TV est une WebTV collaborative, trait d’union entre le tissu associatif et les citoyens. Son équipe couvre l’actualité au-delà de tout formatage et mène une réflexion continue sur l’indépendance des (...)

L’info télé, scénario du déjà-vu, entretien avec Gérard Leblanc

La scénarisation de l’information est très proche du modèle judiciaire : on part presque toujours d’une infraction à un ordre présumé normal du monde.

Le Jeune Karl Marx, de Raoul Peck. Des jeunes en colère

Le capitalisme a toujours su faire de nous des individus indécis. C’est le but de sa méthode : nous faire comprendre que nous ne sommes pas un corps collectif, mais des individus qui ont chacun leur (...)

Donald l’imposteur, le retour

Ariel Dorfman : Cela m’intrigue énormément de constater que nos idées, forgées dans la chaleur et l’espérance de la révolution chilienne, ont fini par arrive ici au moment même où certains USAméricains (...)

Nouvel entretien avec Fritz Lang (1964)

On doit, certes, combattre en vue d’un résultat, mais un résultat n’est jamais définitif, n’est pas le terme du combat. Si vous avez atteint quelque chose, ce n’est pas une raison pour vous arrêter là. (...)

Manifeste de la Permanence Vidéo des Luttes Sociales

Afin d’ouvrir une brèche dans le paysage audiovisuel nous nous avons mis en place un axe informatif et participatif au sein de ZIN TV qui accompagne et stimule les mouvements (...)

Le journal de David Holzman

David Holzman n’existe pas. Devant la caméra, un acteur a endossé ce rôle et la réalisation assurée par Jim McBride, débutant là une carrière dont la visibilité sera réelle dans les années quatre-vingt. (...)

Histoire du cinéma nazi de Francis Courtade et Pierre Cadars

il n’est guère question d’oublier que le cinéma nazi a d’abord été nazi. Les auteurs précisent la différence entre "cinéma de divertissement" et "films de propagande" plus ou moins directs "où l’idéologie (...)


Accueil du site > FR > Documents Formation

L’info télé, scénario du déjà-vu, entretien avec Gérard Leblanc

On connaît tous cette sensation. Un soir, on regarde un journal à la télévision. Et que voit-on ? Rien. Ou si peu. Que comprend-on ? Rien. Ou si peu. Des morts en Algérie, des manifs qui se ressemblent, des crimes ou des massacres qui se répètent, des images, des brèves, des « sujets » qui s’entassent au fond de notre cerveau comme dans un évier bouché. D’où cela vient-il ? Dans son livre Scénarios du réel [1], Gérard Leblanc, chercheur en cinéma et communication à Paris III, explique que la télévision (mais aussi le cinéma, la presse écrite, voire la poésie) fonctionne selon un modèle scénaristique dominant qui empêche une bonne compréhension de la réalité.

Jusqu’à maintenant, on nous a surtout dit de nous méfier des images, du risque de leur manipulation" Et vous, vous nous dites qu’il y a plus inquiétant : la scénarisation de la réalité par la télévision.

D’abord, le mot « scénario » est l’un des plus prononcés dans l’information télévisée. On l’utilise aussi bien pour décrire une situation au présent qu’une situation au passé. Pour un hold-up, on dira : « Le scénario s’est réalisé comme les malfrats l’avaient prévu. » Ce n’est pas un hasard. Tandis qu’au cinéma, le scénario se résorbe dans l’image et la mise en scène, à la télévision c’est l’inverse : l’image disparaît derrière le scénario. Plus les images sont insignifiantes, plus les informations sont insuffisantes, plus la télévision scénarise.

Ce n’est pas nouveau. Depuis le traitement médiatique de la Guerre du Golfe, l’idée a été rebattue" Oui, mais parce que la guerre du Golfe fut un type de scénarisation exemplaire. On nous a raconté la guerre du Golfe comme on nous raconte un conte : il était une fois un Golfe arabe où la paix régnait. Un jour, un grand méchant loup, Saddam Hussein, a voulu dévorer un tout petit animal, le Koweit. Il a fondu sur lui pour le dévorer. Mais heureusement les forces du bien ­ les Alliés ­ se sont interposées pour le sauver. Il y a eu retour à un ordre initial qui n’aurait jamais dû être perturbé.

Où est le problème ?

Cette scénarisation classique, qui vient du fond des âges et qui domine la télévision, contribue à endormir la vigilance du téléspectateur. Comme si la paix avait toujours régné dans cette région du monde ! En fait, il me semble que la scénarisation de l’information est très proche du modèle judiciaire : on part presque toujours d’une infraction à un ordre présumé normal du monde. On montre toujours l’infraction à la règle, sans jamais s’interroger sur la règle ou sur l’ordre qui préexistait à l’infraction. Prenez la corruption, par exemple : on aura les yeux fixés sur Tapie ou sur un autre, mais la question de savoir pourquoi un homme politique honnête devient malhonnête ne sera jamais abordée.

Vous voulez dire qu’il y a une sorte de travestissement de la réalité par les journalistes de télévision ?

Il y a une conception de l’actualité comme l’éternel retour du même. Chaque hiver, les inondations se répètent. Chaque jour, les morts s’ajoutent aux morts, les massacres aux massacres, comme en Algérie. Ce ne sont pas des faits nouveaux. Ce sont des nouveaux faits. Or il faudrait passer plus de temps à construire les faits nouveaux, à dégager leur singularité, plutôt qu’à accumuler les faits qui n’apportent aucun élément nouveau. Car enfin : qu’est-ce qui ressemble le plus à un journal télévisé si ce n’est un autre journal télévisé ! Depuis 1964, il y a comme un seul et même journal, différent dans son habillage et ses présentateurs, mais toujours avec la même structure. Le reflet d’une actualité tragique : le monde est chaotique et l’homme n’y peut rien.

Ce sont les journalistes qui produisent ces scénarios dominants, comme ce journaliste de télévision qui disait : « un reportage de télévision, c’est très simple : il y a toujours une victime, un bourreau et un sauveur »" ?

Il y a chez eux une intégration qui n’est pas toujours consciente des mécanismes scénaristiques. C’est donc difficile de parler de manipulation. Lors d’une recherche, sur une catastrophe, j’accompagnais une équipe de télévision et le journaliste écrivait déjà son commentaire avant même que les images n’arrivent. Ils savaient ce qu’elles seraient, ils les avait déjà dans la tête. De la même façon, les agences de télévision qui avaient filmé ces images savaient certainement quels mots y seraient associés. Quand on dit reportage aujourd’hui, à la télévision, ce sont des codes, des images de lieux, des bribes d’interviews, donnés pour le réel. Or ils ne sont que le réel du reportage.

Oui mais comment faire ? Un journaliste n’est pas un auteur de documentaire, un historien ou un anthropologue. Et on n’a pas encore inventé la machine à enregistrer la réalité vraie ?

C’est une question de construction. Autrement dit : comment ne pas plaquer des grilles a priori sur ce qu’on filme, sur ce qu’on décrit. Comment être en position de découverte et inventer de nouvelles formes de récit ? Les journalistes sont parfaitement à même de le faire. Cela commence par écarter le plus possible le recours aux stéréotypes. Ainsi, à chaque fois qu’on s’éloigne de l’infraction, on découvre des nouvelles formes, même dans les journaux de TF1. Et comme par miracle, le langage devient plus inventif, moins langue de bois. Il faut pouvoir chercher ses mots. Or aujourd’hui, on interdit à la télévision de chercher ses mots, de chercher ses images.

C’est bien gentil, mais un journaliste télé doit ramener des images à tout prix pour le 13 ou 20 heures. Il n’a pas le temps du chercheur.

Ce n’est pas une question de temps. C’est une question de formation, de préparation. Il n’y pas de fatalité. Dans M. le Maudit de Fritz Lang, il n’y a pas d’explication ethnologique ou scientifique, il y a juste une énigme singulière, un mystère bien raconté. Or à la télévision, un crime est toujours présenté selon un schéma : « Dans ce pavillon, un homme a tiré sur sa famille », suivi d’une interview du voisin du genre « on ne l’aurait jamais cru capable de faire cela" ». Or chaque crime est un mystère. L’information doit nous dire que rien n’est évident, malgré le caractère répétitif de certains faits. C’est presque une démarche poétique : retrouver le mystère de la première fois dans un monde usé. C’est Francis Ponge, essayant de décrire un galet, un savon, des choses très banales. Il faut scénariser l’information dans l’ordre de la découverte, et non du déjà vu.

Emmanuel PONCET
Source : Libé, 5 mai 1997

Illustrations de Nam June Paik

[1] Scénarios du réel - L’Harmattan, tome I et II, 130 francs chacun.



Suivre la vie du site fr    ?


Site réalisé avec SPIP