Documents

Revue de presse sur Kery James, rappeur Français

Kery James s’adresse à la « France islamophobe » et aux « racistes à la tolérance hypocrite » , plongeant dans le passé colonial de la France et sa « mémoire sélective (...)

La Poésie comme forme de résistance, par Linton Kwesi Johnson

Mon attirance était pour toutes poésies qui faisaient part de l’expérience des noirs. La poésie qui émergeait des luttes anti-coloniales ! La poésie qui était sous forme de résistance contre l’oppression (...)

Entretien d’un officier général « cyberdéfense » à l’état-major des armées en France

Une arme informatique c’est un vecteur et c’est une charge. Pour concevoir un cyber-missile il faut savoir par ou il doit passer. Des entreprises se spécialisent sur ce type de (...)

Rap domestiqué, rap révolté

Une telle radicalité à fleur de voix ne peut, bien entendu, trouver le chemin des ondes, qui privilégient des versions pasteurisées où sont scandées des revendications (...)

Aimé Césaire : Le racisme commence avec la colonisation car il a fallu légitimer cette entreprise

émission enregistrée en 1966, "Aimé Césaire et l’Afrique", l’homme politique, poète et dramaturge explique comment il conçoit les différences entre les noirs et les blancs : celles-ci ne sont pas (...)

La parole du zappeur, entretien avec Serge Daney

Et puis c’est une machine qui, contrairement au cinéma, marche à la nervosité et non pas à l’amour : Le caméraman filme le pape comme il filmerait un extincteur.

Pour un art révolutionnaire indépendant

En défendant la liberté de la création, nous n’entendons aucunement justifier l’indifférentisme politique et qu’il est loin de notre pensée de vouloir ressusciter un soi-disant art « pur » qui (...)

Affaiblir l’image du terrorisme

Lire la presse en 1914-1918, c’est faire face à une information officiellement tronquée et aménagée, pour des raisons psychologiques aussi bien que stratégiques, qui conduisent par exemple à minimiser (...)

Théâtre et cinéma selon André Bazin

Le cinéma apaise le spectateur, le théâtre l’excite. Le théâtre même lorsqu’il fait appel aux instincts les plus bas, empêche jusqu’à un certain point une mentalité de foule (…) car il exige une conscience (...)

La télévision d’auteur : une utopie ?

Communiquer des savoirs, enseigner l’histoire, la géographie, les architectures de la pensée, montrer les époques révolues pour apprendre quelque chose sur l’actualité, réfléchir sur la littérature, (...)

Indécente réhabilitation de Leni Riefenstahl

L’Histoire devrait-elle enfin laisser Leni Riefenstahl en paix ? La célébration de son centenaire apparaît un peu trop, en tout cas, comme l’apogée d’une réhabilitation.

Confondre l’ennemi sans se confondre avec lui. Par François Niney

Comment filmer quelqu’un, l’interroger, étant entendu tout de même qu’on ne saurait s’entendre ?

Ceci est une pipe

Le glissement de la notion de scandale qui, ayant éprouvé ses limites et son inefficacité historique dans le champ du sexe, devra s’incarner ailleurs pour rester (...)

Comment prendre le pouvoir sans être pris par le pouvoir ?

Le succès de La Tuerka est tel que très vite toutes les grandes chaînes de télévision s’arrachent Pablo Iglesias pour le confronter aux polémistes les plus cuirassés du pays dans des débats où il fait (...)

La Tuerka, une émission de débat politique de PODEMOS

Avec la Tuerka, l’extrême gauche espagnole tient sa télé. « Une sorte de catalyseur de la vaste mouvance des Indignés, qui permet de véhiculer la révolte, le désarroi, les analyses (...)


Accueil du site > FR > Documents Formation

Le triomphe de Riefenstahl, entretien avec Thierry Odeyn

Nous publions ici, avec l’aimable autorisation de la revue Espaces de Libertés, N° 345, septembre 2006. Cet entretien nous semble fondamental pour sa pertinence et qui remets à leur place, les pratiques répandues dans le milieu cinématographique.

Quand la pub, la com et l’info font leur cinéma…

Celle qu’on appelait « l’égérie de Hitler », la cinéaste allemande Leni Riefenstahl –décédée en 2003 à l’âge de 101 ans– se disait apolitique et affirmait n’être préoccupée que par la Beauté. Malgré une « indécente tentative de réhabilitation »(1) de plusieurs décennies, les historiens, mettant en évidence la participation active et consciente de la sympathisante nazie à la machine de propagande du IIIe Reich, ont réduit ces allégations à néant. Mais les aspirations esthétiques ne servent-elles pas souvent de justificatif à ceux –artistes, communicateurs, journalistes…– qui prétendent être indifférents aux messages qu’ils font passer dans l’opinion ? L’art et le talent excuseraient-ils tout ? N’auraient-ils rien à voir avec le pouvoir ? Dispenseraient-ils d’agir en conscience alors que toute création change le monde ? L’opinion du cinéaste Thierry Odeyn, professeur (2) à l’INSAS.

Thierry Odeyn, qu’est-ce qu’un cinéaste ?

Le cinéaste est un citoyen qui exprime sa pensée au travers de cet objet singulier fait de sons et d’images qu’est un film. Ce film se situe donc entre l’univers intérieur de son réalisateur et l’univers extérieur lequel celui-ci se situe : le contexte économique, social, politique, culturel… qui l’entoure et qui l’influence de manière inévitable. Il est essentiel que le spectateur ait conscience de ce fait afin d’être à même de prendre une distance critique suffisante par rapport au spectacle cinématographique qui lui est proposé. Le spectateur, en somme, doit savoir d’où le cinéaste parle.

Mais il n’y a pas que le spectateur qui doit être clairvoyant. Si sa fiction modifie la réalité, le réalisateur doit-il, lui aussi, savoir ce qu’il fait ?

Comme un peintre, comme un journaliste, un auteur de films –du moins s’il ne fabrique pas du pur divertissement– est riche de ses thématiques : chacune de ses œuvres en est une déclinaison. Mais le récit qu’il va construire pour permettre à ses thématiques de s’exprimer va effectivement imprégner, changer le mental du spectateur. Le récit n’est jamais une question de pure forme : le système formel utilisé par le réalisateur a été choisi par lui parce qu’il lui paraît en adéquation avec le fond qu’il veut exprimer. Cela implique, de fait, dans son chef, une responsabilité citoyenne. Récemment, de grandes chaînes de télévision ont diffusé un long documentaire de Ray Muller sur Leni Riefenstahl. Riefenstahl a joué un rôle important dans la fabrication de l’image publique du national-socialisme en Allemagne et à l’étranger. Or dans le film de Muller, Riefenstahl s’attache à nous persuader que seule la forme compte pour elle, qu’elle a parlé du nazisme comme elle aurait pu parler de petits pois et que son fameux film sur les grands rassemblements de Nuremberg, « Le triomphe de la volonté », n’avait rien de nazi, ni d’antisémite. C’est totalement faux ! Dans la séquence des discours des dignitaires du régime, Riefenstahl filme Julius Streicher, directeur du journal anti-juif « Stürmer » et principal animateur de la propagande antisémite, qui y proclame qu’une nation inattentive à la pureté de sa race périt !

Une nécessaire fragilité

Le film de Muller a suscité, dans l’opinion, pas mal de sympathie pour Leni Riefenstahl.

Et c’est logique. Muller nous donne à voir Riefenstahl comme une héroïne : une artiste préoccupée seulement d’esthétique et qui fait ainsi son chemin dans un régime connu pourtant pour son machisme virulent. Ceci nous ramène à notre point de départ sur la nécessaire clairvoyance du spectateur : pour dépasser la sympathie instinctive suscitée dans le public par le film de Muller, il faut, à la fois, être armé pour décoder le système d’autodéfense de la réalisatrice et comprendre que ce système a été favorisé par son biographe.

Qu’en est-il ici de la responsabilité des cinéastes ?

Faire du cinéma, c’est se déplacer avec une caméra pour prélever des traces du monde. Cette opération implique une confrontation inévitable du réalisateur avec la réalité. Avec l’autre. Tout film porte la trace de cette qualité relationnelle : si le cinéaste regarde l’autre comme un ennemi, le plan où apparaît cet autre s’en ressentira. Autrement dit, le lien entre celui qui filme et celui qui est filmé est empreint d’une nécessaire fragilité. Mais cette vulnérabilité de la relation du réalisateur avec l’autre est souvent un vecteur de qualité.

Lorsque Jean-Luc Godard tourne « Vivre sa vie », l’actrice qui y joue le rôle de l’héroïne, la prostituée Nana, n’est autre que son épouse Anna Karina. Mais le couple alors est à la dérive, et cette crise conjugale va donner au film d’extraordinaires accents de vérité qui feront de « Vivre sa vie », un des plus beaux films de Godard. Nier ce rapport à l’autre, démentir ce surgissement toujours possible du réel et la perte de la part de maîtrise qu’il implique, c’est oublier qu’un film n’est rien d’autre que la trace plus ou moins documentée du rapport de son auteur au monde et qu’il engage nécessairement celui qui le réalise.

Comment distinguer un film d’auteur d’un film de propagande ?

Le critère distinctif est précisément cette absence de confrontation d’un individu avec le réel. Un film de propagande repose sur une maîtrise totale de l’écriture du réel. Le discours –le plus souvent un slogan…– préexiste toujours à l’œuvre filmée et le propagandiste (qui n’est le plus souvent que l’employé plus ou moins talentueux d’un pouvoir commanditaire) prélève dans la réalité du matériel visuel et sonore qu’il va organiser pour convaincre. Dans un authentique film de propagande, il n’y aura donc jamais d’irruption intempestive de la vie, de dialogue avec le réel, de tremblement. Réaliser pareil objet demande une grande sûreté. C’est à ce point vrai que, dans leurs films, les nazis ont souvent volontairement commis des maladresses –des erreurs de cadrage, notamment– pour feindre le surgissement du réel afin d’authentifier leurs propos. Un peu comme dans ces spots publicitaires pour des lessives qui prennent la forme d’interviews de ménagères : on prend soin de recourir à des comédiennes pour s’assurer qu’elles utiliseront les bons arguments de vente, mais on les met en situation pour faire croire qu’il s’agit d’un reportage auprès d’authentiques femmes au foyer…

La société du spectacle

Quels rapprochements peut-on établir entre les techniques de communication modernes et le cinéma ?

Plusieurs. D’abord, à l’instar de Riefenstahl, beaucoup de publicitaires, niant le rapport entre le fond et la forme, affirment ne travailler qu’au niveau esthétique, se déresponsabilisant, ce faisant, à bon compte. Ensuite, comme les réalisateurs de films de propagande politique, les spécialistes de la communication se doivent de maîtriser totalement leurs clips : pas question d’y laisser pénétrer le réel. Fabriquer par exemple l’image de la beauté va les contraindre à travailler sur le consensus, sur ce qui est le plus communément admis, et non sur la singularité. On peut désirer l’image consensuelle. Mais c’est de la singularité qu’on tombe amoureux… De même, la pub a hérité d’une foule de techniques imaginées par les grands réalisateurs. Lorsque, en 1928, à la demande du Parti communiste, Sergueï Eisenstein réalise « La ligne générale » pour promouvoir la collectivisation des campagnes soviétiques, le réalisateur tourne une séquence dans laquelle un agronome présente une écrémeuse pour vanter les bienfaits du machinisme agricole. La démonstration se transforme en un véritable ballet de la fécondité et l’héroïne finit par recevoir en plein visage un jet de crème sexuellement très symbolique. Associer les qualités d’un bien de consommation à la sexualité est un truc toujours utilisé en publicité…

Plusieurs collaborateurs de Goebbels se sont, dit-on, reconvertis après-guerre dans la publicité.

Les liens entre les modes opératoires du monde de la communication commerciale et celui de la propagande idéologique sont robustes. Les hommes politiques recourent d’ailleurs de plus en plus à des firmes de communication pour fabriquer leur image. On est bien là dans la ligne de Riefenstahl ! Certes, une propagande semblable à celle du national-socialisme ou du communisme stalinien n’est plus concevable actuellement. Aujourd’hui, l’air du temps est à l’humanisme, au respect de l’autre, aux droits de l’Homme…, ce qui, reconnaissons-le au passage, ne nous engage pas beaucoup. Par ailleurs, un seul modèle social, celui du libéralisme économique, domine quasiment la planète. Et la pensée unique, forme vulgaire du discours savant sur lequel s’appuie l’ultralibéralisme, peut être considérée comme une forme de totalitarisme larvaire. Le commercial se confond maintenant avec la politique, et les médias –en particulier la télévision– sont devenus un véritable outil de contrôle social. En valorisant la consommation et l’hédonisme de masse, ils nous persuadent jour après jour, le sourire dans la voix, du bien-fondé de notre monde. C’est ce que Noam Chomsky appelle la « fabrication du consentement ».

L’information vous semble-t-elle, elle aussi, contaminée par les dérives d’un certain cinéma ?

En tout cas dans la presse audiovisuelle qui ne peut guère éviter deux écueils majeurs. Un, l’incapacité où elle se trouve souvent de contrôler ses sources : la plupart du temps, les images qu’elle diffuse viennent d’ailleurs via des acteurs qui, eux, sont clairement sous contrôle. Deux, plus pervers : l’autocensure. Aujourd’hui,l’Institut des Hautes un journal télévisé apprend aux gens ce qu’ils veulent entendre. L’affaire Dutroux a bien illustré cette dérive : face à la concurrence de RTL, la RTBF a été contrainte à la surenchère. Le JT est l’émission qui draine le plus de budgets publicitaires. Il faut donc faire de l’audience en clipant l’actualité : sans cesse davantage de sujets en toujours moins de temps ! La superficialité de l’information télévisée grand public n’a guère d’autre origine que ces prosaïques enjeux financiers…

« Société spectacle », dénonçait Guy Debord en 1967…

Riefenstahl, aujourd’hui, n’est jamais loin…


Notes

1. Lire l’article de Lionel Richard ainsi intitulé dans le dossier « Cinémas engagés », le numéro 88 d’août-septembre 2006 du bimestriel « Manière de voir » publié par Le Monde diplomatique. ainsi que : Indécente réhabilitation de Leni Riefenstahl

2. Né à Ixelles en 1951, Thierry Odeyn – qui prolonge sa fonction pédagogique à l’Institut National Supérieur des Arts du Spectacle par un enseignement à l’Institut des Hautes Etudes en Communication Sociale (IHECS) –a formé plusieurs générations de jeunes cinéastes auxquels– réalisateur de nombreux documentaires – il a inculqué le désir de témoigner du monde. Théoricien engagé du cinéma, il insiste dès lors sur l’exigence du regard et l’importance politique de l’acte de filmer. Dans le cadre de ses activités d’éducation populaire, le cinéma Arenberg-Galeries organise un atelier mensuel de formation au langage cinématographique animé par Thierry Odeyn.


Documents joints

8 avril 2011
Document : PDF
495.4 ko



Suivre la vie du site fr    ?


Site réalisé avec SPIP