Soutenez le film "Dexia ou la démocratie confisquée" Pour un modèle de production participative et indépendant !


Articles

Chomsky : Les souffrances de Gaza, les crimes d’Israël et notre responsabilité.

Les Palestiniens sont des cibles faciles pour la machine de guerre ultra-moderne qu’Israël possède grâce aux Etats-Unis. Et tout ceci continuera tant qu’Israël sera soutenu par Washington et toléré par (...)

Venezuela : dépendre de l’Etat ou opter pour la gestion communale.

La Commune est la traduction d’un niveau d’organisation populaire qui cristallise l’ensemble des acquis émanant des luttes du peuple pour son émancipation

Au Chili, un groupe de latin jazz se revendique de la rue

Même s’ils ont commencé dans la rue à cause d’un enjeu économique, il s’est transformé en une position politique.

L’éveil d’un continent - Géopolitique de l’Amérique latine et de la Caraïbe

L’Amérique latine, longtemps considérée comme l’« extrême Occident », se libère ainsi progressivement de son ancrage européen ; elle renforce les formes de son intégration régionale pour peser (...)

Discours au Parlement Européen de Pablo Iglesias

L’expropriation de la souveraineté et la soumission au gouvernement des élites financières menacent le présent et le futur de l’Europe, elles menacent notre dignité, elles menacent l’égalité, la (...)

Venezuela : Un rêve aux mains de femmes

Le modèle d’auto-construction de logements a renforcé la capacité d’organisation des communautés, en créant de nouveaux espaces, en en finissant avec l’hégémonie des entreprises du bâtiment qui durant (...)

PODEMOS décide de sa politique culturelle

"nous devons éviter le vieux concept de transition qui dit que la culture ne devrait jamais s’impliquer dans la politique. Ce que nous faisons ne doit pas être une marchandise pour les élites ou (...)

Kidnapping des jeunes colons, punitions collectives pour les Palestiniens

Aucune preuve que le Hamas soit lié au kidnapping et au meurtre des 3 colons. Mais Netanyahu persiste, il veut la fin du gouvernement d’unité nationale.

A chaque lutte des salariés, les chiens de garde mordent !

De consulter notre site ne suffit pas. D’adhérer politiquement à notre initiative nous conforte. Mais plus que jamais Nada a besoin de votre aide financière pour fabriquer cette info « bio », (...)

Appel à la mobilisation des auditeurs de l’émission radio "Là-bas si j’y suis"

La directrice de la station radio France Inter, Laurence Bloch, veut la mort de l’émission documentaire "Là-Bas si j’y suis", diffusée à 15 heures du lundi au (...)

L’accord top secret qui doit dépecer les services publics

Les États-Unis, les pays de l’UE et une vingtaine d’autres États ont entamé à Genève des négociations sur le commerce des services. Signe particulier  : ces tractations devaient rester secrètes pendant (...)

Appel international : Nous soutenons PODEMOS

Alors que les politiques d’austérité ont créé dans le Sud de l’Europe un paysage désolé, il est encourageant de voir qu’il y a de plus en plus de gens prêts à se lever et à se battre pour la (...)

ZinTV : une nouvelle vision des médias

ZINTV est un outil qui donne à entendre la parole des invisibles et à voir la réalité des quartiers d’ici et d’ailleurs. Notre mission est de valoriser intellectuellement, culturellement, socialement (...)

Belgique : Quand la police écrit ses propres articles dans la DH

Une inspecteur de Police écrit un article dans la DH à propos d’une altercation entre la faune nocturne du Parvis et la police. ça se résume ainsi :"Les bobos ont empêché la police d’arrêter un (...)

La mondialisation racontée par le ballon

Extraits du livre "Comment ils nous ont volé le football" : C’est une histoire économique que ce sport nous raconte, à sa manière, des années 60 à aujourd’hui, de la libéralisation des ondes à la (...)


Accueil du site > FR > Articles

Libye : ce sont les rebelles qui bombardaient, pas Kadhafi

Par Simon de Beer
Source de l’article :Investig’action

Hélicoptères d’assaut MI-35 avec mitrailleuses et paniers de roquettes, avions de chasse Mig-23, voilà le genre d’arsenal avec lequel les rebelles libyens ont mené à bien leur « révolution démocratique ». Alors qu’il est désormais établi que Kadhafi n’a pas bombardé sa population, force est de constater que les rebelles ne se sont pas privés, de leur côté, de bafouer la « no-fly zone » imposée par l’ONU. Pire, ils ont reçu pour cela le soutien et la bénédiction de l’OTAN… Un « deux poids, deux mesures » qui en dit long sur nos soi-disant « guerres humanitaires ».

Six mille morts. Ce chiffre a fait le tour de médias. A l’époque, tous assuraient que Kadhafi avait fait bombarder la population libyenne, descendue pacifiquement dans la rue pour contester le pouvoir du dictateur en place depuis quarante ans. L’information était pour le moins peu fiable puisqu’elle ne provenait que d’un seul homme, un certain Ali Zeidan, porte-parole autoproclamé de la Ligue Libyenne des Droits de l’Homme et membre éminent de l’opposition. Aujourd’hui, Ali Zeidan occupe la fonction de Premier ministre libyen. Au sein du nouveau gouvernement, personne ne semble lui reprocher d’avoir provoqué, par ses mensonges, les bombardements de l’OTAN qui ont mené au renversement de Kadhafi.

Pourtant, Ali Zeidan n’a pas fait dans la dentelle. Loin des 6000 morts annoncés, on estime désormais que le nombre de victimes s’élevait en fait à environ 300 avant les bombardements de l’OTAN. Ces chiffres proviennent des rapports d’organisations respectables telles qu’Amnesty Internationale, Human Rights Watch et la Fédération Internationale des Ligues des Droits de l’Homme. Ils constituent les seuls chiffres documentés que l’on ait et concordent avec ceux avancés par le gouvernement libyen au moment du conflit. Un nombre de morts particulièrement révélateur de l’hypocrisie des pays occidentaux puisqu’il est près de trois fois inférieur à celui des victimes de Moubarak en Egypte à la même époque. Une répression dont nos médias se gardèrent bien de révéler l’ampleur, et pour cause : du temps de Moubarak, l’Egypte était l’un des meilleurs alliés de l’Occident au Proche-Orient. La Libye de Kadhafi, en revanche, dérangeait par sa trop grande indépendance. Tout prétexte était donc le bienvenu pour justifier un changement de régime

Quant au fait que Kadhafi aurait « bombardé » la population libyenne, on sait désormais qu’il s’agit là aussi d’un médiamensonge. « En dépit des informations transmises par certains médias, il n’a jamais été démontré que des avions ou des hélicoptères aient tiré sur les manifestants à Tripoli », assure Human Rights Watch. Par contre, les rebelles ont fait de leur côté usage d’avions de chasse et d’hélicoptères. En effet, à en croire un article du Figaro paru en septembre 2011, ils avaient à leur disposition dès le 14 mars – c’est-à-dire avant l’entrée en guerre de l’OTAN – des avions de chasse Mig-23 et au moins deux hélicoptères d’assaut MI-35. Ces derniers, surnommés « tanks volants » ou « Terminator », sont équipés de quatre mitrailleuses à l’avant et de paniers de roquettes sous les ailes. D’après Le Figaro, ils évoquent « la destruction et la mort ». Les rebelles étaient donc lourdement armés, contrairement à ce que l’on dit généralement. Ils violaient en outre allègrement la résolution 1973 de l’ONU. Pire, ils le faisaient avec le consentement et la complicité de l’OTAN.

Aussi ne faut-il pas s’étonner si la Russie et la Chine se montrent aujourd’hui réticentes à l’idée de signer une quelconque résolution condamnant trop fermement la répression en Syrie. Ces deux pays savent bien que, en Occident, on hésitera pas une seconde à détourner le sens d’une telle résolution pour servir ses propres intérêts et, éventuellement, déclencher une nouvelle guerre. Une guerre qui, comme en Libye, risquerait fort de semer le chaos dans le pays voire d’embraser toute la région. « Deux ans après la révolution, la Libye n’a jamais fait aussi peur à ses voisins », écrivait récemment le journal Jeune Afrique. Un scénario qu’il est légitime de vouloir éviter pour le Moyen-Orient.

Simon de Beer




Suivre la vie du site fr    ?


Site réalisé avec SPIP