Articles

Quand la RTBF méprise la manif féministe du 8 mars

Renforcé par la distribution de roses, Gilles-le Suisse réduit cette date historique de luttes collectives à une seconde fête des mères ou Saint Valentin.

Que sont les chantauteurs devenus ?

Les singer-songwriters, les chantauteurs sont des poètes résistants ; ils vivent de peu, parfois de rien ou presque, ils font de la poésie, ils chantent. Et, ils ne se rendront jamais, ça tu peux en (...)

Documents déclassifiés : la CIA travaille avec des journalistes des grands médias

Vous pouvez vous payez un journaliste pour moins cher qu’une escort girl, juste pour quelques centaines de dollars par mois.

La couleur de la justice - incarcération de masse et nouvelle ségrégation raciale aux États-Unis

L’idée que notre société serait meilleure sans prisons était dominante dans le champ de la criminologie et inspira même une campagne nationale demandant un moratoire sur la construction de (...)

Révélations de WikiLeaks sur les programmes d’espionnage de la CIA en Europe

Les révélations montrent que la CIA a créé sa propre « NSA », c’est-à-dire un département dédié au développement et à l’utilisation de techniques de surveillance et de piratage (...)

Il est urgent de mieux s’organiser !

Le plus difficile à notre époque où beaucoup se renferment sur eux, c’est de créer des dynamiques, des économies, des mouvements, ensemble. Favoriser les circuits courts, mais surtout qu’ils soient (...)

Juarez, la ville qui tue les femmes au Mexique

Juárez est de ces lieux de la planète où le tiers-monde cohabite avec ce que le premier produit de pire.

Appel pour un moratoire sur la construction de nouvelles prisons en Belgique

Nous n’avons pas besoin de plus de prisons, mais d’un projet de société qui donne une place digne à chacun, qui mette un terme à la misère et qui renforce les liens de (...)

CNN en espagnol n’émettra plus sur les ondes au Venezuela

L’actualité est délibérément décontextualisé et son sens sert à construire le récit d’une « intervention humanitaire » au Venezuela.

Et soudain, tout bascule : manifestation féministe et violences policières

Si l’espace public a fait face à une violence disproportionnée de la part de la police, l’espace numérique n’était pas en reste.

À Bruxelles, plongez dans la discrète mais intense bataille que les lobbies livrent à l’intérêt général

Quand vous rédigez un accord de libre-échange, même ce qui apparaît technique, comme les normes sanitaires ou environnementales, est bien politique.

Ana Belén Montes, soixante ans très bientôt...

La libération d’Ana est prévue pour le 7 janvier 2023, c’est encore bien loin, et nous devons absolument arriver à obtenir du Président Trump une libération anticipée de cette femme (...)

Agression policière contre une marche féministe

Lettre envoyé à Yvan Mayeur, Bourgmestre de la Ville de Bruxelles à propos des brutalités policières contre de jeunes féministes hier soir.

Justice et vérité pour Naithy Nelson, victime de racisme

Il a fallu une incroyable mobilisation de plus de 200 personnes pour pouvoir déposer une plainte dans un commissariat de police de la ville de Bruxelles, suite à l’agression violente à l’arme (...)

France, Banlieues : À quoi joue la police ?

Le préfet de Seine-Saint-Denis et le ministre de l’Intérieur auraient tout intérêt à faire cesser rapidement ces violences policières pour éviter que l’on ne revive une nouvelle fois une révolte urbaine (...)


Accueil du site > FR > Articles

Petra Laszlo, la journaliste lié au parti néo-nazi agresse des réfugiés fuyant la police

La vidéo d’une journaliste faisant trébucher et donnant des coups de pieds à des enfants réfugiés ayant réussi à rompre un cordon policier à Roszke (à la frontière avec la Serbie dans le sud de la Hongrie) circule viralement sur les réseaux sociaux. La journaliste a été identifiée comme Petra Laszlo travaillant à ce moment-là pour la chaîne TV NT1 Hongrie, mais suite au scandale provoqué par la publication de ces images elle a été licenciée le 8 septembre. Inconnue jusqu’ici, l’engagement de Petra auprès du parti ultra-nationaliste Jobbik - troisième force parlementaire en Hongrie de tendance néo-nazi, autrement connu par l’appellation « Mouvement pour une meilleure Hongrie » a été révélé au grand jour.

Comme quoi, cela ne suffit plus que des citoyens filment des interventions policières, désormais pour informer ou récolter des preuves du déroulement des événements (ce n’est pas une infraction), la brutalité des journalistes exercés hors-cadre, donc absentes de leurs informations récoltées sur le terrain, sont digne d’être tenu en compte par les citoyens soucieux du bon déroulement des faits sur place... Des journalistes filmés par des journalistes-citoyens ne peut constituer aucune gêne pour des journalistes soucieux du respect des règles déontologiques.

D’ailleurs, la vidéo originale a été téléchargé sur Twitter par le journaliste(-citoyen) Stephen Richter, témoin du mode d’action de Petra Laszlo sur place, créant une condamnation internationale contre la journaliste qui opérait masquée, qui, après quelques heures a été identifié.
Embarrassée, la chaîne TV NT1 déclarait : "Une collègue de N1TV s’est comportée aujourd’hui de manière inacceptable au point de rassemblement à Roszke", indique le communiqué du rédacteur en chef de N1TV, Szabolcs Kisberk posté sur la page Facebook de la chaîne. Le contrat de travail de l’opératrice a été résilié avec effet immédiat aujourd’hui, nous considérons l’affaire comme close."

Ainsi, au moins sur deux vidéos, on peut voir comment la journaliste lance un coup de pied contre un jeune et plus tard contre une fille alors qu’ils fuyaient en masse de la police. Dans une autre séquence, on peut voir la journaliste étirant la jambe et fait trébucher un homme portant un enfant dans ses bras qui fuit devant un officier de police tout en tombant abruptement sur l’enfant qu’il portait dans ses bras.

La crise des réfugiés médiatisé enfin au grand jour en Europe aujourd’hui fuient le conflit en Syrie suscitent un grand débat sur les politiques inhumaines et des traités européens concernant les réfugiés et l’immigration. Le demandeur d’asile n’est pas un étranger comme les autres : il n’est pas un migrant économique, il fuit des persécutions ou des craintes de persécutions dans son pays d’origine. Puisque son État ne peut pas assurer sa protection ou est parfois à l’origine des persécutions, la Belgique peut se substituer à cet État et reconnaître la qualité de réfugié à cette personne.

Cependant, des milliers de réfugiés qui après une longue odyssée arrivant en Europe évitent d’être enregistrés pour éviter d’être amené dans des "camps de réfugiés" où ils subissent des conditions précaires, surpeuplées et mauvais traitements en raison des politiques xénophobes en vigueur, comme dans le cas de la Hongrie. Par conséquent les réfugiés fuyant la police afin de continuer leur voyage vers l’Europe du Nord et trouver de meilleures conditions de survie pour leurs familles est considéré comme un droit humain.



Suivre la vie du site fr    ?


Site réalisé avec SPIP