Mai 2017
LMMJVSD
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234

Juin 2017
LMMJVSD
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012

Juillet 2017
LMMJVSD
262728293012
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456


Accueil du site > FR > Agenda

Projection film : El Gort + rencontre avec Hamza Ouni

dimanche 24 janvier 2016 / 
17h Cinéma Nova. Rue D’Arenberg 3, 1000 Bruxelles

Tunisie : El Gort + Le barbier de Tunis

dimanche 24 janvier à 17h au Cinéma Nova.
Rue D’Arenberg 3, 1000 Bruxelles

Tournés l’un de 2006 à 2013 par un Tunisien, l’autre lors d’un voyage effectué en 2012 par un Belge, ces deux documentaires proposent un regard sur la période qui a précédé et suivi la "révolution tunisienne" (2010-2011) et la chute du régime Ben Ali, avec ses espoirs et ses déceptions. Deux films qui en disent beaucoup, chacun à sa manière, sur la Tunisie d’aujourd’hui. Et qui seront suivis de discussions avec leurs réalisateurs.

17h : El Gort d’Hamza Ouni, 2013, TN, video, vo st fr, 87’

(Projection suivie d’une rencontre avec Hamza Ouni) Filmé en grande partie dans la cabine d’un vieux camion, sur les routes des faubourgs de Tunis, à proximité de la frontière algérienne, ce documentaire auto-produit narre le vécu de deux jeunes Tunisiens travaillant dans le transport et le commerce du foin (el gort). Dans l’intimité offerte par la cabine, ce sont six années de tournage entre l’ère Ben Ali et la période post-révolution qui défilent devant le pare-brise du camion. Le réalisateur Hamza Ouni nous emmène avec lui. Il sait de quoi il parle, il a grandi là. Son père, à qui ce film rend hommage, était lui-même transporteur de foin. Comme lui, les deux protagonistes du film sont soumis à l’esclavage quotidien d’une besogne épuisante qu’ils effectuent par nécessité, n’ayant pas trouvé d’autre boulot ni réussi à quitter clandestinement le pays. N’omettant aucun sujet de discussion, ils sont visiblement très à l’aise sous la caméra de Hamza. Ils parlent ouvertement, et avec dérision, du labeur et des trafics, des plaisirs refoulés et de leur avenir bouché. Le Printemps arabe n’est pas loin et ses signes annonciateurs sont tangibles dans ces tranches de vie mues par une énergie sauvage emplie d’amertume. Malgré la proximité palpable du cinéaste à son sujet, le film ne sombre jamais dans le pathos. Au contraire : l’honnêteté du ton et les paroles, parfois crues, des personnages touchent.

Tarif : 3,5€ par film (2,5€ en réduction) ou 5€ pour les deux films (3,5€ en réduction).


Suivre la vie du site fr    ?


Site réalisé avec SPIP