21 février 2017

Contre le racisme, outil d’exploitation et d’exclusion sociale

18h CSC - 19 Rue Pletinckx, 1000 Bruxelles

21 février 2017

Présentation du N° 98-99 de la revue Politique

18h45 Librairie Tropismes. Galerie des Princes - 1000 (...)

22 février 2017

Atelier Jardinage à prix libre

14h>17h Parckfar. parc de Tour & Taxis. (accès par le pont du (...)

22 février 2017

Atelier d’écriture : Graines de résistance

18h La Maison du Livre - rue de Rome, 24 - 1060 Bruxelles

22 février 2017

Projection film : The idol (Ya Tayr el Tayer)

18h & 20h30 La Vénerie. Rue Gratès 3 - 1170 Bruxelles

22 février 2017

Ciné-club Abya Yala : « Samuel in the clouds »

19h Au Pianofabriek. Rue du Fort 35 - 1060 Bruxelles

23 février 2017

La critique des médias nous rend-elle aveugles et sourds ?

18h30 CSC. Rue Pletinckx 19, 1000 Bruxelles

23 février 2017

Les femmes et la révolution russe de 1917

19h30 Pianofabriek. rue du Fort 35, 1060 Bruxelles

23 février 2017

DocuLatino Brussels 2017

19h30 Maison De l’Amérique Latine. rue du collège 27, 1050 (...)

23 février 2017

Jam Session Brésil-Latin Brussel !

20h Café Merlo. Quai Aux Briques 80, 1000 Bruxelles


Accueil du site > FR > Articles > Infos

Quelques commentaires suite aux résultats du plébiscite en Colombie

Nous avons reçu des commentaires à chaud de notre camarade Gustavo Borges Revilla que nous traduisons et publions. La paix en Colombie, il est certain, est entrée dans une étape difficile, mais qui sera surmontée car la position du non est si absurde que son irrationalité apparaît déjà au grand jour. Le chemin de la paix est plus long que prévu, et c’est ce chemin là qu’il faut prendre.

Suite au résultats du plébiscite en Colombie et les accords de paix, voici quelques commentaires :

1. La dure réalité est que les accords de paix, y compris le plébiscite, sont une lutte menée par les oligarques et les paramilitaires. Les FARC y apparaissent comme un simple instrument. Une guerre sans solution militaire convient seulement aux secteurs qui en vivent. Les FARC n’avaiten pas d’autre choix que d’y participer.

2. La classe moyenne colombienne (comme tous) est profondément ignorante de l’histoire et des conflits de son pays. Aujourd’hui ils ont voté et ils ont gagné. En termes purement statistiques : le vote du non est un vote des classes aisées, de la classe moyenne et des régions les moins touchées par la guerre. Les zones où le non a gagné sont les mêmes que celles où Uribe s’est imposé en 2014.

3. Lorsqu’une guerre de 50 ans s’installe dans une société, puis est amenée à voter pour la paix... Dans les années de gestion Uribe-Santos la population de déplacés par la guerre s’élevait à 6 millions. Aujourd’hui, ont voté 12 millions de 34 millions d’électeurs inscrits. La Colombie est le pays avec le plus de population déplacée par la guerre, après la Syrie et avant le Congo (et d’autres pays africains). Personne ne le dit. Personnes déplacées dans le monde, août 2015 : 7.600.000 en Syrie, en Colombie : 6.100.000, en Irak : 3.400.000, au Soudan : 3.100.000 et au Congo 2.800.000.

4. Afin de comprendre ce que veut dire faire de la politique en Colombie : en 2016, 35 leaders sociaux ont été tués par des sicaires et des paramilitaires. Il s’agit ici que des dirigeants, des militants et des formateurs. La tragédie pour les pauvres est inracontable et incalculable.

5. Comme tout le monde aujourd’hui, la lutte est centrée entre les élites inter-capitalistes. Les pauvres n’ont pas de politique propre à eux, sans projet et à la merci des visées des puissants. C’est la réalité de la Colombie, et dans le monde entier. Le Venezuela est une possibilité du contraire…

On y met du cœur ou non ?

Par Gustavo Borges Revilla
Journaliste, dessinateur et agitateur culturel, il est le fondateur du mouvement Hip-Hop Revolucion. Conseiller auprès de différents ministères du pouvoir populaire (culture, information, présidence) au Venezuela. Il est le directeur de la misionverdad.com




Suivre la vie du site fr    ?


Site réalisé avec SPIP