22 janvier 2019

Conférence : Être une femme noire au XXIème siècle en Belgique

18:30 Cercle. rue Doyen Boone, 6 - 1040 Bruxelles

22 janvier 2019

Le successeur de l’homme ! (est-il déjà parmi nous ?)

19h Maison du Livre. 28, rue de Rome - 1060 Bruxelles

23 janvier 2019

Ciné de quartier sur la désobéissance civile : Documentaire sur Gezi

18h La clef. Rue des brebis 4 - 1050 Bruxelles

23 janvier 2019

6e Cérémonie des Doigts d’Or - Les Oscars du Capitalisme

20h Garcia Lorca. 47/49 rue des Foulons - 1000 Bruxelles

24 janvier 2019

Soutien aux avocats en danger en Turquie

13h consulat de Turquie. 4 Rue Montoyer - 1050 Bruxelles

24 janvier 2019

Allers féministes et retours sexistes : le traitement judiciaire

14h Université des femmes. Rue du méridien 10 - 1210 Bruxelles

25 janvier 2019

Filmer la police est un droit ! suite du procès ZIN TV et ATTAC

8h - Palais de justice / Place Poelaert 1, 1000 Bruxelles

25 janvier 2019

STOP CETA & Co.

11h30 frontière belgo-allemande

25 janvier 2019

PROJECTION - festival "Elles tournent"

16:30 // 17:00 //19:00 - cinéma Vendôme

25 janvier 2019

Film-débat. Démocratie locale : du rêve à l’action, mode d’emploi ?

19:30 Centre Culturel de Schaerbeek. Rue de Locht 91 -1030 (...)


Accueil > FR > Documents Formation > Documents Formation

"No" un film réalisé par Pablo Larraín

Le scénario n’assume pas jusqu’au bout le cynisme de René et lui invente une histoire familiale et personnelle assez convenue, elle masque un phénomène de masse plus continu – le triomphe du capitalisme, et le basculement vers une société toujours plus marchande.

Les statues meurent aussi, d’Alain Resnais & Chris Marker. Transcription de l’émission de France Culture

Comment se fait-il que l’art nègre est considéré comme de l’ethnographie et est donc au musée de l’homme et pas au musée du Louvre ? Après tout est-ce qu’il n’y a pas là, tout de même, une question que l’on peut se poser ? Et c’est à la suite de ça que nous avons débouché sur la constatation évidente, évidemment, que même dans ce domaine le racisme se manifestait.

5 Caméras brisées (E. Burnat & G. Davidi) – Analyse

Dans 5 Caméras brisées, le regard et la représentation sont mis en scène comme le lieu même d’un conflit. Le film en devenir incarne l’acte de résistance : ce cinéma de l’urgence est un passage par l’image pour mieux revenir au réel, une manière de constituer ses forces par l’acte de filmer.

5 Caméras brisées (E. Burnat & G. Davidi) – Entretien

Chronique intime d’un village situé à la frontière israélo-palestinienne, ce documentaire est notamment composé par les images filmées par Emad, simple paysan devenu coréalisateur du film. En 2005, il achète une caméra pour la naissance de son dernier fils, et depuis il documente sans relâche la résistance pacifique des habitants de Bil’in face à la progression de l’armée israélienne. Entretien.

Qu’est-ce que l’acte de création ? Par Gilles Deleuze (1987)

Un créateur, c’est pas un être qui travaille pour le plaisir. Un créateur ne fait que ce dont il a absolument besoin.

Vers un cinéma social, Par Jean Vigo (1930)

Texte prononcé par Jean Vigo au Vieux-Colombier, le 14 juin 1930, lors de la seconde projection du film A propos de Nice.

Déclaration aux Intellectuels, par Fidel Castro (1961)

La Révolution ne peut pas prétendre étouffer l’art ou la culture alors qu’un des buts fondamentaux de la Révolution est de développer l’art et la culture afin que, précisément, l’art et la culture soient le vrai patrimoine du peuple.

Fourest et les complotistes : posons les bonnes questions sur la manipulation de l’info

Après la diffusion sur France 5 du "Les obsédés du complot", 1er épisode de la série documentaire "Les réseaux de l’extrême" réalisés par Caroline Fourest, Pascal Boniface, directeur de l’Iris, l’analyse derrière son écran de télévision.

Entretien de Nanni Moretti, sur Habemus papam

Nanni Moretti : "J’ai toujours voulu laver le linge sale en public"

Jean-Louis Comolli : Eloge d’un cinéma pauvre, politique et populaire

Pour un cinéma pauvre, politique, populaire, qui croit réellement en l’intelligence de ses spectateurs…

A propos du dernier film de Steven Spielberg : “Lincoln”

Spielberg et Kushner ont échoué à créer un seul personnage Noir qui participe aux débats autour desquels tourne le film.

Ce que le film « Lincoln » ne dit pas sur Abraham Lincoln

Lincoln fut très proche des idées socialistes et des revendications du mouvement ouvrier, il liait indissociablement la question de l’abolition de l’esclavage à celle de l’émancipation de la classe ouvrière tout entière. L’adaptation de Steven Spielberg déforme l’histoire, et les raisons idéologiques et culturelles de ce parti pris.

Lincoln et l’esclavage, l’éternelle impasse... de Steven Spielberg

Olivier Barlet : Les seuls Noirs du film à prendre la parole, soldat et domestique, ont ainsi pour fonction de renforcer le discours dominant.

Lincoln, réalisé par Steven Spielberg

Ses astuces pour faire de la panoplie Lincoln (le haut-de-forme, la silhouette filiforme, la barbe hirsute) un humain en font plutôt un humanoïde, à commencer par le jeu tout en compositions mécaniques et mimiques pré-calculées de Daniel Day-Lewis, performer surdoué mais acteur totalement dénué d’âme.

SAMIR AMIN 2011 : le printemps arabe ?

L’année 2011 s’est ouverte par une série d’explosions fracassantes de colère des peuples arabes. Ce printemps arabe amorcera-t-il un second temps de « l’éveil du monde arabe » ? Ou bien ces révoltes vont-elles piétiner et finalement avorter – comme cela été le cas du premier moment de cet éveil évoqué dans (...)

Suivre la vie du site fr    ?    |    titre sites syndiques OPML   ?  


Site réalisé avec SPIP