Documents

Autour de Jean Rouch. Les Maîtres fous.

Par ce passage inattendu du rituel au politique, l’Autre s’est infiltré dans notre culture même, la remettant en question avec un fracas grandissant.

Chris Marker : L’humour est la politesse du désespoir

Lorsque Chris Marker est mort en juillet 2012, à l’âge de 91 ans, c’est à son film La Jetée que l’on a pensé. Réalisé en 1962 à partir de photographies accompagnées d’un commentaire lu par Jean Négroni et (...)

Du document au récit... ou comment déjouer le piège de l’évidence

La sélection de l’expression d’un portrait en fonction de l’angle de l’article, souriant s’il est approbateur, soucieux s’il est critique, constitue le B.a.-ba de l’illustration (...)

Chris Marker et l’Amérique latine : cinéma militant et circulation des idées politiques

Marker établit souvent des parallèles entre ces processus et la situation politique de son propre pays, il s’en sert pour penser de possibles chemins vers le (...)

Chris Marker : un regard sur le Chili

Le réalisateur évoque son intérêt pour le Chili pendant le gouvernement de l’Unité populaire, ainsi que les films sur ce pays auxquels il a participé après le coup d’État de (...)

Mélancolie ouvrière : Mordillat critique les critiques !

Gérard Mordillat revient sur la réception « critique » de son film, diffusé en août 2018 par ARTE. « Cette abdication manifeste de tout sens critique est ravageuse dans la mesure où elle propage l’idée (...)

Extraits choisis du livre : Le Nazisme et la culture, de Lionel Richard

Goebbels insiste bien sur l’idée que la liberté en art n’est autre que celle d’obéir aux principes politiques. Ce qui signifie, en clair, que l’artiste doit se soumettre à l’État, qui est l’émanation de (...)

Pour une télévision qui permette au peuple de discuter avec le peuple

Entretien avec Thierry Deronne, cinéaste et universitaire belgo-vénézuélien

Repenser Plaisir visuel et cinéma narratif à l’ère des changements de technologie, par Laura Mulvey

Regarder des films hollywoodiens au ralenti renforce ces oppositions tout en les mettant à mal. La ligne narrative tend à s’affaiblir si le spectateur a la possibilité de contrôler son déroulement, (...)

Plaisir visuel et cinéma narratif, par Laura Mulvey

L’origine et la nature du plaisir pris par le spectateur au cinéma, ainsi que la manière dont la figure féminine, dans les films narratifs "classiques", est construite pour satisfaire les pulsions (...)

Et si on sécurisait nos échanges ?

Appels, SMS, réseaux sociaux... tous ces moyens d’échanges sont surveillés par les flics et pourtant nous sommes nombreux.ses à continuer de discuter de nos actions dessus. Si on changeait nos (...)

Quelques trucs indispensables pour limiter les informations que l’on disperse sur Internet

Il ne s’agit pas de se rendre invisible, anonyme sur Internet, mais de prendre quelques mesures, rapides et faciles, de réduire les informations livrées à des entreprises, à limiter son « profilage », (...)

Tzvetan Todorov – Face au mal, imiter ou refuser

Si on hait l’ennemi comme il vous hait, on ne fait que renforcer le mal dans le monde. L’un des pires effets de cette occupation, de cette guerre, c’est que les victimes des nazis commencent à (...)

« L’autre », des deux côtés. Entretien avec Jean-Louis Comolli

Aujourd’hui, la télévision remplace le zoo. On n’a plus besoin d’aller voir les vrais animaux.

Entretien avec Roman Polanski - 1963

Montrez les conflits résolus en toute justice, et tout le monde sortira satisfait et dira : « Tout va bien ». Montrez l’injustice et vous rendrez les gens (...)


Accueil > FR > Formations

ATELIER // Cinéma d’urgence

ATELIER // Cinéma d’urgence

AGENDA :
1. Initiation théorique et pratique :
jeudi 13, vendredi 14 septembre
lundi 17, mardi 18, mercredi 19 septembre

10h>16h30 : Pianofabriek. Rue du Fort 35 -1060 Bruxelles, salle AREMBERG

2. Ces dates sont des rendez-vous collectifs, des moments de tournage seront planifiés en dehors de ces dates par équipe selon les disponibilités des participants. La période de post-production suivra dès le 20 septembre...

INSCRIPTION OBLIGATOIRE : (nom, prénom, GSM et e-mail + CINEMA URGENCE) : workshop@zintv.org

Si le cinéma d’urgence est un concept que nous proposons pour ce nouvel atelier vidéo de ZIN TV, nous aimerions d’abord en dessiner les contours généraux ici afin de l’enrichir et de le fignoler plus tard sur la base des échanges avec les participants pendant l’atelier.

En effet, chez ZIN TV, nous ne nous contentons pas de l’unique définition du journalisme conventionnel où l’actualité est un produit essentiellement informatif réalisé à chaud, une lecture au premier degré d’un fait, rangée ensuite par section, avec comme seul lien le journal ou le journaliste. Dans notre pratique informative, nous sentons le besoin d’ouvrir le journalisme vers d’autres champs expressifs afin d’y ajouter des couches de lecture supplémentaires et le libérer de son formatage télévisuel auquel il semble condamné.

D’ailleurs, l’information journalistique est souvent le stade préalable à la création artistique. C’est une question de temps, de moyens et de temps de production. Le cadre que nous proposons est celui de l’accompagnement pédagogique d’un processus de création à partir du tournage d’un événement. Mais surtout, celui d’une proximité avec le réel, les mouvements sociaux et les luttes sociales. Ainsi, nous mélangeons volontairement le journalisme et le cinéma, nous tentons d’en rendre les frontières poreuses...

Lors d’un entretien, le cinéaste cubain, Santiago Alvarez tentait de définir son approche au réel :
Chaque matin, lorsque je me lève, il s’est passé dans le monde environ vingt millions de choses nouvelles. Pendant mes huit heures de sommeil des gens sont morts à cause de la famine ou du manque de soins médicaux, il s’est passé divers actes de violence partout sur la planète, des événements terribles se sont déroulés. Alors, lorsque je me lève, mon premier geste est d’allumer la radio et d’ouvrir le journal pour savoir ce qui s’est passé. C’est ainsi que chaque jour, je constate que je ne peux rester là, tranquille, face à ce qui se passe. Je dois répondre à ces événements. C’est pour cela que je fais des films : pour enregistrer, pour informer, pour devenir une sorte de procureur interrogeant les événements qui se sont produits au cours des dernières heures.

Nous ne pouvons pas rester neutre face à l’injustice puisque notre camp n’est pas celui de l’oppresseur. Face au contexte de délabrement des acquis sociaux, du service public et de l’atteinte à nos droits fondamentaux… face aux problématiques qui concernent le monde citoyen, il nous faut une réaction citoyenne. La société civile organisée réagit par des luttes sociales. Or, avant d’être journaliste ou cinéaste, nous sommes des citoyens qui vont répondre avec la palette d’outils du journaliste ou celui du cinéaste. Nous devons donc maitriser les techniques d’expression.

La nature sociale du cinéma demande une responsabilité majeure. L’adhésion de bon cœur à une cause ne dispense pas le communicateur d’une morale et d’une éthique.Comment créer alors une réponse médiatique spontanée et efficace face aux mesures antisociales du gouvernement ? Penser qu’il n’y a rien à planifier lors du tournage d’une action improvisée est un leurre. Si on ne comprend pas la réalité qu’on filme alors on se situe en dehors d’elle…

L’exercice que nous proposons au participant mêle théorie et pratique. Il est conçu comme un espace d’expérimentation collective. L’enjeu sera d’aborder une thématique commune mais filmée selon différents points de vues. Nous profiterons des évènements autour de la commémoration de la mort de Semira Adamu comme sujet commun.

Nous vous invitons à vous joindre à ce processus d’apprentissage.

Pianofabriek
Rue du Fort 35
1060 Bruxelles

L’atelier aura lieu de 10h à 16h30, le jeudi 13, vendredi 14, lundi 17, mardi 18 ET mercredi 19 septembre dans la salle Arenberg.

INSCRIPTION OBLIGATOIRE : (nom, prénom, GSM et e-mail+ CINEMA URGENCE) : workshop@zintv.org

Une participation aux frais est exigé sous la forme d’une donation à ZIN TV à partir de 50€ sur le compte (IBAN) BE67 9794 3467 4987
Banque Argenta : BE67 9794 3467 4987
Code BIC ARSPBE 22



Suivre la vie du site fr    ?    |    titre sites syndiques OPML   ?  


Site réalisé avec SPIP