17 octobre 2017

On a une trop bonne idée ! Changer la société, lutter contre les inégalités...

18h Théâtre Saint-Michel. Rue Père Eudore Devroye 2, 1040 (...)

17 octobre 2017

Rencontre-Débat. Les enjeux du Féminisme aujourd’hui - Regards Nord-Sud

18h30 Mundo-B. rue d’Edimbourg 26 - 1050 Bruxelles

18 octobre 2017

Projection du coffret dvd sur l’immigration marocaine en Belgique

9h30 Espace Magh. Rue du Poinçon 17, 1000 Bruxelles

19 octobre 2017

Jeudi du Marxisme - Révolution de 1917 : histoire ou actualité ?

19:30 - Pianofabriek, Rue du Fort 35 - 1060 Saint-Gilles

19 octobre 2017

Try It Loud : Soirée Slameke

20h Pianofabriek. Rue du Fort 35 - 1060 Bruxelles

20 octobre 2017

Manif : Liberté pour Georges Abdallah !

17h30 Boulevard du Régent 42, 1000 Bruxelles

20 octobre 2017

Brasil Balada Mix

20h Rue des Goujons 152 - 1070 Anderlecht

23 octobre 2017

Conspirateurs et Révolutionnaires. Rubino et les autres

18h30 Garcia Lorca. Rue de Foulons 47-49 Bruxelles

24 octobre 2017

Manifestation contre le blocus contre Cuba

17h30 Vieux marché aux grains 1000 Bruxelles

25 octobre 2017

STOP aux violences envers les femmes

14h Gare Bruxelles Nord. 1030 Bruxelles


Accueil du site > FR > Articles > Infos

Appel à souscription : "Les chaines d’Adil Aattass", une pièce de théâtre inspirée de l’affaire Ali Aarrass

"Les chaines d’Adil Aattass", une pièce de théâtre inspirée de l’affaire Ali Aarrass

"L’histoire s’est ébauchée comme ça, quand Adil Aattass a décidé de quitter la Belgique et de retourner à Dell’ila, l’enclave espagnole de ses jeunes années. Au début, c’était heureux là-bas, au soleil, c’était le temps gai des retrouvailles... Et puis, ça n’a pas duré. Bam. Des cancans chez l’épicier en Belgique, Adil s’est vu sujet d’une arrestation. Ah ! Le voisin de Nassim lui avait pourtant dit de faire gaffe aux cris sur le marché... Et voilà qu’il s’est fait embarqué séance tenante, en préventive pour cause de proximité à la Secte en Armes de Sami Belgrade, groupe terroriste réputé. Il y eut un procès et un verdict : l’innocence du prévenu. « Pas grave ! », répondit l’Etat Espagnol qui l’extrada au Maroc, son deuxième pays légal, bien qu’il n’y ait jamais vécu. Ainsi il eut à goûter les geôles de banlieue de la capitale, à Salé, et à signer de force des aveux falsifiés. Adil prit quinze ans ferme. Le rat, les pétards de balles et l’électricité, tant d’épreuves chevillées au corps. Mais, en dehors des murs, des actions suivirent, guidées par sa soeur Fatiha et sa fille Aïcha. Chez le ministre. Chez l’avocat. Et des lettres. Des inconnus dans un parc... Les tortures sur Adil se sont couplées aux démarches de plus en plus diverses... Il ne fallait plus lésiner, Adil devait sortir de prison..."

http://www.kisskissbankbank.com/fr/...



Suivre la vie du site fr    ?


Site réalisé avec SPIP