22 février 2019

PROJECTION - Lobi Kuna

19h - Le Space CC - Sleutelstraat 26 Rue de la clé - 1000 (...)

22 février 2019

Hommage à Sandino

19h Ambassade du Nicaragua. Av. de Wolvendael 55 - 1180 (...)

23 février 2019

LECON DE CINEMA : Johan van der Keuken

10h30 Cinéma Aventure. Rue des Fripiers 15 - 1000 Bruxelles

23 février 2019

PLENIERE - Les fronts décoloniaux : aperçu international

14h-18h / Maison du livre : rue de Rome 24-28 - 1060 (...)

23 février 2019

Manifestation : Pas de guerre pour le pétrole ! Pas touche au Venezuela !

14h Ambassade des USA. Bd. du Régent - 1000 Bruxelles

25 février 2019

PROJECTION - Reel Injun

19h // à la Vieille Chéchette, Rue du Monténégro 2, 1060 (...)

26 février 2019

CINE-DEBAT : Au bonheur des dames ?

à 18:30 / Collectif Formation Société - 26, Rue de la Victoire, (...)

26 février 2019

CONFERENCE - Saïd Bouamama – Les luttes décoloniales africaines aujourd’hui.

19h / au Steki, 4&6 rue Defnet - 1060 Bruxelles

27 février 2019

ATELIER POUR ENFANT /autour d’une bibliographie décoloniale

14h-16h / au STEKI, 4&6 rue Defnet- 1060 Bruxelles

1er mars 2019

PREPARATION - Women*s Strike : DIY Session

18h-21h / STEKI - 4, rue Defnet, 1060 Saint Gilles


Accueil > FR > Articles > Infos

COP 21 : Nous ne respecterons pas l’interdiction de manifester

COP 21 : « Nous ne respecterons pas l’interdiction de manifester »

Malgré l’interdiction de la marche mondiale pour le climat, certaines organisations maintiennent leur appel à manifester.

Les appels à la résistance se multiplient depuis l’annonce, mercredi soir par le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, de l’interdiction des manifestations en marge de la conférence de l’ONU pour le climat.
Lire > COP 21 : la marche mondiale pour le climat interdite

- 18 h 30 : Le site Avaaz lance un appel à « recouvrir la place et les rues avoisinantes de chaussures, qui symboliseront chacun de nos pas », en guise d’alternative à la manifestation physique, interdite dans Paris.

Concrètement, l’organisation spécialisée dans les cyberactions et les campagnes de pétition invite tout un chacun à lui envoyer une paire de chaussures signée et décorée. Des volontaires feront également la collecte sur la place de la République jusqu’au 29 novembre, assure Avaaz.

« Ce n’est pas en demandant la permission que l’on écrit l’histoire ! »

- 16 h 00 : Maxime Combes, économiste et membre d’Attac s’est exprimé à titre personnel sur son blog, formulant une série de propositions pour contourner l’interdiction de manifester :

Occuper un même jour, aux quatre coins du pays une série de centres commerciaux. L’interdiction de manifester concerne en effet la voie publique et non le domaine privé, fait valoir l’économiste.

- Rendre les transports gratuits en libérant leur accès.

- Occuper l’Espace Génération climat, au Bourget, où des animations sont prévues avec des multinationales.

- Encourager les ONG accréditées à se faire entendre, « quitte à provoquer une crise, au sein même des négociations.

« Ce n’est pas en demandant la permission que l’on écrit l’histoire ! », lance le militant, qui pointe un « état de nécessité » face au dérèglement climatique. « Désobéir est devenu une nécessité. Pour préserver la démocratie et la planète », insiste-t-il.

Attac appelle de son côté à « renforcer » toutes les initiatives prévues en région le week-end du 28 et 29 novembre, qui ne font pas l’objet d’une interdiction.
Manifester dans le calme et sans haine

- 15 h 00 : Les désobéissants, collectif d’activistes non-violents, ont annoncé dans un communiqué leur intention de ne « pas respecter l’interdiction de manifester le 29 novembre ». L’association dénonce une « stratégie du choc » destinée à « utiliser les attentats tragiques pour restreindre les libertés ».

Refusant « la suspension de l’état de droit que constitue l’état d’urgence » les désobéissants appellent donc à manifester à midi, place de la République, « dans le calme, sans haine et sans violence. »
La marche de Notre-Dame-des-Landes sera maintenue

- 13 h 00 : Réunis mercredi soir en assemblée générale, les organisateurs de la marche prévue la semaine prochaine entre Notre-Dame-des-Landes et Paris ont décidé de maintenir en l’état leur mobilisation. « On continuera à manifester, à lutter dans ce monde, et à s’opposer à l’escalade sécuritaire et aux lois liberticides », a déclaré l’assemblée générale.

Le départ reste donc prévu samedi 21 novembre à 8 h 30 depuis la ZAD, « en vélo, tracteurs et autres véhicules ». Le convoi devait initialement rejoindre d’autres marches parties d’Agen et de Forcalquier, sur le plateau de Saclay, à dix-neuf kilomètres au sud-ouest de Paris, vendredi 27 novembre. Les détails de ce rassemblement sont encore en discussion.

Selon des participants joints par téléphone, les marcheurs partis de Forcalquier (Alpes-de-Haute-Provence ) le 25 octobre maintiennent eux aussi leur programme.

Ne pas déserter le terrain de la mobilisation citoyenne

Dans un communiqué publié mercredi soir, la coalition Climat 21, qui regroupe 130 organisations, « regrette qu’aucune alternative n’ait été trouvée ». Le week-end du 28 et 29 novembre, elle comptabilise 2173 événements et 57 marches dans 150 pays et assure qu’« une forme alternative de mobilisation citoyenne » est à l’étude concernant Paris.

Depuis samedi, ces organisations ont plusieurs fois réaffirmé leur détermination à ne pas déserter le terrain de la mobilisation citoyenne. « Nous ferons part de créativité pour mobiliser et rassembler. Pas de COP21 sans mobilisation de la société civile », assurait mercredi soir la porte-parole de la coalition, Juliette Rousseau.

Source de l’article :politis



Suivre la vie du site fr    ?    |    titre sites syndiques OPML   ?  


Site réalisé avec SPIP