22 août 2017

Migrants et réfugiés : regard global et bilan en Belgique

9h>16h30 Rue de la Charité 43, 1210 Bruxelles

26 août 2017

Conférence : la solidarité avec Sacco et Vanzetti

19h Local Sacco Vanzetti. 54 Chaussée de Forest - 1060 (...)

7 septembre 2017

Rencontre avec Philippe Lamberts

18h30 L’épicerie, Rue du Ruisseau 17, 1080 Bruxelles

28 septembre 2017

Droit à l’avortement pour toutes !

17h30 quartier Européen - 1000 Bruxelles

28 septembre 2017

Droit à l’avortement pour toutes !

17h30 Bruxelles Quartier Européen

2 novembre 2017

2, 3 et 4 novembre. Espoirs, utopies et héritages de la Révolution russe

16h Grande Salle de la Maison du Peuple. Parvis de Saint-Gilles, (...)

3 novembre 2017

3 et 4 novembre. Espoirs, utopies et héritages de la Révolution russe

09h Grande Salle de la Maison du Peuple de Saint-Gilles, Parvis (...)

4 novembre 2017

1917-2017 : Espoirs, utopies et héritages de la Révolution russe

09h Grande Salle de la Maison du Peuple de Saint-Gilles, Parvis (...)


Accueil du site > FR > Articles > Infos

Chili : marée rouge et colère noire

Chili : marée rouge et colère noire

Les pêcheurs de Chiloé, subissant une marée rouge d’une ampleur inédite, sont dans leur deuxième semaine de blocage de l’île pour obtenir une aide suffisante de l’État. La mort des coquillages fait suite à plusieurs épisodes alarmants au Chili, depuis des mois, avec la mort de milliers de saumons asphyxiés, puis de sardines et de mammifères échoués en masse.

Ces derniers jours la « marée rouge », prolifération d’algues toxiques Alexandrium catenella, a conduit au décès massif de millions de machas, coquillage typique de la région, et à une interdiction de récolte des bivalves (moules, huîtres, palourdes, machas…). Leur ingestion peut provoquer paralysie et mort.

Cette marée rouge est bien plus forte que celles survenues en 2002, 2006 ou 2009. Elle met au chômage forcé quelque 500 familles de pêcheurs de Chiloé, île au sud du pays à environ 1 000 km de Santiago, étendue sur 180 km de long, et comptant 170 000 habitants.

Manifestant par milliers, avec des barrages enflammés, les pêcheurs bloquent toutes les routes d’accès aux points d’embarquement, coinçant notamment les touristes, deuxième ressource de l’île, et entraînant une pénurie des produits de bases : carburants, aliments et médicaments. Ils bloquent aussi l’expédition du saumon d’élevage, avec une perte estimée par le secteur à 9 millions de dollars par jour : l’île concentre les deux tiers des sites de production chiliens.

Pêche contre aquaculture

Les représentants des pêcheurs ont refusé le 6 mai la proposition du gouvernement : une aide immédiate de 400 000 pesos (environ 600 dollars) chacun, puis 150 000 pesos (225 dollars) par famille et par mois tant que dure la marée rouge. L’interdiction devrait se prolonger encore 4 mois, estiment les experts. Des marches de soutien aux pêcheurs ont eu lieu à Puerto Montt, capitale régionale, et aussi, le lundi 9 mai, à Santiago, la capitale chilienne.

Des scientifiques relient tous ces événements au phénomène climatique El Niño, le réchauffement de la mer entraînant une multiplication d’algues. Phénomène peut-être amplifié par les cendres provenant de l’irruption, il y a un an, du volcan Calbuco, qui auraient agi comme un fertilisant.

Mais les pêcheurs soupçonnent la marée rouge d’être si virulente à cause des tonnes de saumons contaminés déversés en mer en début d’année (plus de 100 000 tonnes de saumon mort par asphixie à cause des algues). L’industrie du saumon réfute ces accusations. Produisant 800 000 tonnes par an et générant 3,5 milliards de dollars, cette industrie est puissante au Chili, deuxième producteur mondial après la Norvège, et d’ailleurs en partie sous capitaux norvégiens avec le géant Marine Harvest bien implanté. Le gouvernement a annoncé qu’il demanderait « à un groupe de scientifiques indépendants qu’ils réalisent les études nécessaires afin d’évaluer ces hypothèses ».

Source de l’article : lemarin

Un rassemblement de soutien aux pécheurs est prévu ce vendredi 13 mai à 16h30 devant l’ambassade du Chili (Bruxelles)



Suivre la vie du site fr    ?


Site réalisé avec SPIP