12 décembre 2017

Contre-sommet pour la justice migratoire

9h>20h De Markten. Rue du Vieux Marché aux Grains 5, 1000 (...)

12 décembre 2017

Notre pension est un droit, pas une tombola

18h Haute école Erasmus, rue des Six Jetons 70, 1000 Bruxelles

12 décembre 2017

Fraude et évasion fiscale : que font les pouvoirs publics ?

19h30 L’Horloge du Sud. Rue du Trône 141, 1050 Bruxelles

13 décembre 2017

Manifestation euro-africaine

17h Arts-Loi > Rond-Point Schuman 1000 Bruxelles

15 décembre 2017

Journée internationale des migrants

18h Espace Ninove, Chaussée de Ninove 82 - 1080 Bruxelles

15 décembre 2017

Anniversaire du Local Sacco-Vanzetti

19h Sacco-Vanzetti. 54 Chaussée de Forest, 1060 Bruxelles

17 décembre 2017

Festival Film d’Education

du 14 au 17/12 - petit théatre Mercelis, rue Mercelis 13 - 1050 (...)

18 décembre 2017

Afro-féminisme, au-delà du label

18h Pianofabriek. Rue du Fort 35 - 1060 Bruxelles

19 décembre 2017

Mobilisation contre la pension à points

10h30 Boulevard du Roi Albert II, 1000 Bruxelles


Accueil du site > FR > Articles > Analyses

David Bowie et le hip hop soul...

Chanson de contre-éducation : David Bowie et le hip hop soul...

Comme l’indique Sitou Koudadjé, il y a tellement d’articles du style "Ce que le hip hop doit à Bowie", "Ce que Iman (son épouse somalienne) doit à Bowie", etcetera, un peu comme le buzz sur le coureur australien présenté comme le véritable héros du Black Power de Mexico 1968, que je rappelle qu’en 1975, Bowie est le deuxième artiste blanc (après Elton John) à être invité dans l’émission de référence internationale Soul Train.

A l’époque, la scène musicale américaine suivait/copiait/jalousait la scène musicale noire, donc passer chez Soul Train était vraiment une entrée par la grande porte et un privilège. On dit que Bowie, impressionné par Don Cornelius, fut obligé d’absorber de la boisson et autres produits pour vaincre sa timidité devant des Noirs qui avaient tous chacun dix fois plus, ou au minimum autant de style et de talent que lui. Pourquoi l’ont-ils invité ?

Soul Train est comme une certification, une université. Si Don Cornelius ne vous invite pas dans son émission, vous n’avez aucune crédibilité musicale pour vous revendiquer de la culture soul ou r’n’b. Dans une Amérique où les artistes noirs jouaient dans des grandes salles à 99% blanches, Soul Train permet, avec la Soul Train Line, de renverser la vapeur en sélectionnant quelques artistes blancs que l’on va cuisiner. Pourquoi Bowie ? Parce que c’est un artiste (blanc entre autre et surtout britannique) que les Noirs voulaient "tester", et que beaucoup de télévisions américaines blanches préféraient ignorer car il faisait justement peur à un certain public blanc. Et Bowie est venu comme il est, avec un style particulier.

Ecoutez bien la vidéo. Toutes les premières questions des Noirs concernent la vie d’acteur de Bowie (peu de gens savent qu’il fut acteur), ils se moquent un peu de savoir qu’il est chanteur (alors que le public blanc ne le connaît principalement que comme chanteur), et seulement à la fin, juste avant qu’il chante, il y a une question posée que je traduis ainsi : "Quand est-ce que vous êtes vraiment tombés dans la soul music ? Je veux dire, quand est-ce que vous avez décidé d’en faire vraiment ?"
Bowie, limite démasqué, en rigole encore là où il repose.
Hip Hop Soul, bigger than music.

Amzat Boukari-Yabara
Historien, auteur de l’ouvrage Africa Unite ! Une histoire du panafricanisme



Suivre la vie du site fr    ?


Site réalisé avec SPIP