Articles

Trier, manger bio, prendre son vélo… ce n’est pas comme ça qu’on sauvera la planète

Slavoj Žižek : La culpabilisation des individus occulte les véritables causes de la destruction de la planète : le capitalisme et les États-nations.

Si nous voulons vivre hors la loi des meurtriers

Il est inutile de se demander d’où vient cet acharnement des réactionnaires à vouloir supprimer les poètes. N’est-il pas la meilleure preuve de l’efficacité de leurs écrits, lorsque, sous la pression des (...)

Frei Betto : changer un projet pour le Brésil par un projet de pouvoir, c’est çà le problème

Entretien avec ce moine dominicain, ancien guérillero et proche de Lula, critique le Parti du Travail qui gouverna le Brésil durant 13 ans et la gauche latino-américaine.

Qui est responsable du sous-développement de l’Afrique : les femmes africaines ou le G20 ?

Confondre les symptômes d’une maladie, ou d’un grave problème comme la surpopulation, avec ses causes, est symptomatique de ces décideurs néolibéraux...

Maroc, la révolution qui vient

Depuis 8 mois, la mobilisation populaire s’est installée dans le Rif. Déclenchée en réaction à la mort de Mouhcine Fikri, le mouvement s’est enraciné et organisé.

L’éléphant et la queue de la souris

des Palestiniens et des médias palestiniens emploient les termes de Mur d’Annexion, Mur de Ségrégation et même Mur d’Apartheid. D’un autre côté...

Turquie : Deux profs victimes des purges au seuil de la mort

Nuriye Gülmen et Semih Özakça sont en grève de la faim depuis 104 jours. Pour le journaliste belge d’origine turque Bahar Kimyongür, ils incarnent la résistance à (...)

François Houtart : Le Venezuela d’aujourd’hui et de demain

La question est de refonder un projet de Gauche et non de l’adapter. C’est la seule manière d’être fidèle au postulat de base d’émancipation du peuple...

Brésil : La destruction du système de protection sociale par le gouvernement Temer

Le pays vit une crise institutionnelle et politique et les propositions du gouvernement n’ont jamais été soumises au vote populaire.

Accords commerciaux : la Cour de justice de l’Union européenne désavoue la Commission !

Le verdict de ce jour démontre que la Commission n’était pas légitime pour négocier ces accords seule, au nom des États-membres

Kazım Kızıl • Lettre de prison

Notre plus grande source de moral, sont les messages de celles et ceux qui sont “dehors”, qui nous montrent que nous ne sommes pas seuls… et je vous remercie toutes et tous pour (...)

Paul Gillman, la légende du rock parle du Venezuela

Qu’est qui va peser plus, un terroriste derrière un clavier ou des milliers de personnes qui veulent voir un concert de rock ?

Tuer le messager

depuis 2006 et jusqu’à maintenant, un total de 401 journalistes ont été assassinés, la grande majorité d’entre eux, pour s’acquitter des tâches inhérentes à leur (...)

Perte de mémoire dans le jardin de la violence

Comment les USAméricains se rappellent (et oublient) leurs guerres

Le fils de Marouane Barghouti : Mon père n’est pas plus un terroriste que ne l’était Nelson Mandela

Marouane Barghouti, militant du Fatah emprisonné qui mène la grève de la faim des prisonniers palestiniens incarcérés en Israël.


Accueil du site > FR > Articles

Dérivations, revue de critique urbaine

Le projet de la Revue Dérivations avance bien : le sommaire du premier numéro est presque bouclé. Et, vu l’abondance d’articles intéressants qui leurs sont arrivés, ils ont même dû revoir la pagination à la hausse (de 128 à 160 pages). Sauf mauvaise surprise, l’échéance du 20 septembre sera respectée. Une revue de débats, pluraliste et ouverte, renaît donc à Liège.

Maintenant, ils ont vraiment besoin d’un coup de pouce de votre part, pour pouvoir passer la commande chez l’imprimeur sans prendre un trop gros risque : souscrivez à la revue, ça ne coûte que 12,50 euros, invitez vos amis à souscrire, aidez-les à faire connaître le projet.

Une revue, c’est comme une fleur : sans amour et sans eau fraiche, elle dépérit.

À vous de jouer...

Souscrire au premier numéro


Au sommaire du numéro 1

Il est trop tôt pour tout dévoiler l’ensemble du sommaire du premier numéro, mais signalons déjà les contributions suivantes.

Le dossier principal sera consacré à la Place Cockerill et aux enjeux du parking à Liège, avec notamment des contributions d’Abdelkader Boutemadja, d’Hélène Van Ngoc, Gil Honoré, Gwenaël Breës, Marie Schippers, Antoine Faja, Pierre Morel,...

Un article de Sébastien Charlier et Thomas Moor sur les enjeux de la rénovation de la Cité administrative de la Ville de Liège.

Un article de Baptiste Delhauteur sur la sculpture monumentale.

Un article de Laurent Nisen sur les usages du Ravel.

Un article d’Alfonso Vigliotti et Mathilde Collin sur la puissance et les limites du cinéma dans les quartiers.

Dans la rubrique « Archive », un retour dans les années ’80, à l’époque du combat des « pénichards » pour le maintien des péniches au centre de la ville, présenté par Alain Leens.

La rubrique photographique, tenue, pour débuter, par Nicolas Bomal, autour de la démolition de tours de Droixhe.

Une chronique dessinée d’Harald Franssen.

Une chronique de Jean-Pierre Collignon, alias l’indispensable Monsieur Jean-Pierre.

Une carte blanche sur le développement du site de Bavière.

Un article de Georges-Eric Lantair et Alain Richard sur « l’affaire Matador », à Mons.

Une enquête de Luca Piddiu sur l’attribution des fonds FEDER.

Une rubrique intitulée « La page des libraires », avec des contributions de tous les libraires indépendants liégeois (Carotte, Comptoir du livre, Entretemps, Livre aux trésors, Parenthèse, Pax et Toutes directions).

Et, enfin, une fiction de Pascal Leclercq.


Une revue, pourquoi ?

La création de la revue Dérivations poursuit plusieurs objectifs.

D’abord, créer un espace de débat dans la sphère liégeoise, non seulement sur les questions urbaines, mais aussi sur le devenir de Liège, de ses habitants, et de sa région en général. Nous voulons être un lieu où les arguments trouvent à se confronter, à se rencontrer, à s’affiner : à ce titre, nos pages seront ouvertes aux contributions issues de toutes les sensibilités démocratiques qui souhaiteront s’y exprimer. Nous sommes en effet convaincus qu’un tel espace manque gravement à Liège. Et que la ville souffre — en est-ce la cause ou la conséquence ? — d’un manque criant de culture du débat, malgré la richesse de sa vie associative.

Ensuite, nous souhaitons documenter les grandes questions urbaines liégeoises, pour donner à nos lecteurs des clés de lecture sur des enjeux qui touchent au devenir commun et qui sont parfois bien peu lisibles. Ce rôle, nous voulons le jouer non seulement par l’analyse — sociologique, urbanistique, économique, historique,... — ou par la prospective, mais aussi en multipliant les regards sur la ville : à ce titre, des formes d’écriture littéraires, le dessin, la photographie, etc trouveront place dans nos pages.

Enfin, nous souhaitons devenir un lieu d’ouverture du débat liégeois sur des questions plus larges, plus éloignées ou plus théoriques, mais qui contribuent à déterminer la ville dans laquelle nous voulons vivre.

Revue Dérivations



Suivre la vie du site fr    ?


Site réalisé avec SPIP