Documents

Pour une télévision qui permette au peuple de discuter avec le peuple

Entretien avec Thierry Deronne, cinéaste et universitaire belgo-vénézuélien

Repenser Plaisir visuel et cinéma narratif à l’ère des changements de technologie, par Laura Mulvey

Regarder des films hollywoodiens au ralenti renforce ces oppositions tout en les mettant à mal. La ligne narrative tend à s’affaiblir si le spectateur a la possibilité de contrôler son déroulement, (...)

Plaisir visuel et cinéma narratif, par Laura Mulvey

L’origine et la nature du plaisir pris par le spectateur au cinéma, ainsi que la manière dont la figure féminine, dans les films narratifs "classiques", est construite pour satisfaire les pulsions (...)

Et si on sécurisait nos échanges ?

Appels, SMS, réseaux sociaux... tous ces moyens d’échanges sont surveillés par les flics et pourtant nous sommes nombreux.ses à continuer de discuter de nos actions dessus. Si on changeait nos (...)

Quelques trucs indispensables pour limiter les informations que l’on disperse sur Internet

Il ne s’agit pas de se rendre invisible, anonyme sur Internet, mais de prendre quelques mesures, rapides et faciles, de réduire les informations livrées à des entreprises, à limiter son « profilage », (...)

Tzvetan Todorov – Face au mal, imiter ou refuser

Si on hait l’ennemi comme il vous hait, on ne fait que renforcer le mal dans le monde. L’un des pires effets de cette occupation, de cette guerre, c’est que les victimes des nazis commencent à (...)

« L’autre », des deux côtés. Entretien avec Jean-Louis Comolli

Aujourd’hui, la télévision remplace le zoo. On n’a plus besoin d’aller voir les vrais animaux.

Entretien avec Roman Polanski - 1963

Montrez les conflits résolus en toute justice, et tout le monde sortira satisfait et dira : « Tout va bien ». Montrez l’injustice et vous rendrez les gens (...)

Rien ne nous est donné, un film sur l’action collective

La grève, qu’elle soit victorieuse ou non, constituait un moment vécu en commun. C’est aussi le fil conducteur du film : l’idée de l’action collective.

Collectif Ogawa : Notre caméra sera en première ligne pour recevoir les coups

Les documentaires épiques du collectif japonais Ogawa Productions, réuni autour du cinéaste Shinsuke Ogawa (1936-1992), sont peut-être les films les plus extraordinaires jamais tournés sur le combat (...)

Le Nutella et l’image des foules

Événement anticipable, l’ouverture des soldes fournit à la fois un sujet pittoresque par son action spectaculaire, une peinture sociale de la modernité et l’occasion d’une condamnation morale à peu de (...)

Henri Alekan, Chef opérateur de cinéma. Syndicaliste CGT. Socialiste et pacifiste. Résistant.

Henri Alekan fut sensible aux problèmes sociaux de sa profession et, en créant en 1932 le Groupement des assistants opérateurs, il jeta l’une des bases du Syndicat des techniciens de la production (...)

A propos du film "Septembre Chilien" : Tournage au Chili

Comment rendre compte par un film, tourné en quelques jours juste après le coup d’Etat du 11 septembre, des blessures, des deuils, des disparitions, des rumeurs, vécus par des centaines de milliers (...)

Vladímir Vissotsky et le zastoi

Sans doute, Vissotsky a représenté son peuple d’une manière véridique, et c’est pourquoi après sa mort il continue d’être le poète le plus apprécié et sa voix aguerrie continue encore de (...)

Le film The Square : entre idiots déclarés et vie réelle

L’excentricité se lasse d’elle même, elle a besoin d’un art au niveau de sa négligence intellectuelle, quelque chose qui ne provoque pas de conflit, des bouffons qui nettoient l’incommodité du (...)


Accueil > FR > Documents Formation

Dérive morale du FIPA - Festival international de programmation audiovisuelle

Madame la Présidente,
Monsieur le Délégué Général,
Monsieur le Maire,

Ayant collaboré de multiples fois avec le fondateur du FIPA (Festival international de programmation audiovisuelle), mon ami Pierre-Henri Deleau, et ayant participé de nombreuses années à ce festival comme responsable de WBI (Wallonie-Bruxelles Images), j’ai été stupéfait d’apprendre que l’édition 2018 comprendra une opération de promotion du régime israélien au travers d’un “Focus Israël”.

Lisant les diverses annonces promotionnelles, j’apprends de plus qu’un des films sélectionnés est un portrait d’un assassin raciste, présenté comme un “patriote”, alors qu’il est visé par un mandat d’arrêt international pour “action criminelle ayant entraîné une mort”.

Je ne peux que m’associer aux protestations de personnalités telles Pierre Haski, Daniel Schneidermann et Denis Sieffert qui vous ont adressé un courrier dénonçant cette complicité avec un régime qui ne respecte pas les droits humains, exécute journellement des résistants qualifiés de “terroristes”, emprisonne et torture des enfants de moins de douze ans (lisez le rapport de l’ONU à ce sujet !)... et investit actuellement des dizaines de millions de dollars dans sa promotion internationale, au FIPA 2018 notamment.
Quelle dérive morale d’un événement qui m’était cher.

En ce qui concerne les professionnels de l’audiovisuel de mon pays (réalisateur, producteurs, distributeurs), ce serait, à mon avis, un acte de dignité de refuser de participer à cette opération de propagande politique. Je les invite donc à retirer leurs films sélectionnés à ce FIPA 2018 et de se retirer du secteur marché.

Participer à cette action et accepter l’argent de ce régime colonialiste ce n’est pas seulement se rendre complice de l’oppression des Palestiniens, c’est, objectivement, aussi, l’encourager !

Bien à vous

Rudi Barnet
Conseiller à la production, Programmateur

À Biarritz, le Fipa (23-28 janvier), partagé entre séries, fictions, et documentaires consacre cette année un focus sur la production israélienne. Quelle a été notre surprise en lisant la présentation d’un documentaire de Daniel Sivan, The Patriot : « Un nouveau type de justicier. Ulcan, un hacker sioniste militant livre une guerre virtuelle et sans merci aux leaders du mouvement antisémite français. »
Rappelons qu’Ulcan, Grégory Chelli de son vrai nom, est ce délinquant qui profère des menaces de mort, usurpe des identités, fait intervenir la police chez ses victimes. Ses cibles sont nombreuses : Martine Aubry, maire de Lille, Stéphane Richard, PDG d’Orange, érigés donc au rang de « leaders du mouvement antisémite », comme d’autres cibles du hacker, tels Daniel Schneidermann (Arrêt sur images), Pierre Haski (aujourd’hui président de Reporters sans frontières), Denis Sieffert (directeur de Politis), Pierre Stambul (UJFP), et Jean-Claude Lefort, ou encore Thierry Le Corre, le père d’un journaliste de Rue 89, Benoît Le Corre, mort de crise cardiaque à la suite d’un appel d’Ulcan lui annonçant la mort de son fils.
Condamné à maintes reprises, ayant plusieurs plaintes contre lui pour hacking, Ulcan est sous le coup d’un mandat d’arrêt pour « action criminelle ayant entraîné une mort ». Comment les responsables de la sélection du Fipa ont-ils pu passer à côté de tels faits et commettre une telle bévue ? Pierre Haski, Daniel Schneidermann et Denis Sieffert rendent publique ce mardi 16 janvier 2018 une lettre ouverte au Fipa pour protester contre une présentation scandaleuse d’un film qui fait l’éloge d’un personnage aussi peu recommandable.

Pierre Haski, Daniel Schneidermann et Denis Sieffert adressent une lettre à la présidente du Fipa pour protester contre la présentation d’un film sur le hacker Ulcan, dont les auteurs ont été les victimes.

Lettre ouverte à la présidente du Festival international de programmation audiovisuelle

Madame la Présidente,

« Un nouveau type de justicier. Ulcan, un hacker sioniste militant, livre une guerre sans merci aux leaders du mouvement antisémite. »

En lisant le résumé du film The Patriot en sélection officielle du Fipa, sur le programme du festival, nous avons frémi. En tant que victimes d’Ulcan, nous voilà donc érigés au rang de « leaders du mouvement antisémite » – au même titre que Stéphane Richard, Pdg d’Orange, de Martine Aubry, maire de Lille, de Pierre Stambul, vice-président de l’Union juive française pour la paix, de Jean-Claude Lefort, Président d’honneur de France-Palestine Solidarité, de France inter, Libération, et de très nombreuses autres cibles de ce « justicier » des temps modernes si l’on en croit ce texte.

La surprise est d’autant plus grande de voir ainsi encensé, dans ces quelques lignes anodines de présentation, un personnage qui, s’il rentrait en France demain, serait immédiatement arrêté et envoyé devant une cour d’Assises pour meurtre. Oui, meurtre, car depuis septembre 2016 il est visé par un mandat d’arrêt pour « action criminelle ayant entraîné une mort ». Le mort en question est le père d’un journaliste de Rue89, Benoit Le Corre, décédé d’une attaque cardiaque à la suite d’une vengeance de ce « patriote » après un article qui lui a déplu, cela aurait peut-être mérité d’être rappelé.

La légèreté avec laquelle, sous le titre flatteur de « patriote », vous présentez un personnage contre lequel ont été déposés des dizaines de plaintes en France, dont les nôtres, et pour lequel nous avons été reçus tous les trois par la Garde des Sceaux et le Ministre de l’intérieur de l’époque, Christiane Taubira et Bernard Cazeneuve, suite à des opérations d’Ulcan contre nos domiciles, est consternante de la part d’un festival international. Une simple recherche Google aurait permis d’éviter de présenter de manière aussi anodine un personnage au dossier aussi lourd.

Ces quelques lignes contiennent une diffamation infâmante contre toutes les victimes d’Ulcan présentées comme « antisémites ». C’est inadmissible, et serait aisément tranché devant un tribunal.

Ce n’est pas le sens de notre démarche. Mais vous pourrez comprendre que nous ne pouvons pas laisser passer sans réagir une présentation aussi injurieuse, et un film pour le moins ambigu.

Nous ne sommes pas dans une logique de censure. À chacun de se faire son opinion, à condition que tous les éléments soient sur la table de manière claire. Ils ne le sont pas, c’est le moins qu’on puisse dire, dans la présentation qui est faite sur votre programme : nous demandons que cette présentation soit changée au plus vite ainsi que dans le dossier de presse.

Mais il nous semble nécessaire que le public français soit clairement informé du contexte de cette affaire, et pas seulement par un documentaire fait en Israël et qui, s’il donne aussi la parole à certaines victimes, fait la part belle à ce « justicier » qui n’a pas le courage de se présenter devant la justice française et s’abrite derrière l’absence de traité d’extradition entre la France et Israël.

Nous demandons l’organisation un débat avant ou après la diffusion du documentaire, avec le public du film, afin qu’il soit totalement informé de cette affaire qui attend toujours son dénouement judiciaire. C’est le minimum pour que la présentation infâmante du programme ne trompe pas le public français.

Nous sommes à votre disposition pour en parler au plus vite, avant le début de la manifestation évidemment. Nous rendrons publique cette lettre puisque votre programme est déjà public.

Bien à vous.

Pierre Haski, cofondateur de Rue89, aujourd’hui Président de Reporters sans frontières (RSF)

Daniel Schneidermann, fondateur d’Arrêt sur images

Denis Sieffert, Directeur de la publication, Politis

Cet article est en accès libre. Politis ne vit que par ses lecteurs, en kiosque, sur abonnement papier et internet, c’est la seule garantie d’une information véritablement indépendante. Pour rester fidèle à ses valeurs, votre journal a fait le choix de ne pas prendre de publicité sur son site internet. Ce choix a un coût, aussi, pour contribuer et soutenir notre indépendance, achetez Politis, abonnez-vous.


Ulcan, de son vrai nom, Grégory Chelli, 36 ans, né à Paris, est visé par une centaine de plaintes. Ulcan est parti se réfugier en Israël où il a obtenu la citoyenneté le 23 mars 2014. Aucun traité d’extradition n’existant entre les deux pays, il y a peu de chances qu’Ulcan finisse devant un tribunal français.

Ulcan s’est fait connaître en 2014, au moment de l’agression israélienne sur Gaza quand il a commencé à piraté certains médias d’information, comme Rue89, Arrêt sur images, le site de Libération, Mediapart...

Il a aussi harcelé plusieurs personnes, comme Stéphane Richard, Pdg d’Orange, Martine Aubry, maire de Lille, ou d’autres comme Pierre Stambul de l’Union Juive Française Pour la Paix ou Jean-Claude Lefort, ancien président de l’Association France Palestine Solidarité, qui dénoncent l’occupation israélienne en Palestine.

Il s’en est également pris à des journalistes qui ont osé dresser son portrait. Ulcan a proféré des menaces de mort à leur encontre et a mis parfois en ligne leurs coordonnées personnelles.

En juillet 2009, Grégory Chelli est condamné, avec trois autres militants de la Ligue de défense juive dont il fait partie, pour le saccage, à Paris, de la librairie Résistances, connue pour son soutien à la cause palestinienne.

Le 29 juillet 2014, il appelle le père d’un journaliste de Rue89, Benoît Le Corre, auteur d’un article peu flatteur à son égard. Ulcan se fait passer pour un policier. "Votre fils est mort, lui dit-il. Il est mort. Il est mort." Trois jours plus tard, un autre appel, au commissariat cette fois, provoque l’intervention des forces de l’ordre chez la famille Le Corre. Le 6 août, le père est victime d’un malaise cardiaque et décède quelques semaines plus tard.



Suivre la vie du site fr    ?    |    titre sites syndiques OPML   ?  


Site réalisé avec SPIP