Août 2017
LMMJVSD
31123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031123

Septembre 2017
LMMJVSD
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301

Octobre 2017
LMMJVSD
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345


Accueil du site > FR > Agenda

Donc, c’est non : Henri Michaux vu par Jean-Luc Outers

mercredi 18 mai 2016 / 
20h Passa Portabookshop. Rue Antoine Dansaert 46, 1000 Bruxelles

Place à la réflexion :
Donc, c’est non
Henri Michaux vu par Jean-Luc Outers

mercredi 18 mai à 20:00
Passa Portabookshop
Rue Antoine Dansaert 46, 1000 Bruxelles

Donc c’est non. Tel est le titre du savoureux recueil de lettres de refus, signées par Henri Michaux et rassemblées par Jean-Luc Outers, paru ce printemps chez Gallimard.

On y lit les "non", apparemment inévitables, de l’écrivain à toute une série de sollicitations : prix littéraires, séances photo, rééditions... Elle est jubilatoire et aussi très parlante, cette "philosophie du refus", quand on la compare à l’omniprésence de certains écrivains aujourd’hui.

Après la lecture de certaines de ces lettres par le comédien Bruno Marin, Jean-Luc Outers sera interviewé par Nadine Eghels sur ce recueil et le long travail de recherche qu’il a nécessité.

A propos du livre :

« Je cherche une secrétaire qui sache pour moi de quarante à cinquante façons écrire non. » Cette imploration, presque désespérée, résume à elle seule les lettres de Henri Michaux réunies par Jean-Luc Outers. Il n’y est question que de refus : les demandes d’interviews, les adaptations scéniques de ses textes, les anthologies, les colloques ou les numéros de revues qui lui sont consacrés, les rééditions, y compris en livre de poche ou dans la Bibliothèque de la Pléiade, les conférences et commémorations, les prix littéraires, les publications de photos…

C’est à tout cela, qui n’est plus la littérature mais son institution sinon son décorum ou le carnaval médiatique qui l’agite, que Henri Michaux n’a cessé de s’opposer sa vie durant. Alors qu’on le poursuit sans répit, il cherche l’ombre, il se cache. Il part en croisade contre la « vedettomanie », multipliant les lettres dont la production s’intensifie à mesure que s’accroît la notoriété. « Du moins que je ne finisse pas gavé de mon propre nom », écrira celui qui n’éprouvait que dégoût pour toute forme de reconnaissance. Plutôt qu’une litanie monocorde de refus, ces lettres frappent par leur singularité et leur style souvent cinglant et drôle : elles instaurent, à leur manière, une philosophie du non.

ORG. Passa Porta


Suivre la vie du site fr    ?


Site réalisé avec SPIP