Articles

Nouveau suicide à Vottem !

A Vottem depuis 2008, c’est le cinquième décès : trois suicides, et deux morts faute de soins appropriés. Rassemblement ce samedi 13 octobre à 15h au centre fermé de Vottem (...)

Perquisitions chez des hébergeurs/hébergeuses

Des ménages belges ont été ciblés comme s’ils étaient devenus les repaires de narcotrafiquants. Portes et serrures forcées, plaquages au sol, mandats d’amené, citoyens (...)

Ni oubli ni pardon pour Zak

Zak Kostopoulos, activiste LGBTQI+, séropositif et drag queen (Zackie Oh), a été assassiné dans le centre d’Athènes par des « citoyens indignés »* avec le concours de la police grecque. Ces faits ont été (...)

Venezuela, les répétitions font la vérité

Quel est le traitement médiatique de la situation vénézuélienne opéré dans les médias européens ? « Soixante-deux mille-quatre-cent répétitions font une vérité » Aldous Huxley, philosophe et écrivain (...)

Saillans : de l’utopie à l’expérimentation politique

En France, le petit village de Saillans, expérimente depuis 2014 une forme de démocratie participative. A quelques semaines des élections communales en Belgique, voici un retour sur une expérience (...)

Du journalisme en batterie

Joseph Kessel ? Ryszard Kapuscinski ? Albert Londres ? Loin des tribulations des grandes figures du journalisme, le quotidien d’un travailleur de la presse ressemble davantage à celui d’un ouvrier (...)

Lettre ouverte au ministre de la coopération au développement

La Belgique ne collaborerait plus avec le ministère palestinien de l’Enseignement, tant que les écoles palestiniennes porteraient des noms de « terroristes palestiniens (...)

Rêver sous le capitalisme, entretien avec Sophie Bruneau

Dans le documentaire Rêver sous le capitalisme, 12 personnes racontent un rêve et son interprétation en lien avec leur boulot. Un film saisissant, tant sur la forme que sur le (...)

Leur écologie et la nôtre

Visionnaire, le philosophe André Gorz avait prévu, dans ce texte paru en 1974, la récupération de l’écologie par l’industrie, les groupes financiers — en un mot, le (...)

Résister à la tentation pédagogique pour penser le racisme d’une façon politique

Relire “Racisme et culture” de Frantz Fanon au prisme des actes négrophobes ayant eu lieu au Pukkelpop festival

Vous avez dit... cultures noires ?

En lieu et place de "cultures noires", on pourrait parler de mouvements, de cultures de contestation d’un ordre, de l’économique, du politique, de la ségrégation résidentielle, des brutalités (...)

Encore un article violent de la DH sur les migrants

Qui est responsable des nerfs à vif de certains migrants et demandeurs d’un abri pour la nuit ? Qui pousse à bout ces exilés ou sdf bruxellois qui viennent demander un repas, un lit, une douche et un (...)

Pretty Woman : 25 ans de mensonges au sujet de la prostitution

Le film « Pretty Woman », une comédie romantique à propos d’une prostituée simple et pauvre et un riche et bel acheteur de sexe qui tombent amoureux.

Les zoos humains de l’ère Trump

Sommes-nous vraiment si différents de ces spectateurs qui venaient, il y a environ un siècle, assister comme au zoo, sans sourciller ni s’émouvoir, à l’avilissement d’autres êtres humains (...)

Ludo de Witte : Il faut changer les mentalités et décoloniser complètement l’espace public

Ce qu’on a réussi aujourd’hui, c’est « une petite plaque » mais c’est quand même un grand pas et c’est important


Accueil > FR > Articles

Ebola : le FMI et la Banque mondiale, pompiers pyromanes

Les pays les plus touchés par les ravages du virus Ebola font face à des crises sanitaires majeures. Celles-ci sont la conséquence directe des mesures structurelles orchestrées depuis plus de trente ans par le FMI et la Banque mondiale. L’annulation des dettes des pays du Sud doit être une priorité.

Le club des pays les plus riches du monde, le G20, s’est engagé à « éradiquer l’épidémie d’Ebola et à couvrir ses conséquences économiques et humanitaires à moyen terme ». Plus de 5.600 personnes en sont déjà mortes en Afrique de l’Ouest.

Comment les gouvernements du G20 comptent-ils « éradiquer » Ebola ? Quelle somme vont-ils réellement débloquer ? Rien de concret n’est indiqué sauf qu’ils « saluent l’initiative du FMI de débloquer 300 millions de dollars supplémentaires pour endiguer Ebola (…) à travers des prêts préférentiels, réductions de dette et des dons » pour les trois pays les plus touchés : la Guinée, le Liberia et la Sierra Leone.

Ce plan du FMI vise en réalité moins les intérêts des populations que ceux des créanciers et ce, pour trois raisons.

Premièrement, l’« aide » promise de 300 millions de dollars ne restera pas longtemps dans ces pays puisqu’une partie retournera directement dans la poche des créanciers via le remboursement du service de la dette. Rien que pour 2014 et 2015, ces trois pays doivent rembourser 230 millions de dollars à leurs bailleurs de fonds (dont les pays du G20 et le FMI). Autrement dit, les créanciers donnent d’une main ce qu’ils reprennent de l’autre.

Deuxièmement, comme l’indique le communiqué du G20, l’« aide » du FMI est composée en partie de prêts qui vont automatiquement alourdir le poids de la dette de ces trois pays. Les dépenses sociales continueront à être sacrifiées vu que la priorité des gouvernements, au Sud comme au Nord, est le remboursement de la dette, quel que soit son caractère illégitime.

Ce n’est certainement pas l’allégement de la dette annoncé par le FMI qui va remettre en cause cette logique. En effet, les réductions de dettes, lorsqu’elles sont décidées par les créanciers, visent à éviter les défauts de paiement. En effaçant une partie de cette dette, leur objectif est de la rendre « soutenable » donc remboursable même si cette dette est odieuse, illégale ou illégitime.

De plus, cette définition de la « soutenabilité » repose sur des critères économiques qui ne prennent absolument pas en compte les besoins fondamentaux des populations. Pour preuve : les Philippines auraient une dette « soutenable » selon l’appréciation rendue par le FMI et la Banque mondiale après le typhon de novembre 2013 qui a pourtant entraîné 10.000 décès et 4 millions de personnes déplacées. Malgré ce désastre humanitaire, le pays est donc sommé de rembourser sa dette car celle-ci resterait « soutenable ». Résultat : depuis ce typhon, les Philippines ont reçu 850 millions de dollars d’« aide » (essentiellement des prêts) alors que dans le même temps le pays a payé 6 milliards de dollars à ses créanciers. Le service annuel de cette dette odieuse largement héritée de la dictature de Marcos est plus élevé que les budgets de la Santé et de l’Education.

Troisièmement, les pays touchés par Ebola et les autres catastrophes humanitaires comme celles que connaissent les Philippines ou encore Haïti (suite au séisme de 2010) restent soumis aux politiques d’ajustement structurel (appelées dans les pays du Nord « mesures d’austérité ou de rigueur ») dictées par leurs créanciers. À titre d’exemple, le dernier rapport du FMI sur la Guinée publié le 21 novembre souligne que « les réformes structurelles demeurent une priorité du gouvernement et une condition sine qua non pour une plus forte croissance, la réduction de la pauvreté, et pour que la Guinée bénéficie de ses ressources naturelles (…) Les mesures structurelles clés visent à renforcer la gestion des finances publiques, reformer la fonction publique, améliorer le climat d’affaire. »

Ces mesures structurelles orchestrées depuis plus de trente ans par le FMI et la Banque mondiale sont pourtant largement responsables de la crise humanitaire dans ces pays.

Tirer des leçons des échecs passés

Dans les pays touchés par Ebola, la dégradation des systèmes de santé est la conséquence directe des plans d’ajustement structurel qui se sont traduits par des coupes drastiques dans les budgets sociaux, le gel des salaires et les licenciements dans la fonction publique dans le but de rembourser la dette. Si les services de santé et d’assainissement (infrastructures d’égouts, de traitement des eaux, etc.) de ces pays n’avaient pas été entièrement démantelés par ces politiques, le risque épidémique aurait été bien plus faible ou plus facilement contrôlable.

Visiblement, les gouvernements des pays les puis puissants qui se réunissent en club (G20, Club de Paris) ou au sein des institutions qu’ils dominent (FMI, Banque mondiale) ne veulent pas tirer les leçons des échecs passés et prendre leurs responsabilités en stoppant ces politiques anti-sociales et en annulant totalement les dettes des pays du Sud.

Ces dettes ont déjà été intégralement remboursées. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, les pays dits « en développement » sont les véritables créanciers puisque le transfert net sur leur dette extérieure est largement négatif. Cela signifie qu’ils ont payé à leurs créanciers plus qu’ils n’ont reçu. Selon le dernier rapport du CADTM « Les chiffres de la dette », ils ont payé à leurs créanciers 251 milliards de dollars de trop sur la période 1985-2012 !

Annuler leur dette ne relèverait donc pas de la générosité mais constituerait un acte de justice qui ne pénaliserait pas les populations des pays du Nord. Concernant la Belgique, le montant total de ses créances envers les pays du Sud ne s’élève qu’à 2 milliards d’euros. C’est cinq fois moins que ce qui a été injecté dans Dexia depuis 2008.

L’État pourrait compenser cette annulation en réduisant radicalement certaines de ses dépenses illégitimes, à commencer par le paiement du service de la dette qui représente 20 % du budget annuel de l’État fédéral. La Belgique pourrait également conditionner sa contribution financière apportée à la Banque mondiale au respect des droits humains. La Banque mondiale est, en effet, la principale bénéficiaire de l’« aide au développement » alors même que le représentant de la Belgique à la Banque mondiale ne rend aucun compte devant le Parlement, tout comme le représentant au FMI.

par Renaud Vivien

Source de l’article : Carte blanche publiée le 28 novebre 2014 sur le site du Le Soir



Suivre la vie du site fr    ?    |    titre sites syndiques OPML   ?  


Site réalisé avec SPIP