Articles

Bruno Latour : « Les Gilets jaunes sont des migrants de l’intérieur quittés par leur pays »

Qu’est-ce que le mouvement des Gilets jaunes révèle de l’épuisement de l’organisation politique et économique de notre société ? Quel est le rôle de l’État ? De la société civile ? Quelle place occupe (...)

Charges déraisonnables : le poids des mots, le choc des idéaux

Documentaire de création polyphonique, Charges déraisonnables tisse avec ingéniosité une réflexion riche et salutaire sur le langage comme rapport de force et outil de (...)

Pour une histoire populaire de la Révolution portugaise

La révolution portugaise est l’une des principales révolutions du XXème siècle. Et peut-être la plus méconnue. Parce qu’il faut faire oublier qu’il y a 40 ans en Europe un peuple expropria une partie de (...)

Gilets Jaunes : L’appel de Commercy

« L’assemblée des assemblées » des Gilets jaunes s’est tenue à Sorcy-Saint-Martin, près de Commercy (Meuse), samedi 26 et dimanche 27 janvier. Elle vient de publier son (...)

Suite du procès ZIN TV et ATTAC, la chambre du Conseil se prononcera en février

Le parquet demande un non lieu pour 1 des policiers et un renvoi en correctionnel pour le deuxième avec pour motif de s’être introduit dans un système informatique et avoir effacé les données, en (...)

Les poupées sexuelles nous montrent...

Peu importe la façon dont vous l’emballez, l’embellissez ou le rendez inoffensif, l’objet inanimé qu’est une "poupée sexuelle" n’est que le reflet de ce que les hommes pensent avoir le droit de faire aux (...)

Pourquoi moi ? Une lettre de Cesare Battisti

Les autorités italiennes d’aujourd’hui me poursuivent, comment expliquer cela, comment expliquer cette Italie, la même qui me transmit un jour l’amour des mots écrits, ce rêve de liberté et de justice (...)

Le faux dilemme du patriotisme

Dès que vous dites quelque chose qui ne leur plait pas, ils vous invitent à quitter le pays de la Liberté et à vous installer au Venezuela.

Brésil : C’est comme si on revenait au Moyen Âge

Meimei Bastos, poète et écrivain brésilien : C’est un tel pas de géant en arrière que je sens que nous allons bientôt être brûlés par l’Inquisition bolésonarienne, qui prétend que la terre est plate et que (...)

Médiamensonge & vérité rétablie : Zak a été battu à mort !

Au départ, Zak a été décrit comme un toxicomane en manque qui voulait cambrioler la bijouterie. Il a été accusé d’avoir un couteau en main. Or, le seul couteau repéré sur place ne portait pas de trace de (...)

Gilets jaunes : la classe moyenne peut-elle être révolutionnaire ?

Avant, on pouvait noyer l’ennui d’une telle existence dans un sentiment d’appartenance très fort, celui « de faire comme tout le monde ». (...) Aujourd’hui, on doit s’avouer qu’on a de toute façon tort (...)

Un texte sur et pour les gilets jaunes, d’Edouard Louis

Dans son livre "Qui a tué mon père", l’écrivain Edouard Louis faisait ce constat : "Pour les dominants, la politique est une question esthétique : Une manière de se penser, une manière de voir le (...)

Les Gilets jaunes à la lumière de l’expérience italienne

Pour éclairer le mouvement des gilets jaunes, il est précieux de regarder ce qui se passe ailleurs. Revue des divergences et convergences entre Mouvement 5 étoiles et Gilets (...)

Julian Assange acculé

Julian Assange est considéré comme un invité indésirable et un héritage inconfortable du gouvernement précédent.

Comment PWC et les « Big Four » noyautent les politiques européennes sur l’évasion fiscale

Tant que nous laisserons les géants de l’audit et de la comptabilité élaborer la politique européenne de lutte contre l’évitement fiscal, des milliards d’euros seront perdu chaque année, privant les (...)


Accueil > FR > Articles

Grèce : Un détective pose quelques questions troublantes

Euh… une dernière p’tite question M’sieurs-Dames. Oh trois fois rien, un dernier p’tit détail et puis je vous laisse. Je sais que vous êtes très occupés ces temps-ci !

Alors voilà, j’ai bien réfléchi et il y a certaines choses que je ne comprends toujours pas :

– Vous M. Hank Paulson, président de Goldman Sachs à l’époque, vous avez aidé la Grèce à emprunter des milliards d’euros en secret. Ensuite, grâce à votre ingénierie comptable, vous l’avez aidé à contourner les règles européennes, celles qui limitent le niveau de la dette publique. Tout cela afin qu’elle puisse rentrer dans l’Euro… pendant que vous spéculiez contre elle.

C’est bien ça, n’est-ce pas ?

– Vous M. Wim Duisenberg, alors que vous étiez président de la BCE et lauréat du prix De la vision pour l’Europe, vous avez donné votre accord à l’entrée de la Grèce dans l’Euro… sans voir que ses comptes étaient aussi maquillés qu’une voiture volée.

Vous devez être très myope, n’est-ce pas ?

– Vous M. Trichet, successeur de M. Duisenberg, demandez à la Grèce pas plus tard qu’hier matin, je vous cite, « de présenter un plan crédible ». Et quand vous étiez en fonction, vous disiez que le pays devait, je cite toujours, « corriger avec la plus extrême vigueur sa trajectoire aberrante, afin de pouvoir ramener son déficit de 12,7 % du PIB en 2009 à… 3 % en 2012. »

Vous avez fait une école de vétérinaire, M’sieur ?

– Vous M. Strauss-Kahn, vous étiez directeur du FMI lorsque vous avez, avec les États de la zone euro, prêté 110 milliards à la Grèce, pendant que la BCE se mettait à racheter des titres de cette même dette pour éviter que leur prix ne s’effondre. Vous avez donc fait passer la dette grecque, des comptes des banques françaises et allemandes à… ceux des États.

Cela en accordant un prêt à un pays en cessation de paiement, ce qui est rigoureusement interdit par le règlement du FMI. C’est bien ça, M’sieur ?

– Vous M. Juncker, après avoir été le Premier ministre, à l’insu de votre plein gré, d’un paradis fiscal pendant près de 20 ans, trois fois Président de l’Eurogroupe, vous êtes l’actuel Président de la Commission Européenne, et vous déclarez, je vous cite, « ne pas comprendre le résultat du référendum grec ».

Il ne peut toujours pas y avoir de choix démocratiques contre les traités européens, c’est bien ça M’sieur ?

– Pour vous M. Schäuble, je vous cite, « la crédibilité de la zone euro est plus importante que son intégrité ».

L’Euro c’est l’autre nom du Mark, et le Mark c’est plus important que ces feignants de Grecs… ou que la stabilité du continent. La Règle plutôt que la Paix, c’est bien ça M’sieur ?

– Vous Madame Merkel, vous avez menti à votre peuple en disant que la Grèce paierait l’intégralité de sa dette, alors que vous saviez pertinemment que c’était impossible. Et maintenant, vous préférez courir le risque de voir exploser l’UE, plutôt que de ne pas être réélue en avouant votre mensonge.

C’est bien ça M’Dame ?

Eh bien, j’vais vous dire M’sieurs-Dames, ce que je ne comprends toujours pas.

Je ne comprends toujours pas que vous soyez encore en liberté ! Que vous n’ayez pas été présentés à un juge, pour répondre de vos délits !

Encore un détail. J’vous connais bien M’sieurs-Dames, demandez à ma femme ! Je côtoie les gens comme vous depuis des années. De belles personnes, riches (très), élégantes, racées, cultivées et comme il se doit, condescendantes, méprisantes même, car si sûres de leur supériorité intellectuelle.

Alors que moi… R’gardez-moi, de quoi j’ai l’air ? Pas celui d’un Expert ami-ami avec les Maitres du Monde, ah ça non ! Plutôt d’un petit rital dont les grands-parents sont passés par Ellis Island. Petit, mal fagoté dans mon imperméable informe, les cheveux en pétard, je pousse le mauvais goût et la provocation jusqu’à rouler dans une voiture hors-d’âge, une voiture de pauvre (et française qui plus est !). Et pour aggraver mon cas, je multiplie les digressions sur ma vie domestique, et me mêle de ce qui me regarde en vous posant des questions idiotes sur la Grèce !

Quel manque d’éducation, n’est-ce pas ?

Ah, je vois à vos yeux qui s’écarquillent, que vous venez de me reconnaitre !

Eh oui, je suis le Peuple, celui qui vu du haut de votre olympe de carton-pâte est sale, bête et méchant. Je représente, quelle horreur, la lutte des classes !

Et comme dans ma série, je viens de vous percer à jour M’sieurs-Dames. Vous ne pouvez plus vous cacher derrière les institutions ou les traités.

Vous êtes tout nu, dans la lumière.

Juste une bande de voleurs et de pitoyables assassins !

Même mon chien le voit maintenant.

Source de l’article : blog de Paul Jorion



Suivre la vie du site fr    ?    |    titre sites syndiques OPML   ?  


Site réalisé avec SPIP