Formations

La Permanence video des luttes sociales

Septembre > décembre 2019 // Suite à l’expérience cumulée et aux retours des participants, nous proposons cette année un espace d’atelier supplémentaire, hebdomadaire et (...)


7 décembre 2019

Rassemblement contre les violences policières en Grèce

13h Carrefour de l’Europe, 1000 Bruxelles

10 décembre 2019

Avant-Première : Lawfare, le cas Mélenchon

20h Pianofabriek 35 rue du Fort 1060 Bruxelles

13 décembre 2019

Souper pour une pension à 1500€

18h30 Sint-Pieterskerkstraat 8, 1090 Bruxelles

14 décembre 2019

Leçon de cinéma : Filmer l’ennemi, par Thierry Odeyn

Cinéma Aventure. Galerie du Centre (rue des Fripiers) n°57, 1000 (...)

15 décembre 2019

Marche Latino-Américaine contre le néolibéralisme

14h Gare Centrale, 1000 Bruxelles


Accueil > FR > Articles > Analyses

Industries culturelles, usines précaires

En politique, la ligne qui sépare les bonnes intentions de la négligence peut être très fine. Le premier dirigeant politique qui a construit un aéroport provincial dans l’espoir de stimuler la vie économique et touristique locale l’a certainement fait avec les meilleures intentions du monde. La décision de continuer à les ouvrir, sachant que ni le premier, ni le deuxième, ni le troisième n’avaient atteint leurs objectifs, nous amène sans doute à penser davantage à un comportement négligent. La prochaine personne à ouvrir un aéroport sans avion en Espagne devrait aller directement en prison. Le plus douloureux dans ces comportements négligents, c’est qu’aucun bureau politique ne parie son propre argent, ils sont toujours commis avec l’argent public, l’argent de tous. Ils nous précarisent toujours un peu plus.

En 1997, lorsque le gouvernement britannique a décidé de lancer un ambitieux programme de promotion des industries créatives, il l’a fait par le biais d’une formule qui, à l’époque, était nouvelle. Elle a décidé de promouvoir ce nouveau secteur, bien qu’elle n’ait pas vérifié les données selon lesquelles le projet pourrait fonctionner. C’est ce qu’on appelle en politique des "politiques non fondées sur des faits". La mise en œuvre du plan était fondée sur des estimations et des prévisions. L’idée que la culture peut être un puissant moteur économique est une construction idéologique et non une réalité empirique. Dix ans après son inauguration, NESTA, qui était l’une des institutions créées pour stimuler la croissance des industries créatives, a décidé de changer de cap et s’est renommé en tant que moteur de l’innovation sociale. Malheureusement, l’écart entre les résultats de ses actions et les estimations était trop grand pour maintenir le cap initialement fixé. Les entreprises culturelles n’ont pas grandi en taille, l’emploi n’a pas été créé, mais le travail indépendant, car le secteur est fragile et trop vulnérable aux chocs économiques. Le modèle a été rejeté.

C’est probablement un certain complexe d’infériorité qui nous pousse à désirer ce que les autres ont. Au cours de la première décennie du XXIe siècle en Espagne, il a été décidé de parier sur les industries culturelles comme moteur de la croissance urbaine et régionale. J’ai eu la chance de pouvoir interviewer de nombreux dirigeants politiques et directeurs d’agences de promotion des industries culturelles. Le Gabinete de Iniciativa Joven en Extremadura (Cabinet de la Jeune Initiative en Estrémadure), le Proyecto Lunar en Andalucía (Projet Lunaire en Andalousie), l’Institut Andalou des Industries Culturelles, l’Unité des Industries Culturelles créée dans l’Entreprise Publique du Ministère de la Culture d’Andalousie, l’Institut des Industries Culturelles de Catalogne, Lan Ekintza à Bilbao, Vivernet en Extremadura, etc, sont quelques exemples des initiatives que j’ai pu connaître de visu. Une recherche rapide sur Google confirmera que bon nombre de ces initiatives ont soit cessé de fonctionner, soit ont radicalement changé de cap. La seule survivante évidente est l’ICIC de Catalogne, qui, après un changement d’orientation controversé, a décidé de réduire son ambition, il était clair qu’elle était loin d’avoir réussi à créer des industries culturelles, et est réapparue sous le nom d’Institut Català de les Empreses Culturals. Les chiffres parlent d’eux-mêmes, la grande majorité des plans visant à promouvoir les industries culturelles en Espagne ont échoué. Nous n’avons pas non plus d’indication que les actions des initiatives respectives ont contribué à atténuer ou à freiner l’emploi précaire dans le secteur culturel.

L’échec des plans de promotion et des instituts est aggravé par l’échec des projets grandiloquents avec lesquels l’industrie culturelle était censée être structurée. Ciudad de la Luz, le méga-projet créé pour dynamiser le secteur audiovisuel et cinématographique à Alicante et qui a reçu 265 millions d’euros d’investissements publics, a ouvert ses portes en 2005 et a finalement été fermé en 2014 après un échec retentissant. En 1999 a commencé la construction de la Cité pharaonique de la culture de Galice, dont les œuvres sont encore paralysées à ce jour. A moitié construit, avec 300 millions d’euros dépensés et sans horizon clair pour l’avenir, les institutions qui ont pu inaugurer leur rang et chercher un public qui ne finit pas d’arriver. LABoral Centro de Arte et Creación Industrial, a été le fer de lance d’un projet de création de la Cité de la Culture à Gijón, après une décennie d’injections généreuses de fonds publics, parvient à peine à maintenir son siège ouvert, avec des budgets déficitaires pendant presque une décennie et un manque de certitude sur sa continuité. La culture a aussi ses aéroports sans avion, et beaucoup d’entre eux sont nés autour de l’idée que ce qui va nous sauver, c’est l’industrie culturelle. La réalité, c’est qu’il s’agit d’usines précaires.

Nous avons dit que la frontière entre les bonnes intentions et la négligence en politique est très mince. Une fois de plus, nous sommes face à une administration qui a décidé d’investir l’argent de nos impôts dans la création et la légitimation de l’Institut d’Indústries Culturals de les Illes Balears. Tous les dégâts et les échecs précédents n’ont pas servi à apprendre. Tout l’argent public qui a été gaspillé dans des plans qui n’ont abouti nulle part n’a pas servi à nous donner une leçon. C’est pourquoi, face à ce projet fantaisiste, je pense, j’espère que nous ne sommes pas confrontés à l’énième échec de l’incitation d’un secteur qui n’existe ni n’est susceptible d’exister. Espérons que cela n’entraînera pas un comportement négligent. Espérons qu’il contribuera à la création d’un secteur culturel économiquement puissant dans les îles Baléares, bien qu’il n’ait été possible de le faire nulle part ailleurs. Mais j’espère également que nous vivons dans une société démocratique suffisamment avancée pour que, si, dans quelques années, il est confirmé que ce projet ne fonctionnera pas non plus, nous disposions des mécanismes appropriés pour dénoncer et punir ce qui semble clairement être un acte de négligence politique et l’imposition d’un modèle dépassé et désuet. Un autre fantasme que nous allons devoir payer.

Jaron Rowan
Chercheur et professeur d’université

Source : Diario de Mallorca / traduction : ZIN TV



Suivre la vie du site fr    ?    |    titre sites syndiques OPML   ?  


Site réalisé avec SPIP