12 septembre 2018

Hommage à Salvador Allende

19h ULB. Avenue Paul Héger - 1050 Bruxelles

13 septembre 2018

Atelier vidéo : Cinéma d’urgence

10h>16h30 Pianofabriek. Rue du Fort 35 -1060 Bruxelles

13 septembre 2018

Projection débat film : Rien ne nous est donné

18h30 CFS. Rue de la Victoire 26, 1060 Bruxelles

13 septembre 2018

Paroles sur images présente : ’Rien ne nous est donné’

18h30 CFS. Rue de la Victoire 26, 1060 Bruxelles

14 septembre 2018

Vernissage : Graphes, fresques, mural !

10h>23h Le Steki & La Vieille Chechette. 4/6 rue Defnet - (...)

14 septembre 2018

Découvrez le Réseau ADES ! Séance d’info + Bar ADES de rentrée

19h Namahn - Rue de la Limite 21 à 1210 Saint-Josse

14 septembre 2018

373e Rassemblement devant l’ambassade d’Israël

12h30 Avenue de l’Observatoire 44, 1180 Bruxelles

14 septembre 2018

Le chant des migrants. Expo de Frédéric Moreau de Bellaing

18h CEC Le Chant des rues. rue de Locquenghien 12 - 1000 (...)

14 septembre 2018

Expo : Black Panthers Lives Matter

18h30 KUUMBA Chaussée de Wavre 78, 1050 Bruxelles

14 septembre 2018

Concert : VOICES4SEMIRA

19h Le Space. Rue de la clé, 26. 1000 Bruxelles


Accueil > FR > Vidéos > Création

Journalistes grecs en grève de la faim pour leurs pensions

Journalistes grecs en grève de la faim pour leurs pensions

Des journalistes grecs ont entamé une grève de la faim à Athènes pour défendre leurs pensions et leur système de sécurité sociale. Leur action a lieu dans le plus grand silence médiatique.
Pensions menacées

Le système grec de sécurité sociale est fondé sur le principe du financement tripartite (les salariés, les employeurs et l’État), moyennant des subventions versées annuellement par l’État aux organismes d’assurance sociale. Mais certains secteurs ont leur propre système de sécurité sociale. C’est le cas pour le secteur de l’information. En 50 ans, l’État grec, ainsi que les propriétaires grecs de médias de masse, n’ont jamais eu à verser un seul centime pour les soins de santé et les retraites des journalistes grecs !

Ils n’ont jamais eu à verser de cotisations d’assurance à l’Organisation des soins de santé et pour la sécurité sociale des journalistes et employés des médias grecs (EDOEAP). Cette caisse de pension fonctionne de manière autonome, auto-financée via les contributions des employés et des employeurs ainsi que par un fonds complémentaire appelé "aggeliosimo" qui est constitué grâce aux revenus de la publicité, à raison de 20%. Mais l’année dernière, le gouvernement grec a aboli ce fonds sans le remplacer par une ressource alternative !

Depuis septembre 2016, 16.754 journalistes grecs se retrouvent donc sans assurance et EDOEAP, leur organisation de sécurité sociale et de prévoyance sociale, n’a plus de ressources pour remplir ses engagements envers ses membres. EDOEAP a déjà cessé de verser la pension complémentaire mensuelle à 2.235 bénéficiaires. Cette mutuelle, laissée sans ressources depuis 13 mois, s’effondre alors que les chaînes de télévision, les stations de radio, les journaux, les magazines et les médias numériques grecs restent silencieux !

Depuis 2010, les pensionnés grecs, ont vu leurs revenus se réduire de 15 à 40% pour répondre aux conditions imposées par les créanciers du pays, la Troïka (Fonds monétaire international - Commission européenne - Banque centrale européenne). Parmi les mesures qui sont exigées, il y a la fusion des grandes caisse de retraite avec des conséquences désastreuses pour les retraités et les futurs pensionnés.

Dans un pays où le taux de chômage a explosé et où il n’existe pas de revenu minimum garanti, les retraités sont parfois le seul filet de sécurité pour de nombreuses familles.

Des discussions ont lieu entre le gouvernement SYRIZA et la Troïka, qui depuis le 3ème mémorandum signé en juillet 2015, a les pleins pouvoirs pour intervenir dans l’élaboration des projets de loi et des politiques mises en place en Grèce.

Ceux qui travaillent actuellement (au plus profond de la crise des médias grecs), les chômeurs et les journalistes grecs à la retraite ne demandent aucune exemption ou privilège favorable ! Ils exigent cependant des soins de santé appropriés et leurs pensions comme n’importe quel autre contribuable.
Au cours des 13 derniers mois, ils ont été privés de leur droit à l’assurance, aux soins de santé et à la pension de leur institution d’assurance autogérée.


Suivre la vie du site fr    ?    |    titre sites syndiques OPML   ?  


Site réalisé avec SPIP