27 avril 2017

Et si notre civilisation était au bord de l’effondrement ?

12h ULB / Campus Solbosch. Av Franklin Roosevelt 50, 1050 (...)

27 avril 2017

Louise Tassin - Les politiques d’expulsion en pratique(s)

17h Espace 16 Arts. 16, rue Rossini, 1070 Bruxelles

27 avril 2017

Entre deux tours : bêtes et méchants

Cinéma Nova. Rue D’Arenberg 3, 1000 Bruxelles

28 avril 2017

Projection film : La Chambre vide de Jasna Krajonovic

12h30 Maison de la francité, 18 rue Joseph II à 1000 Bruxelles

28 avril 2017

Solidarité avec les prisonniers palestiniens

17h carrefour de l’Europe - 1000 Bruxelles (gare centrale)

28 avril 2017

Masse critique cycliste

18h Porte de Namur. 1050 Bruxelles

28 avril 2017

La chorale stemagnifique

20h15 UPJB. rue de la Victoire, 61 - 1060 Bruxelles

1er mai 2017

Manifestation : 1 mai de Lutte !

11h30 Carré de Moscou. Rue de Moscou, 1060 Bruxelles

1er mai 2017

Retrouvons-nous le 1er mai au stand de ZIN TV

13h Avenue Stalingrad 34 - 1000 Bruxelles

2 mai 2017

Francken Buiten ! Conférence VUB. Francken dégage !

19h15 VUB, Aula Q. Bd de la Plaine 2, 1050 Bruxelles


Accueil du site > FR > Articles > Analyses

Juarez, la ville qui tue les femmes au Mexique

A Ciudad Juarez depuis 1993, plus de 500 cadavres ont été retrouvés dans des décharges et dans les zones désertes, la plupart des femmes jeunes voire adolescentes, étudiantes, ouvrières de nuit dans les usines, femmes de chambres, petites employées.

Beaucoup vivent dans des conditions très précaires avec parfois des enfants à élever. Elles ont été enlevées, détenues en captivité, victimes de tortures et de graves violences sexuelles avant d’être assassinées à coups de couteau ou étranglées. Leurs corps sans vie ont été abandonnés dans les terrains vagues aux confins de la ville ou dans le désert, depuis, le sable n’a cessé de faire remonter des cadavres à la surface, recrachant avec eux de pauvres vestiges de vêtements féminins : chaussures, sac à main, jupe...

Dans quelques cas, ils sont retrouvés dans les jours qui suivent, mais ils mettent parfois des années à ressurgir, des mois à être identifiés. Des centaines de familles attendent toujours que soit résolue la disparition de leur fille, mais bien des cas resteront à jamais sans réponse.

Pourtant, après la découverte du corps de la première victime, et malgré l’arrestation de près de vingt suspects, les autorités n’ont toujours pas identifié les responsables de ces meurtres. La chose aurait dû faire grand bruit, mais qui s’intéresse au sort de malheureuses travailleuses vivant en plein désert dans une poubelle ignorée des touristes ?

Pis encore, les crimes continuent au rythme infernal, et Ciudad Juárez est aujourd’hui considérée comme la capitale mondiale du « féminicide », au cours des années, et selon des chiffres officiels, on a déclaré prés des 5.000 femmes disparues, disparues dans le vide. Pour moins d’un cas sur dix, elles ont été retrouvées, recouvertes par le sable du désert.

En janvier 2004, le gouvernement de Vincente Fox a nommé une Procureure fédérale spéciale pour coordonner les enquêtes locales et fédérales.

Celle-ci a ordonné une révision complète des investigations menées par la juridiction régionale (État de Chihuahua) se saisissant du dossier de 24 d’homicides. Dans son rapport, publié en février 2006, elle mettait en cause 177 fonctionnaires soupçonnés de négligence et d’omission lors du déroulement des enquêtes, pourtant aucun n’a été déféré devant la justice.

A la frontière avec les Etats-Unis

« A la frontière entre le Mexique et les Etats-Unis », écrit Elena Poniatowska, « il y a peu de blessures qui cicatrisent ; au contraire, la plupart s’infectent et contaminent l’organisme. Là, dans ces zone de contagion, on voit bouillir à la plus haute température pouvoir politique, trafic de drogue, violence et avidité. C’est une zone gangrenée ».

Le triangle formé par les villes de Juárez (Chihuahua), El Paso (Texas) et Sun Land Park (Nouveau Mexique) forme aujourd’hui la zone métropolitaine frontalière la plus étendue du monde. Elle est aussi la principale région d’échanges commerciaux du bloc économique uni par l’accord NAFTA (North American Free Trade Agreement). Ce dernier, adopté en 1994, a favorisé l’exode massif d’usines états-uniennes sur le territoire mexicain, entre autres : Ford, Johnson & Johnson, Siemens, Chrysler.

Dans les années 60, les « maquiladoras » (usines d’assemblage de matériel électro-domestique) commencèrent à fleurir à Juárez.

En 2000 cette industrie atteignit son apogée. Aujourd’hui, la ville s’enorgueillit de sa position de leader mondial dans ce domaine. A Juárez, un téléviseur est fabriqué toutes les trois secondes, un ordinateur toutes les sept, à l’issue d’un travail à la chaîne réalisé par les ouvriers des quelques centaines d’usines d’exportation, en majorité de femmes , jeunes de préférence, sous payées et non syndiquées.

Quelqu’un a fait remarquer que si les maquiladoras, ces dernières années, s’étaient chargées de l’accompagnement des ouvrières chez elles après le travail, les homicides auraient diminué de moitié. Mais les maquiladoras ne collaborent même pas avec les enquêtes et ne fournissent en principe aucune donnée sur leurs ouvrières.

Pourquoi les usines comptent-elles plus de femmes que d’hommes ?

Certains avancent que les femmes sont plus consciencieuses dans le travail, mais on peut imaginer que c’est, en réalité, parce qu’il est plus facile de les discipliner par des pressions de toutes sortes : harcèlement sexuel, tests de grossesse obligatoires, chantage au licenciement, interdiction de se syndiquer. Les « maquiladoras » sont de hauts lieux d’exploitation, les ouvriers y touchent 4 dollars par jour, mais puisqu’elles apportent à la ville devises et emplois, toute critique est étouffée dans l’œuf.

A la pression économique, morale et sexuelle exercée sur les ouvrières, il faut ajouter pour comprendre le contexte dans lequel se perpétuent les assassinats, un climat général de violence, en grande partie dû à la véritable mafia de narcotrafiquants qui s’est installée au bord de la frontière. A l’époque où les meurtres ont commencé, 60% de la cocaïne consommée aux Etats-Unis passait par Juarez.

Nombre d’analyses concordent pour désigner le fonctionnement pernicieux des « maquiladoras » et la violence induite par le trafic de drogue comme ayant prédisposé aux centaines d’assassinats. Ce n’est, du reste, pas un hasard si nombre des femmes assassinées avaient en commun de travailler dans ces usines. Les tours de travail amènent leurs ouvrières à regagner leur domicile tard dans la nuit ou à se rendre à l’usine au petit matin. Certaines femmes sont mortes pour avoir échangé leur tour avec une collègue et être rentrées seules chez elles, d’autres pour avoir voulu économiser le prix d’un billet de bus et avoir marché non accompagnées dans les rues.

Pendant ce temps, dans l’état de Chihuahua, on vend des porte-clé avec des breloques en plastique imitant un mamelon de femme. Les maris coléreux menacent leur femme en leur disant maintenant : « Si tu me fais chier, je te jette dans le désert ! ».

A Ciudad Juarez, où fleurissent les bordels pour gringos et où on découvre périodiquement de nouvelles narcofosses, les cimetières clandestins des narcotrafiquants, la police se borne à regarder.

Et les assassins marchent librement, protégés par l’impunité et la corruption.

Señorita extraviada, un film de Lourdes Portillo

Lourdes Portillo par le biais de son documentaire Señorita extraviada tourné en 2000, signe un acte d’accusation honnête et courageux contre l’indifférence institutionnelle qui a réduit au fait divers un véritable scandale, une faillite de la justice et, avec elle, de la démocratie mexicaine.

Elle analyse la progression des meurtres, la reliant au système des « maquiladoras » et au trafic de drogue. Señorita extraviada brosse des portraits de jeunes filles à peine adolescentes, obligées de travailler dans les chaînes des usines, exposées au risque des rues mal éclairées, vivant dans la peur, risquant leur vie pour quelques dizaines de pesos journaliers.

Que faisaient ces jeunes filles dans la rue ?

« Elles n’allaient pas précisément à la messe » répond un gouverneur du parti politique de droite PAN. Cela semble être également l’avis du sous-procureur de justice de l’état zone nord qui, dans son Rapport sur les assassinats de femmes à Ciudad Juárez Chihuahua 1993-2001, écrit : « il est important de noter que quelques-unes des victimes ont des attitudes et des conduites qui ne sont pas conformes à l’ordre moral, lorsqu’elles se rendent, avec une fréquence anormale et très tard dans la nuit, dans des lieux de divertissements qui souvent ne conviennent pas à leur âge ».

Ce ne sont pas seulement « quelques-unes » des victimes mais un grand nombre d’entre elles qui a été ainsi taxé de prostitution ou de vie dissolue. Pour ces raisons, leurs enfants ont été privés de toute aide de l’état. La diffamation systématique des victimes par les autorités a conduit à minimiser l’importance de leur mort, à négliger les enquêtes, et finalement à légitimer leurs assassinats.

« Toutes sont des putes », ou des femmes à la moralité douteuse, qui ne comprennent pas que les gens décents se promènent le jour et que les indécents, qui le font la nuit, s’exposent à tous les malheurs.

Ces crimes, semblables entre eux, accompagnés d’actes de torture et de barbarie, conduits avec préméditation et acharnement, sont le produit d’une véritable haine des femmes qui s’étend jusqu’aux hautes sphères du pouvoir. Misogynie institutionnalisée donc, qui s’empare des valeurs spirituelles et morales pour se justifier.

Les Oubliées de Juarez, un film de Gregory Nava, cinéaste militant

« Je vous demande de regarder ce film les yeux bien ouverts, car tout ce que vous voyez est vraiment arrivé », implore Marisela Ortiz Rivera, co-fondatrice d’une association de victimes, un film grand public qui nous plonge au cœur de ce drame, tourné avec un petit budget, raconte l’enquête de deux journalistes.

Lauren (Jennifer Lopez) journaliste américaine du Chicago Sentinel, se rend à Juarez, décidée à faire éclater la vérité et pour enquêter sur les violences dont sont victimes les ouvrières des fameuses « maquilladoras » et un journaliste Mexicain (Antonio Banderas) bien décidés à éclaircir les meurtres et disparitions en série.

Alors que les mères des victimes creusent le désert à la recherche des cadavres de leurs filles et les autorités s’efforcent d’enterrer cette affaire, une miraculée (Maya Zapata) sort vivante des mains des criminels et décide de témoigner au péril de sa vie, tant il est évident que tout se déroule sur fond de police et de magistrature corrompues.

Les deux journalistes et la « miraculée » n’auront pour appui qu’une militante des droits de l’homme (Sonia Braga) et le directeur du journal local (Martin Sheen).

Réalisation : Gregory Nava Scénario : Gregory Nava Production : Mobius Entertainment Cie : MGM Studios - SND groupe M6 Musique : Graeme Revell Costumes : Fran Allgood & Dorothy Baca Durée : 01 H 55
Avec : Jennifer Lopez, Antonio Banderas, Martin Sheen, Kate del Castillo, Teresa Ruiz, Maya Zapata & John Norman.

La ville qui tue les femmes : Enquête à Ciudad Juarez

Ce livre est le résultat de 2 ans d’enquête et de 3 voyages sur place. Dès le départ, l’idée d’un complément de type webdocumentaire a été intégrée au projet. Ce livre est publié chez Hachette Littératures, sous la direction de Denis Pingaud. Marc Fernandez et Jean-Christophe Rampal ont mené l’enquête au c¿ur de cette ville qui tue, à la rencontre des principaux protagonistes de l’affaire - flics douteux, avocats téméraires, boucs émissaires torturés pour avouer des crimes qu’ils n’ont pas commis, familles de victimes et femmes d’honneur....

Ils reviennent sur les différentes pistes, des plus folles aux plus scientifiques, d’un dossier hélas loin d’être fermé. Car si aujourd’hui les criminels restent introuvables, une chose est certaine : les assassinats de Ciudad Juárez rendent compte de la perversité de cette ville-frontière, royaume de la drogue et de la corruption, véritable laboratoire de la mondialisation sauvage. Juárez est de ces lieux de la planète où le tiers-monde cohabite avec ce que le premier produit de pire.

La globalisation effrenée, charriant ses rêves d’expansion économique, ses illusions de vie meilleure, n’apporte en réalité qu’une régression sociale et humaine. Ces zones frontalières sont des espaces hybrides et transitoires qu’on peut pénétrer le temps de se livrer, sans conséquence, à tout ce qu’on n’ose pas faire dans l’espace domestiqué de sa propre ville puis quitter sans se soucier de savoir ce qu’on laisse derrière soi. L’histoire de Juárez montre comment l’acculturation d’un espace peut nourrir la barbarie. Elle met aussi en lumière un système judiciaire qui méprise ceux qui n’ont pas les moyens de l’acheter, qui fait peu de cas des gens simples surtout s’ils sont du sexe féminin.

Sur les poteaux télégraphiques de Juárez, une croix noire sur fond rose est peinte chaque fois qu’une nouvelle femme est retrouvée morte, seul moyen pour les familles d’imprimer à la ville la marque de ce massacre et de susciter un devoir de mémoire. En attendant que les autorités de Juárez finissent de négliger ces centaines d’assassinats, les croix roses continuent d’apparaître sur les poteaux télégraphiques.

Par Roberto Ferrario
Source : bellaciao



Suivre la vie du site fr    ?


Site réalisé avec SPIP