Décembre 2017
LMMJVSD
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Janvier 2018
LMMJVSD
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930311234

Février 2018
LMMJVSD
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627281234


Accueil du site > FR > Agenda

L’âge d’or du Cinéma Soviétique.

samedi 18 octobre 2014 / 
11h>13h30 Cinéma NOVA 3, rue d’Arenberg - 1000 Bruxelles

Nous sommes heureux de vous annoncer la reprise des séances de formation au langage cinématographique proposées par Thierry Odeyn.

Il vous proposera cette saison 5 séances autour du montage : L’âge d’or du Cinéma Soviétique.

La première séance se tiendra le Samedi 18 Octobre 2014 à 11h00 (jusqu’à 13h30) au Cinéma NOVA 3, rue d’Arenberg 1000 Bruxelles

La prochaine séance aura lieu le 06 décembre.

Introduction par Thierry Odeyn de la séance du 18 octobre.

« Telle que nous la concevons, l’œuvre d’art est avant tout un tracteur qui laboure à fond le psychisme du spectateur, dans une orientation de classe donnée. Les productions des KINOKS ne possèdent pas une semblable propriété ni une semblable orientation, et je pense que cela est la conséquence de cette belle trouvaille - pas trop en harmonie avec l’époque ou nous vivons - de leurs auteurs : nier l’art au lieu d’en comprendre, sinon l’essence matérialiste, du moins ce qui en est la validité, toujours matérialiste, sur le plan utilitaire » (S.M.EISENTEIN)

En 1924, le Conseil des Commissaires du Peuple concrétise le projet d’unification de l’industrie cinématographique en fondant le SOVKINO. Il donne à cet organisme d’Etat les moyens matériels et financiers nécessaires pour coordonner et planifier la production. En à peine deux ans, cette mesure va faire du cinéma soviétique naissant un des plus novateurs de la scène internationale. Les premiers films produits sont tournés par des cinéastes qui n’ont pas trente ans.

Lorsque KOULECHOV réalise « Les aventures extraordinaires de Mister West au pays des Bolcheviks », il a 25 ans. Vertov en a 28 quand il monte « Kinoglaz » et EINSENSTEIN, 26 lorsque sort « La Grève » qui crée un événement énorme dans la cinématographie soviétique.

« Nous avons porté sur l’écran l’action de brasse collective en contraste avec l’individualisme et le « triangle » du cinéma bourgeois. Rompant avec la conception individualiste du héros, nos films de cette époque sont tombés dans une déviation en insistant sur la masse prise comme héros. Aucun écran n’avait encore réfléchi l’image d’une action collective. Enfin la conception de la « collectivité » était visualisée » (S.M. EISENSTEIN 1934)

« ...Les écrans de l’Union soviétique n’ont jamais vu de films plus importants, ni par sa signification idéologique, ni par ses qualités formelles... » (Kino-Gazetz, mars 1925)

VERTOV évoque des « emprunts » « Les groupes opportunistes calquent nos procédés et les transfèrent dans le drame artistique (...) Désormais, il suffit qu’un film dit « artistique » - film joué, film d’acteurs - emprunte un seul procédé extérieur du CINE-ŒIL pour qu’il fasse aussi du bruit – La Grève - dans ce domaine du cinéma » (VERTOV)

EISENSTEIN contre attaque avec virulence dans la revue La Lef. « La Grève ne développe pas les méthodes de la KINOPRAVDA et ce n’est pas une tentative de greffe de certaines méthodes de construction de la KINOPRAVDA dans le cinéma d’art (...) On peut trouver, dans la forme extérieure, une certaine ressemblance dans sa partie la plus essentielle par contre – dans la méthode formelle de construction – La Grève s’avère être l’exact opposé du Kinoglaz. Dire avant tout que la Grève ne prétend pas sortir de l’art et que là est sa force (...) A travers le montage, opéré sans calculer les effets, de fragments de vie authentique, VERTOV a tissé la trame d’un tableau pointilliste. (...) Vertov prend du monde qui l’entoure ce qui l’impressionne, lui, et non ce par quoi, en impressionnant le spectateur, il laboure à fond son psychisme (...) Au contraire, La Grève arrache des fragments du milieu ambiant, selon un calcul conscient et volontaire préconçu pour conquérir le spectateur après avoir déchaîné sur lui ces arguments en une confrontation appropriée, en l’associant de manière appropriée au motif idéal final(...) La finale de La Grève propose un montage libre d’attractions arbitrairement choisies, indépendantes de l’action proprement dite, le tout concourant à établir un effet thématique final. (...) Le Kinoglaz n’est pas seulement le symbole d’une vision, mais aussi d’une contemplation. Mais nous ne devons pas contempler, mais agir. Il ne nous faut pas un CINE- ŒIL mais un CINE-POING. Le cinéma soviétique doit fendre des crânes »

Seront projetés des extraits de « Le Journal de Gloumov » 1923 S.M. EISENSTEIN – « La Grève » 1924 S.M. EISENSTEIN - « Nanook of the North » 1922 R. FLAHERTY – « Kino Glaz 1924 D. VERTOV.


Suivre la vie du site fr    ?


Site réalisé avec SPIP