Formations

La Permanence video des luttes sociales

Septembre > décembre 2019 // Suite à l’expérience cumulée et aux retours des participants, nous proposons cette année un espace d’atelier supplémentaire, hebdomadaire et (...)


15 novembre 2019

Devenir (pro) féministes en se soulevant ! Avec Pinar Selek

9h>17h Rue de la Victoire 26, 1060 Bruxelles

19 novembre 2019

PROJECTION : Vos toilettes propres, nos propres papiers

19.30 //19, rue Plétinckx. Bruxelles 1000.

24 novembre 2019

Manifestation nationale : STOP aux violences faites aux femmes !

13h30 Carrefour de l’Europe (Gare Centrale) 1000 Bruxelles

30 novembre 2019

Manifestation internationale : La France entière monte à Bruxelles

13h Gare du Nord - 1030 Bruxelles


Accueil > FR > Articles > Analyses

L’écriture, un dangereux métier au Mexique

Rosa María Rodríguez Quintanilla est une journaliste mexicaine déplacée géographiquement dans son propre pays pour avoir exercé sa profession dans un domaine où il est très difficile de distinguer les groupes criminels des gouvernements. Elle, son partenaire - également journaliste - et leurs enfants ont été menacés et contraints de fuir pour sauver leur vie. Ils ont tout quitté : travail, maison, école, famille et amis. A deux ans et demi de la fuite, ils ne peuvent toujours pas rentrer chez eux et il est probable qu’il ne leur sera jamais possible de rentrer chez eux. Pour la première fois, ils racontent à un média ce qui s’est passé et l’exil social dans lequel ils ont été plongés.

Rodríguez Quintanilla était à Montevideo au début du mois de mai pour participer à la 7ème réunion du Réseau international des journalistes avec une perspective de genre (RIPVG) et à la réunion Menaces pour la liberté d’expression. Elle y a raconté son histoire de déplacements forcés par la violence, aujourd’hui reproduite dans les zones de guerre et réduite au silence par les conflits armés, la criminalité organisée et ses liens avec les agents de l’État, dans des contextes d’impunité, comme c’est le cas du Mexique, mais aussi d’autres pays de la région comme la Colombie, le Honduras ou le Nicaragua.

Au Mexique, sous le gouvernement de Peña Nieto, la violence contre les journalistes a augmenté de plus de 300 %, selon un rapport de l’agence de presse féministe CIMAC. Le gouvernement actuel, dirigé par Andrés Manuel López Obrador, n’a pas encore montré de signes d’amélioration de la situation. Selon la CIMAC, entre 2014 et 2015, 147 femmes journalistes ont été victimes de violence de genre. Quinze d’entre eux, victimes d’un féminicide. La plupart ont enquêté sur des actes de corruption et des liens entre le gouvernement fédéral, les administrations locales et les groupes criminels.

Rodríguez Quintanilla vient de Tamaulipas. Cet État, situé au nord-est du Mexique et à la frontière avec le Texas, aux États-Unis, est considéré par la Commission interaméricaine des droits de l’homme comme une "zone de silence". "Depuis la guerre contre le trafic de drogue au Mexique, sous le gouvernement de Felipe Calderón, l’une des entités les plus touchées est Tamaulipas. Parce qu’il y a la lutte des bandes criminelles pour le territoire pour le trafic de drogue vers les États-Unis, mais il n’y a pas que le trafic de drogue, la traite des personnes et de nombreux autres crimes liés à ces bandes criminelles. C’est l’entité qui compte le plus grand nombre de personnes disparues dans le pays. Plus de 40.000 personnes ont disparu au Mexique à la suite de la déclaration de guerre de Calderón contre les stupéfiants".

A Tamaulipas, plus de 1.500 filles âgées de 14 à 19 ans auraient disparu, probablement victimes de la traite. On ne sait pas exactement ce qui leur est arrivé " parce que cette déclaration de guerre a été mise en évidence par la faiblesse des institutions. À l’époque, aucune institution n’était prête et n’est toujours pas prête à faire face à une crise des droits de l’homme comme celle que nous vivons actuellement. La presse était au milieu de tout cela.

Où travaillait-tu au moment des menaces qui l’ont forcée à quitter Tamaulipas ?

Je travaillais auprès d’Aequs.mx, un centre d’information pour l’égalité, et dans une station de radio, avec l’émission "Foro Legislativo" (Forum législatif) qui traite de la couverture de la Chambre des députés et des questions législatives. J’écrivais également pour la CIMAC. J’avais trois activités et j’étais militante dans la convergence des organisations. En raison de ce contexte dans lequel vit Tamaulipas, c’est l’entité qui a le moins de participation des ONG, de nombreux journalistes ont été menacés régulièrement. C’est tellement normalisé que je ne m’en suis pas rendu compte avant de partir. Je me demande comment nous pouvons vivre cela et ne rien faire. Mon mari et son fils aîné sont également journalistes, nous avons donc survécu aux différents types de menaces. Mais le 29 octobre 2016 a changé nos vies parce qu’ils ne nous ont pas laissé de marge d’opportunité pour continuer, nous avons été pratiquement obligés de dénoncer cette situation.

Que s’est-il passé ?

Mon mari (Francisco Cuéllar Cardona) et moi étions sur le chemin du retour et nous avons reçu un appel d’un ami qui nous a dit que nous devions partir. WhatsApp nous montre une image dans un groupe créé pour diffuser des situations à risque, si on la publie dans la presse, vous ne vivrez pas longtemps pour en parler. Là, ils nous ont accusés de collusion avec des gangs de trafiquants de drogue et des gangs para-criminels et ont menacé de nous tuer, mon mari, son fils aîné et moi. Mes plus jeunes enfants étaient seuls dans la maison, nous sommes passés, nous les avons emmenés avec ce qu’ils portaient sur eux et nous avons dû partir. Mon autre fils étudiait à Monterrey et j’ai dû l’emmener avec moi parce qu’il était lui aussi menacé. Je suis très impliqué dans tout ce qui a trait au mécanisme parce que c’est une demande du réseau national. Je connaissais le chemin.

Quel est le mécanisme ?

Il s’agit d’un mécanisme de protection pour les défenseurs des droits de l’homme et les journalistes. Et il dépend du ministère de l’Intérieur. La manipulation a toujours été très secrète parce qu’elle perdrait l’intimité dont elle a besoin. Mais je savais comment demander de l’aide et on m’en avait offert plusieurs fois due à la situation que nous vivions. Même moi, je viens tout juste de quitter le journal Expreso, où mon mari travaillait, à cause d’une voiture piégée a explosé (en mars 2012). Nous ne l’avions pas accepté parce que nous vivions dans une normalité où rien ne se passait. Pensant que cela n’arrive qu’aux autres. Puis le mécanisme nous escorta à Mexico, nous avons dormi cette nuit-là dans un état voisin et de là le mécanisme nous a extraits. Nous avons été la première famille à dénoncer Tamaulipas. Bien sûr, nous en avons payé le prix parce qu’il est politiquement incorrect de dénoncer et que vous donnez un mauvais exemple.

Vous avez dû tout laisser...

Tout... Tout. On a tout perdu. Mon mari avait la trentaine, il travaillait pour une entreprise et il a du partir. Le mécanisme vous offre des mesures de protection. En cas d’urgence, c’est efficace, mais cela ne garantit pas que vous continuerez à travailler. Dans un pays où la précarité, les licenciements massifs, les fermetures de médias sont monnaie courante, qu’un journaliste arrive dans une zone où personne ne vous connaît, où vous devez vous adapter, où vous devez faire profil bas... ce n’est pas facile. L’exil social a été très compliqué.

Où sont-ils maintenant ?

Maintenant, nous déménageons dans le nord-est parce que mes enfants étaient déprimés, ils n’ont pas vu la famille, ils n’ont pas vu leurs amis. Ils ont brisé leurs cercles scolaires, ils n’ont pas obtenu leur diplôme, l’un était sur le point de terminer ses études secondaires, et l’autre en première année d’université, il a manqué une année d’université. Cela a conduit, par exemple, à une re-victimisation. Parce que la loi qui donne lieu au mécanisme de protection est une loi fédérale qui ne lie que le gouvernement fédéral, les États ne sont pas obligés. Il a donc fallu cinq mois au gouvernement pour répondre à l’appel du mécanisme. Ils se sont engagés dans une série d’accords mais ne les ont jamais respectés. Donc, puisqu’il y avait un engagement que si nous revenions, ils allaient mettre en place toutes les mesures de protection pour que nous puissions retourner à notre vie normale et finalement ils n’ont pas respecté les accords. Ensuite cela a causé une crise chez mon fils parce qu’il tenait pour acquis qu’il allait obtenir son diplôme avec ses camarades de classe du secondaire et quand il a découvert qu’il n’y avait pas moyen de rentrer chez lui, il a eu des convulsions.

Ils ne peuvent pas y retourner.

Non. Non seulement nos agresseurs nous ont menacés de mort, mais ils nous ont criminalisés. Ils parlent de mon mari comme du directeur du groupe de rédaction Expreso, de moi comme du coordinateur du réseau des journalistes qui nous impliquent dans divers gangs criminels.

Vous savez qui ils sont ?

Ce sont des délinquants politiques.

Y avait-il un article qui a déclenché les menaces ?

Nous vérifions les derniers articles que nous avions publiés avant l’agression. J’ai publié quelques notes sur les disparitions de personnes à Tamaulipas. Oui, j’étais très impliqué dans l’articulation des ONG, je voulais que les collectifs qui étaient traités avec un profil très bas à cause du risque élevé, s’expriment. Et mon mari a écrit sur la corruption. Tout s’est mis en place.

Tu travailles comme journaliste maintenant ?

Nous avons créé un portail appelé latalachanoreste.com parce que la chronique de mon mari est très connue et nous cherchons donc à faire quelque chose de régional. Nous ne pouvons pas y aller, mais au moins capturer le public à distance et essayer de gagner de la place ici.

Est-ce que le fait d’être une femme t’a affecté d’une façon ou d’une autre ?

Je suis privilégié parce que je suis accompagnée. Parce que j’ai vu le processus d’autres femmes et qui sont isolées, c’est la première chose qu’ils font, ils vous laissent tranquilles et t’accusent du pire. Personne ne veut te parler. Je n’ai pas vécu ça. Je trouve que même s’il y a beaucoup d’organisations pour que vous puissiez vous éloigner de votre zone à risque pendant un certain temps, elles n’envisagent pas certains problèmes, par exemple, vous ne pouvez pas aller avec des enfants.

Mais tu pourrais, pourquoi ?

Je n’allais pas partir seule. Mes enfants ont aussi été menacées. C’est pour ça qu’on est partis ensemble. Parce qu’ils nous avaient déjà menacés. Mais en fin de compte, c’était une menace très directe pour mes enfants et c’était d’une violence extrême. J’avais des doutes sur l’origine parce que quelques mois avant que j’accompagne quelques journalistes, elle a tué six membres de sa famille, sa mère et son père, et quatre nièces. C’est de là que je suis venu. S’ils s’en prennent à tes enfants, c’est ta plus grande faiblesse.

Por Sonia Santoro
Pagina 12 / Traduction : ZIN TV



Suivre la vie du site fr    ?    |    titre sites syndiques OPML   ?  


Site réalisé avec SPIP