15 août 2018

Manneken Pis solidaire

17h30 rue du Chêne 1000 Bruxelles (à côté de Manneken Pis)

18 août 2018

Atelier : fabriquer des jouets & jeux avec ce que la nature vous offre

10h>13h30 potager du Champ-à-mailles (ChAM). Rue de Neerpede, à (...)

18 août 2018

Projection film : Les émigrants, de Jan Troell

17h CINEMATEK - Salle Ledoux. Rue Baron Horta 9, 1000 (...)

20 août 2018

Projection film : Teorema, de Pier Paolo Pasolini

21h CINEMATEK - Salle Ledoux. Rue Baron Horta 9, 1000 (...)

21 août 2018

Projection film : Les raisins de la colère, de John Ford

20h CINEMATEK - Salle Plateau. Rue Baron Horta 9, 1000 (...)

22 août 2018

Film + débat avec Anne Closset

20h Théâtre Océan Nord. Rue Vandeweyer 63-65, 1030 Bruxelles

23 août 2018

Film-débat : Venezuela, en temps de guerre

20h cinéma Aventure. Rue des Fripiers 15, 1000 Bruxelles

23 août 2018

Projection film : Médée, de Pier Paolo Pasolini

21h CINEMATEK - Salle Ledoux. Rue Baron Horta 9, 1000 (...)

24 août 2018

Concert, films & rencontres au Viaduc Herrmann-Debroux / Escale des trois fontaines

16h Viaduc Herrmann-Debroux / Escale des trois fontaines. Chaussée (...)


Accueil > FR > Vidéos > Création

Les centres fermés, des prisons dissimulées

Les centres fermés, des prisons dissimulées

Entre inhumanité et illégalité, la réalité des centres fermés pour demandeurs d’asile reste très opaque en Belgique. Débat organisé lors du festival Esperanzah 2017.

"Une journée type dans un centre fermé, c’est comme une journée type dans une prison", témoigne Tigui Diallo, sortie du centre fermé de Bruges en 2013

Entre inhumanité et illégalité, la réalité des centres fermés pour demandeurs d’asile reste très opaque en Belgique. Quelle est la réalité au sein des centres fermés  ? Comment les personnes migrantes vivent-elles cette situation  ? Quelle politique cela sous-tend  ? Quelles actions pour les citoyens  ? Questions auxquelles Tigui Diallo, Giovanna Costanza (CIRE), Sarah Van Belle (CRER) et Marie Lecocq (CNCD) apportent leur expérience. Une rencontre forte et émouvante, qui nous renvoie de plein fouet à notre humanité et au paradoxe de notre politique d’accueil visant davantage à criminaliser et déshumaniser les sans-papiers.

«  Dans le centre fermé, on n’appelle pas les gens avec leurs noms… Chacun a un numéro de matricule. »

00 :00 > La vie dans un centre fermé

17 :48 > Historique et politique mises en place autour des centre fermés

34 :48 > Quel pouvoir d’action citoyen  ?

Un débat organisé au festival Esperanzah 2017


Suivre la vie du site fr    ?    |    titre sites syndiques OPML   ?  


Site réalisé avec SPIP