19 juillet 2019

2e Ride Déchainé•es

19h30 Porte de Namur, 1000 Bruxelles

20 juillet 2019

Visite guidée décoloniale : Parcours Schaerbeek - Josaphat

14h30 Square François Riga, 1030 Bruxelles

22 juillet 2019

Acte 15 - Rassemblement en soutien à Julian

17h-19h Place de la Monnaie 1000 Bruxelles

27 juillet 2019

Visite guidée décoloniale : Parcours Saint-Gilles

14h30 Paul Dejaerlaan 9, 1060 Bruxelles

28 juillet 2019

Visite guidée décoloniale : Parcours Forest

14h30 Arrêt Neerstalle, 1190 Bruxelles

29 juillet 2019

Acte 16 - Rassemblement en soutien à Julian

17h-19h Place de la Monnaie 1000 Bruxelles

26 septembre 2019

Femmes, féminismes et Islam : l’égalité en question

19h ESPACE MAGH 17 rue du Poinçon 1000 Bruxelles

3 octobre 2019

Lutter contre Uber et Deliveroo : ça tue !

19h-21h Point Culture 145 rue Royale 1000 Bruxelles


Accueil > FR > Articles > Analyses

La part des femmes, l’avenir de la photographie

Domaine longtemps marqué par l’hégémonie masculine, le monde de la photographie rejoint enfin le grand mouvement qui touche toutes les formes culturelles, et qui vise à dénoncer les inégalités de genre et à revaloriser le rôle des femmes. Inspirées par le rapport sénatorial « La place des femmes dans l’art et la culture : le temps est venu de passer aux actes », présenté en 2013, plusieurs initiatives ont entrepris de souligner la contribution féminine dans l’histoire de la photographie, comme l’importante exposition Qui a peur des femmes photographes ?, proposée par le musée d’Orsay en 2015 sous la houlette de Marie Robert [1].

Gerda Taro, Barcelone, 1936.

Depuis l’été 2018, un nouveau collectif, intitulé La Part des femmes, réuni autour de la photographe Marie Docher, s’attaque plus particulièrement à la question de la représentativité des festivals ou des expositions photo en France. Une première tribune a été adressée en septembre 2018 au directeur du festival d’Arles, pour attirer son attention sur sa responsabilité institutionnelle. Message reçu : pour l’édition 2019, les photographes femmes représentent 47% des expositions individuelles. La Part des femmes recueille également des témoignages, dans le but d’analyser les mécanismes de discrimination dans le monde de la photo.

La résistance que manifestent certains animateurs montre que le combat est encore loin d’être gagné. Jean-François Leroy, directeur du festival Visa pour l’image, Gilles Favier, directeur artistique du festival ImageSingulières à Sète ou encore Ulrich Lebeuf, directeur artistique du festival MAP à Toulouse, ont reçu fraîchement les remarques du collectif sur le déséquilibre de leurs expositions. La dispute s’est prolongée sur les réseaux sociaux. L’alibi classique des décideurs reste celui d’un choix effectué à l’aveugle des meilleurs dossiers, en fonction du seul « talent » des candidat·e·s.

Lorsque ce type de sélection conduit à une surreprésentation des dossiers masculins, il ne reste donc qu’à conclure que les femmes seraient naturellement moins douées pour la photographie. A moins bien sûr, comme l’expliquait déjà l’historienne de l’art Linda Nochlin en 1971 dans son célèbre article « Pourquoi n’y a-t-il pas eu de grandes artistes femmes ? », que cette infériorité ne résulte d’une série de biais invisibles. Comment expliquer que les femmes soient moins nombreuses à faire acte de candidature dans ces concours, sinon en constatant l’éviction des filles de pratiques jugées moins conformes à leur genre, le fait de pousser les garçons à préférer la compétition, la tendance des décideurs à choisir des hommes pour les sujets les plus accrocheurs, ou encore la préférence pour des thèmes reconnus, qui s’inscrivent nécessairement dans l’héritage d’une histoire construite par des hommes ? Le monde de la photographie fourmille de frontières de genre, comme celle qui a longtemps réservé la profession d’iconographe aux femmes, leur fermant la porte des activités plus valorisantes de production des images.

Tout ces biais sont connus des actrices des luttes féministes, et ont été maintes fois décrits. Il serait grand temps que ceux qui font mine d’ignorer ces inégalités s’aperçoivent qu’ils participent activement à les perpétuer. La Part des femmes fait ainsi remarquer que les directeurs de festivals n’ont jamais documenté explicitement leur conception de la photographie ou leur ligne artistique. Le flou que permet le recours à une intuition personnelle apparaît comme un outil de reproduction des conventions établies. Comment lutter contre des lois aussi puissantes qu’insaisissables, qui ont valeur de norme ? Le volontarisme féministe agace souvent ceux qui se sentent protégés des discriminations, mais le combat contre les biais sociaux requiert bel et bien une action résolue, et la mobilisation de tous les acteurs.

©Carolle Benitay, Groupe de femme à la plage, 2018, Gold leaf on Baryta paper, Archival Pigment Print.

Il est également temps de voir que les jeunes générations appellent largement ces évolutions de leurs vœux. Non comme une contrainte ou pour se plier au politiquement correct, mais parce qu’un monde débarrassé des privilèges et des discriminations serait simplement plus riche et plus vivant. Il est temps d’admettre que faire une juste place aux femmes, dans la photographie comme ailleurs, est un programme passionnant et une promesse d’avenir, auquel plus aucun domaine de la culture ne peut renoncer.

André Gunthert
Source : image sociale

[1A noter également : le hors-série de Fisheye, Femmes photographes, une sous-exposition manifeste, juin-juillet 2017.



Suivre la vie du site fr    ?    |    titre sites syndiques OPML   ?  


Site réalisé avec SPIP