25 avril 2019

Conférence gesticuléé "Burn-out"

20h / BOOM Café / Rue Plétinckx, 7, 1000 Bruxelles

25 avril 2019

PROJECTION : Féministoscopes : North country, l’affaire Josey Aimes

18h / Université des Femmes - 10 rue du Méridien, 1210 (...)

1er mai 2019

EXPO Don’t Shoot et stand de soutien à ZIN TV, Krasnyi et la LDH

13h - 20h Place Rouppe 1000 Bruxelles

2 mai 2019

FESTIVAL Arts & Alpha

2>4 mai // Bruxelles

3 mai 2019

Spectacle - 3 women show

19h00 - Le poisson sans bicyclette, rue Josaphat, 253 à 1030 (...)

3 mai 2019

Conférence gesticulée : Autrices, lutteuses et poétesses remontent en selle !

20h / Garcia Lorca / Rue des Foulons 47, 1000 Bruxelles

3 mai 2019

FESTIVAL Arts & Alpha

2>4 mai // Bruxelles

4 mai 2019

FESTIVAL Arts & Alpha

2>4 mai // Bruxelles


Accueil > FR > Articles > Infos

La voie du fascisme

Un mouvement s’est réveillé de sa latence capable de détruire tous les sentiments humanitaires. L’Europe, les États-Unis et maintenant l’Amérique latine vivent dans l’ombre de l’un des mouvements les plus destructeurs de l’histoire de l’humanité. Le fascisme ravivé ravage toute tentative d’humaniser les politiques des États et ronge l’âme même des sociétés, créant une vague de rejet de tout ce qui est considéré comme "différent" et isolant les groupes les plus pauvres comme s’ils étaient à blâmer pour tous les maux de la planète.

Dans cet environnement de mépris et de répression contre les gens pour des raisons d’ethnicité, de religion, de statut socio-économique ou simplement parce qu’ils parlent une autre langue, ce sont les troupes de choc - en uniforme ou mercenaires - qui se chargent de faire connaître les règles du jeu. C’est à cause de ces règles de discrimination et de racisme que les filles, les garçons, les hommes et les femmes du triangle nord de l’Amérique centrale sont persécutés, violés, torturés et tués. Pour l’audace d’avoir osé franchir des frontières qui les conduiraient à trouver de meilleures conditions de vie.

C’est ainsi qu’une jeune fille d’une vingtaine d’années - Claudia Patricia Gomez Gonzalez - a reçu une balle dans la tête par un garde-frontière lorsqu’elle est entrée sur le territoire américain.

Claudia Patricia a rencontré la mort par ordre du chef même de l’empire, à partir du moment où le président du pays le plus puissant de la planète a entrepris la mission de "nettoyer" son territoire des Latinos et de toutes sortes d’étrangers "indésirables" pour ses plans d’imposer un style fasciste de gouvernement. Apparemment inconscient de sa propre histoire, le président s’est engagé, avec une persévérance digne de meilleures causes, à transformer la société américaine en une sorte de modèle de son concept de communauté dans laquelle la diversité n’a pas sa place.

Claudia Patricia ne correspond pas au profil acceptable pour le droit de l’immigration américain. Elle n’entrait pas non plus dans les groupes cibles des plans de développement de son pays, le Guatemala, où elle n’avait pas la possibilité d’avoir accès à une éducation de qualité qui lui permettrait de progresser dans la vie. Si elle l’avait fait, elle vivrait probablement aujourd’hui. Dans son village, San Juan Ostuncalco, comme c’est souvent le cas dans les zones rurales du Guatemala, les services de l’Etat sont pauvres ; la population manque d`eau potable, de latrines et de couverture éducative suffisante pour une population croissante, avec des niveaux inacceptables de pauvreté et de négligence.

De même qu’elle n’est pas entrée dans les plans de son gouvernement, les milliers d’enfants et d’adolescents migrants de ces terres, piégés dans une chaîne d’horreurs depuis leur naissance et désireux de trouver un chemin vers l’avenir, ne se sont pas non plus lancés dans une folle aventure. De ce défilé sans fin vers la terre de l’abondance, rares sont ceux qui réussissent dans leur tâche. Nombre d’entre eux sont soumis aux abus les plus flagrants des organisations criminelles, engagées - avec la complicité des autorités de tous les pays concernés - dans le commerce très productif de la traite des êtres humains. D’autres sont simplement victimes de leur propre fragilité et sont échoués dans le désert, noyés dans les rivières lors d’une traversée pour laquelle ils ne seraient jamais préparés ou fusillés, mais sans que personne n’enregistre le fait pour le signaler.

De ce côté du continent, sa famille la pleure et les filets bouillonnent avec une juste indignation à cause de cet acte de sang absurde. Les autorités, pour leur part, sont très occupées à lutter contre la CICIG [1] pour attirer l’attention sur cet " événement isolé ".

Claudia Patricia a été condamnée pour sa pauvreté, son pays et a ravivé le fascisme.

Par Carolina Vásquez Araya / Traduction Bernard Tornare

[1La Commission internationale contre l’impunité au Guatemala est une organisation internationale indépendante chargée d’assister les autorités guatémaltèques dans la lutte contre le crime organisé. Wikipédia



Suivre la vie du site fr    ?    |    titre sites syndiques OPML   ?  


Site réalisé avec SPIP