10 décembre 2018

Notre Congo, Onze Kongo - rencontre autour du livre

18h30-22H30 Maison de la Francité 18 rue Joseph II - 1000 (...)

10 décembre 2018

Que se passe-t-il avec Belfius ? Projection Débat

19h-21h30 Merinosstraat 1B, 1210 Bruxelles

11 décembre 2018

Formation à l’Alimentation Durable, Cuisine écologique et politique

18h30 > 22h Maison de la Paix, Rue Van Elewyck 35, 1050 (...)

12 décembre 2018

Procès de la Solidarité : verdict

8h30-10h Palais de Justice de Bruxelles Place Poelaert 3, 1000 (...)

12 décembre 2018

Projection : MARCHE - Thierry Deronne

19h30 > Cinéma Aventure

12 décembre 2018

Film-débat : MARCHE, Paysans et révolution au Venezuela

19h30 Cinéma Aventure. Galerie du Centre 57 (rue des Fripiers), (...)

13 décembre 2018

CSC Bruxelles - Á L’intersection Des Discriminations

9h-16h CSC Bruxelles Hal Vilvorde 19 Rue Pletinckx, 1000 (...)

13 décembre 2018

Avant-première Cinéma ATTAC : un héritage empoisonné

Jeudi 13 décembre 2018 au cinéma aventure

14 décembre 2018

Précaires.es et travailleurs.es sans-emplois contre le Jobs Deal

10h-11h Rue Lambermont, 1000 Bruxelles, Belgique, métro (...)

15 décembre 2018

Leçon de cinéma : Thierry Odeyn + projection "Portrait of Jason"

10h30-13h Cinéma Aventure Galerie du Centre 57 (rue des Fripiers), (...)


Accueil > FR > Articles > Analyses

Le Chantage du Terrorisme

Dans le cadre des opérations Barkhane, des éléments de la gendarmerie française (on ne sait pas combien) seront prochainement déployés à Ouagadougou pour faire face à toute "crise de terrorisme" dans la région Ouest Africaine et vont intervenir en cas d’attaque terroriste.

De façon basique, cela signifie trois choses :
1. Les attaques terroristes en Afrique constituent une opportunité pour la France de renforcer sa présence militaire en Afrique
2. Il n’y a aucun débat démocratique au Burkina sur les règles d’engagement des forces militaires étrangères
3. Le Burkina Faso sera encore plus exposé aux attaques terroristes

Lorsque l’on écoute les "experts" français sur RFI, France 24 ..., le groupe terroriste Aqmi en attaquant la Côte d’Ivoire a frappé symboliquement la France. « Frapper la Côte d’Ivoire, c’est bien évidemment une façon de s’en prendre à l’allié historique de la France dans la région » a expliqué Antoine Glaser : « Vous voyez, vous faites la chasse aux djihadistes au Mali, au nord du Niger, dans la bande sahélo-saharienne, mais nous on vous tape au cœur du business et de la présence française dans la région. »

Le 14 mars, au lendemain de l’attentat de Grand-Bassam, Aqmi a diffusé sur Internet un communiqué de revendications : « C’est un avertissement pour la Côte d’Ivoire et pour tous les alliés de la France ». Aqmi ajoute qu’elle visera encore, la France « et ses intérêts dans les pays participant dans les opérations Serval et Barkhane qui mobilise environ 3 500 militaires en Mauritanie, au Mali, au Niger, au Tchad et au Burkina Faso.

Pourtant la France a elle-même été attaquée dans la nuit du vendredi 13 novembre 2015 par plusieurs commandos qui ont assassiné au moins 130 personnes à Paris.

Pourtant la France est un pays qui a contribué à l’expansion du terrorisme en détruisant la Libye et en soutenant (armes, renseignements, formations ...) les groupes djihadistes en Syrie. L’ancien ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius, avait d’ailleurs déclaré en décembre 2012, lors de la conférence des « Amis de la Syrie » qu’Al-Nosra, la branche syrienne d’Al-Qaïda, « fait du bon boulot ».

Pourtant la France entretient des alliances solides avec les dictatures du Golfe parrains du terrorisme international.

Pourtant la France est le 4ème plus gros exportateur d’armes dans le monde alimentant ainsi de plus en plus de conflits meurtriers.

Pourtant en septembre 2015, la France nous sommait de négocier avec le chef terroriste Diendéré.

Depuis que la France a déstabilisé la Libye et permis que des hordes de djihadistes surarmés déferlent sur le Mali, les Maliens n’ont jamais été aussi exposés au terrorisme malgré la présence militaire invasive française et Onusienne.

Ouagadougou abrite des équipements et des forces militaires françaises malgré cela (ou à cause de cela) la capitale burkinabè a été attaquée par les terroristes.

La Côte-d’Ivoire abrite la plus grande base militaire française en Afrique malgré cela (ou à cause de cela) Grand-Bassam n’a pas été épargnée.

Les attaques terroristes ne sont que supercherie et chantage. Par contre le maitre chanteur n’est pas toujours celui que l’on croit.

Souleymane Ouedraogo



Suivre la vie du site fr    ?    |    titre sites syndiques OPML   ?  


Site réalisé avec SPIP