24 mai 2018

Non, le gouvernement Michel ne doit pas rester jusqu’en 2019 !

19h PianoFabriek – salle Cadzand. Rue du Fort, 35 – 1060 (...)

24 mai 2018

Culture et résistance. Récits de coopération culturelle entre Belgique et Palestine

19h Palais des beaux-arts. Rue Ravenstein, 1000 Bruxelles

24 mai 2018

César- Trio de Chile

20h Art Base. 29 rue des Sables, 1000 Bruxelles

25 mai 2018

Permanence à l’Atelier - clandestin - sérigraphie

16h 71 rue de Liedekerke - 1210 Bruxelles

25 mai 2018

Conférence sur l’Iran

18h Intal. Chaussée de Haecht 53, 1210 Bruxelles

26 mai 2018

Améliorons la gestion des matières organiques à Bruxelles

10h>15h Tour & Taxis Avenue du Port 86C / 3000, 1000 (...)

26 mai 2018

Vegan Street Festival | Brussels 2018

10h>22h Marché Aux Poissons - 1000 Bruxelles

26 mai 2018

Ledendag Cubanismo.be - Latijns-Amerika : Democratie onder vuur ?

12u Haachtesteenweg 53, 1210 Bruxelles

26 mai 2018

Ramassage collectif de déchets à Schaerbeek

14h Place Lehon, 1030 Bruxelles

26 mai 2018

Comment la Belgique et les USA ont installé une dictature au Congo

14h Horloge du Sud. Rue du Trône 141 - 1050 Bruxelles


Accueil > FR > Articles > Infos

Manifestation contre les violences policières

Communiqué de presse des Jeunes Organisés et Combatifs.

Ce dimanche 15 mars, plus de 500 personnes ont manifesté dans les rues de Bruxelles à l’occasion de la journée internationale contre les brutalités policières. Cette manifestation était organisée par la campagne Stop Répression des JOC pour la 4e année consécutive.

La manifestation s’est déroulée dans une ambiance combative. Les organisateurs déplorent toutefois des arrestations arbitraires aux abords de la manifestation.

Les manifestants présents étaient là pour rappeler que, les contrôles au faciès, les injures, les violences, le harcèlement, les abus de la police en général sont une réalité et dénoncer que l’impunité des policiers délinquants reste quasi totale. Cette situation ne fait qu’empirer avec les mesures ultra-sécuritaires d’un gouvernement qui prévoit, notamment, de renforcer la criminalisation des victimes qui portent plainte contre la police. Les manifestants voulaient dénoncer qu’au contraire, rien n’est mis en place pour lutter contre l’impunité des policiers. Selon eux, les chefs de la police (bourgmestres et ministre de l’Intérieur) utilisent les forces de l’ordre non pas pour protéger la population mais pour réprimer la contestation populaire de manière à faire passer les mesures anti-sociales et racistes du gouvernement.

Pour les manifestants, on ne peut faire abstraction du contexte actuel, qui voudrait nous enfermer dans la peur de manière à légitimer le renforcement de l’arsenal sécuritaire avec des mesures tel que l’arrestation préventive, au nom d’une prétendue lutte contre le terrorisme. Aux yeux des membres de la campagne stop-répression, ces mesures sont inefficaces et mettent en danger les libertés fondamentales de tous les citoyens. Pour eux, il faut aller à la source du problème et lutter contre l’exclusion sociale et le racisme institutionnalisé dont les principales victimes sont les jeunes des quartiers populaires. Au contraire, le gouvernement Michel Ier, qui compte des sympathisants d’extrême droite, propose des mesures racistes comme le retrait de la nationalité pour les personnes ayant une double nationalité, en cas de participation à une organisation terroriste, en plus des mesures anti-sociales et sécuritaires qu’il prend par ailleurs. Ainsi, la peine sera différente pour un belgo-marocain ou un belge. Ce genre de mesure ne peut que conforter les policiers dans leur attitudes racistes. A titre d’exemple, certains policiers se sont permis de tenir des propos racistes sur les réseaux sociaux à l’égard de victimes de leur violence.

A l’issue de la manifestation, une assemblée s’est tenue afin de préparer les suites notamment le soutien aux victimes de violences policières et sensibiliser la population aux travers de leurs témoignages.

www.joc.be
www.stop-repression.be



Suivre la vie du site fr    ?    |    titre sites syndiques OPML   ?  


Site réalisé avec SPIP