24 avril 2018

Atelier reportage social : Le point de vue...

18h Pianofabriek, 35 rue du Fort, 1060 Bruxelles

24 avril 2018

Conférence : Abattage rituel en Belgique & bien-être animal

18h ULB. Avenue Adolphe Buyl, 131 - 1050 Bruxelles. Auditoire (...)

24 avril 2018

Conférence : Si tu pollues, tu payes ?

18h30 ULB, Avenue Franklin Roosevelt 50, 1050 Bruxelles

24 avril 2018

Conférence-débat : "La révolte des coursiers"

19h - ULB, Avenue Franklin Roosevelt 50, 1050 Bruxelles

25 avril 2018

Boycott Service communautaire : mobilisons nous !

13h Cour Constitutionnelle. Place royale, Bruxelles

25 avril 2018

Belfius : Privatisation reportée, à nous de jouer !

14h Rogier Tower - 1210 Bruxelles

25 avril 2018

Conférence de Serge Halimi - Que peut la gauche au pouvoir ?

18h ULB, Campus du Solbosch, H.1309. Avenue Franklin Roosevelt 50 (...)

25 avril 2018

Une file devant le palais de justice

18h30 Place Poelaert, 1000 Bruxelles

25 avril 2018

Planter des Fleurs sur l’Autoroute

19h BRASS - Centre Culturel de Forest. Avenue Van Volxem 364, (...)

25 avril 2018

D’un Mai à l’autre. Réalité & récupération de Mai 68

19h local Sacco et Vanzetti, 54 chaussée de Forest - 1060 (...)


Accueil > FR > Vidéos > Mobilisation

Manifestation pour la démission de Théo Francken

Manifestation pour la démission de Théo Francken

Ils étaient bien plus que 10 ! près de 8000 personnes dans les rues ce samedi pour réclamer la démission du secrétaire d’Etat à l’Asile et à la Migration Théo Francken.
démission Francken

Ordre de quitter le gouvernement à Theo Francken pour non-respect de son mandat, non-respect des décisions de justice et de l’État de droit, violation de la constitution et des lois du peuple belge en renvoyant des migrants vers la torture et des traitements inhumains et dégradants, mensonges éhontés devant le Parlement et la société, propos racistes, accointance avec des anciens collaborateurs nazis et menace pour l’ordre public et la sécurité nationale.

Théo Francken et le gouvernement fédéral ont collaboré avec les autorités de Khartoum pour l’expulsion de ressortissants soudanais qui, selon divers témoignages recueillis par un think tank libéral au Moyen-Orient, ont fait l’objet de tortures après leur retour. Pour rappel, le Soudan est une dictature dirigée depuis 28 ans par Omar El Bechir, qui fait l’objet de 2 mandats d’arrêt international. Il est le chef d’Etat le plus recherché par la cour pénal internationale, poursuivi pour génocide, crime de guerre et crime contre l’humanité. Selon les chiffres de l’ONU, en 14 ans, le conflit au Darfour a fait plus de 300 000 morts et 2 millions et demi de déplacés.

Théo Francken a également plusieurs fois menti publiquement en affirmant qu’il n’était pas au courant de nouvelles expulsions d’ici janvier 2018 alors qu’il avait été informé d’une expulsion vers le Soudan prévue le 13 janvier. Il a également été accusé d’avoir menti en indiquant que les expulsions vers le Soudan s’exerçaient en collaboration avec l’ONU et l’Organisation internationale pour les Migrations (OIM), ce qu’ont démenti les deux institutions.

Les associations de défense des droits humains, de soutien aux réfugiés et les ONG actives dans la coopération au développement telles que le CNCD 11.11.11 ou Amnesty International, de même que les partis d’opposition ont invité le secrétaire d’Etat Francken à prendre ses responsabilités.

Malgré ces faits qui s’ajoutent aux rafles organisées depuis le mois d’août au parc Maximilien et à la gare du Nord de Bruxelles, le 1er Ministre Charles Michel continue de qualifier la politique migratoire de son gouvernement "d’humaine et ferme" et de couvrir son secrétaire d’Etat Théo Francken en appelant à "la nuance" dans ce dossier.

Voilà pourquoi près de 8000 personnes se sont rassemblées ce samedi pour dénoncer les responsabilités grave de Théo Francken et du gouvernement et réclamer sa démission.


Suivre la vie du site fr    ?    |    titre sites syndiques OPML   ?  


Site réalisé avec SPIP