Articles

Pretty Woman : 25 ans de mensonges au sujet de la prostitution

Le film « Pretty Woman », une comédie romantique à propos d’une prostituée simple et pauvre et un riche et bel acheteur de sexe qui tombent amoureux.

Les zoos humains de l’ère Trump

Sommes-nous vraiment si différents de ces spectateurs qui venaient, il y a environ un siècle, assister comme au zoo, sans sourciller ni s’émouvoir, à l’avilissement d’autres êtres humains (...)

Ludo de Witte : Il faut changer les mentalités et décoloniser complètement l’espace public

Ce qu’on a réussi aujourd’hui, c’est « une petite plaque » mais c’est quand même un grand pas et c’est important

Amérique Latine : La longue histoire des interventions des Etats-Unis

La lutte contre le communisme a été l’un des principaux drapeaux utilisés pour détruire des pays et imposer des dictatures dans des pays dont le Gouvernement était modéré ou (...)

Une militante féministe kurde extradée vers la Turquie par... la Norvège

La militante et féministe kurde, Gulizar Taşdemir a été rendue à la Turquie, les mains et les pieds attachés, ce mercredi 4 juillet 2018.

Tous ces morts… Non, ce n’est pas normal !

Les meurtres systématiques n’ont pas commencé avec la coupe du monde de football, cela fait des années qu’on les inscrit dans des périodes et on les lie aux (...)

Chili. Un féminisme venant du Sud

Surgi des luttes étudiantes, le mouvement féministe chilien dénonce tant le patriarcat que le capitalisme ; il a révolutionné la totalité de la scène politique et (...)

Lettre à Messi qui n’est pas allé jouer en Israël

Dans le stade où devait se tenir le match, de fait, il y avait un village palestinien, qui a été rasé, et vous étiez sensés aller là, mettre une couche supplémentaire d’oubli à tous ces (...)

Maradona selon Eduardo Galeano

Cette idole généreuse et solidaire a été capable de commettre, en cinq minutes, les deux buts les plus contradictoires de toute l’histoire du football.

Appel anticolonial du collectif Kanak des « Subrogés- Tuteurs »

Organiser un référendum pour accéder à l’indépendance Kanak dans un pays colonisé où le peuple autochtone Kanak représente désormais moins de 40% de l’électorat passerait pour une arnaque à n’importe quel (...)

John Pilger : Il règne une sorte d’étrange silence autour du cas Julian Assange

Julian Assange n’a jamais été plus isolé. Il a besoin de votre soutien et de votre voix. C’est maintenant plus que jamais le moment d’exiger justice et liberté d’expression pour (...)

Entretien avec James Petras : les ONG sont des entrepreneurs de la pauvreté

L’organisation depuis le bas, l’action collective pour résoudre des problèmes communs, constitue le premier pas d’une lutte pour changer radicalement l’actuelle structure du pouvoir (...)

Ce que le footballeur Mohamed Salah dit de l’Égypte actuelle

En raison de sa capacité d’inspiration et de mobilisation, le sport, en Égypte comme partout ailleurs dans le monde, est intrinsèquement politique, comme l’est aussi la renommée de ses (...)

Le football : un instrument d’émancipation

Face à ce football des élites, qui brasse des milliards d’euros et qui est désormais communément qualifié de « foot-business », il existe un football populaire plus souterrain et méconnu qui échappe aux (...)

L’écriture du sport. Entretien avec Marc Augé

Ce qui me paraît le plus beau dans l’exercice physique, c’est qu’on s’éprouve soi-même, on apprend à se connaître. Éventuellement au contact des autres aussi, mais il y a cette épreuve directe du temps et (...)


Accueil > FR > Articles

Mons 2015 : une politique de la démesure ?

Beaucoup se souviendront de l’allocution d’un Elio Di Rupo vantant son fief à la tribune de l’ONU. Devant un parterre de dignitaires interloqués (Didier Reynders en tête), le bourgmestre lançait alors un cri du cœur : « Je viens de Mons », rappelant l’accession prochaine de sa cité au rang de capitale européenne de la culture. Depuis, plus personne n’eut loisir d’échapper à l’enrôlement des festivocrates autour de cet événement attendu tel une révolution culturelle au sud du pays. « Je suis montois, et toi ? ».

En ces temps d’hystérie monothéiste, un détour par la Grèce païenne offre des avantages inespérés quant à l’interprétation de cette actualité politico-festive imminente. Alors que les sagesses antiques ignoraient la notion de péché tel que nous le concevons suite à notre héritage judéo-chrétien, de nombreux récits mythologiques nous renseignent sur une faute morale épinglée par les sociétés polythéistes : l’Hybris, ce mouvement fautif de dépassement des limites. Une démesure souvent sanctionnée par Némésis (déesse de la juste colère des dieux).

Ainsi, l’épisode du Mikado bancal d’Arne Quinze aurait jadis mis la puce à l’oreille à nos ancêtres d’Attique ou de Béotie. Arne Quinze, ce nouveau Sisyphe de l’art contemporain, condamné à reconstruire – sans cesse – une nouvelle structure avant que celle-ci ne s’écroule à son tour.

Cette séquence burlesque accompagnant le lancement de Mons 2015 ne constitue pourtant qu’un exemple parmi tant d’autres. Némésis, cette rabat-joie briseuse de fête (briseuse de grève en pire) semble en effet s’acharner sur la cité du Doudou. Les coups du sort se succèdent ; le musée des Beaux-Arts de Mons (BAM) connaît un retard de cinq semaines, mettant en péril l’exposition inaugurale consacrée à Vincent Van Gogh. Une tuile venant s’ajouter au destin de la future gare-dragon (ou libellule) de Mons dessinée par l’architecte espagnol et habitué de la SNCB Santiago Calatrava, dont l’inauguration est d’ores et déjà reportée au plus tôt à 2017. Les visiteurs de Mons 2015 se consoleront avec l’habillement en lampes LED de la passerelle provisoire vers la ville – un plafond recouvert d’écrans diffusant couleurs et formes abstraite, sorte de mise en abyme de l’abstraction principale : la gare elle-même.

Pris de fièvre monumentale, les autorités estimèrent en outre judicieux de faire appel à deux célèbres « marques » parmi les bâtisseurs contemporains. À côté de Calatrava – déjà cité – Daniel Liebeskind signant le nouveau Centre des congrès « aussi majestueux qu’un navire à l’assaut des flots » d’après l’hagiographie officielle. « Les deux architectes […] ne sont autres que ceux qui œuvrent au même moment à la reconstruction du Ground Zero, à New York ». Grâce aux franchises mondialisées de l’architecture, Mons se hisserait ainsi au niveau du Big Apple.

Cette politique de l’esbroufe éphémère et des cicatrices urbaines durables témoignerait d’une ville livrée aux politiques hybriques, ayant perdu le sens des réalités. C’est d’ailleurs la philosophie même des capitales européennes de la culture qui fut pointée du doigt dans une désormais célèbre diatribe du Guardian : « le principe des capitales européennes de la culture encourage les bourgmestres à rêver à des grands bâtiments dont ils n’ont pas besoin et qu’ils ne peuvent se permettre. L’article souligne, non sans une pointe de sarcasme, que les habitants seraient davantage enthousiasmés par l’arrivée du géant suédois de l’ameublement low-cost Ikea. Des considérations sans-doute bassement terre-à-terre, à mille lieues des projets d’élus esthètes et visionnaires, auxquelles s’ajoute la constatation d’un centre-ville à l’abandon.

Or, le recours aux starchitectes s’inscrit en réalité dans une stratégie de place-branding (marketing territorial) dans laquelle le projet architectural n’est pas appréhendé comme l’objet d’une démarche de conception répondant à un besoin réel, mais plutôt comme une stratégie marketing globale.

À travers Mons 2015, c’est à l’échelle de la ville et de son hinterland (la « grande-Dirupie ») que s’opère le processus de mise-en-marque. Une stratégie risquant au passage de concurrencer les efforts de branding entrepris par la Région wallonne (parmi ceux-ci : la marque Wallonia.be lancée en 2013, alors présentée comme « vecteur de mobilisation et de cohérence dans le cadre de la visibilité de la région, qu’elle soit économique, touristique ou culturelle »).

Derrière Mons 2015, les attentes sont donc immenses. Peu connue au-delà de nos frontières, l’objectif économique et politique est de faire figurer durablement la cité du Doudou sur la mappemonde des investisseurs et touristes culturels étrangers. Après Google, IBM et Microsoft, qui offrent déjà un parfum de globalisation à la Digital Innovation Valley montoise, les pointures « bankables » de l’architecture doivent apposer un sceau de crédibilité au statut de pôle culturel mondial rêvé par cette ville de moins de 100.000 âmes.

Mais ce boost de notoriété offert par l’éphémère statut de capitale européenne suppose une offre culturelle anticipant sur une réelle demande locale et étrangère. En tournant la page des couacs initiaux, les autorités montoises devront ainsi rapidement étouffer les soupçons d’Hybris en vérifiant le bien-fondé des investissements avant que Némésis ne fasse rétracter les fervents bâtisseurs à l’intérieur des limites franchies, laissant alors le champ libre à Momos – divinité mineure de la raillerie.

Nicolas Baygert
Source de l’article : Blog de la revue nouvelle



Suivre la vie du site fr    ?    |    titre sites syndiques OPML   ?  


Site réalisé avec SPIP