Articles

Trier, manger bio, prendre son vélo… ce n’est pas comme ça qu’on sauvera la planète

Slavoj Žižek : La culpabilisation des individus occulte les véritables causes de la destruction de la planète : le capitalisme et les États-nations.

Si nous voulons vivre hors la loi des meurtriers

Il est inutile de se demander d’où vient cet acharnement des réactionnaires à vouloir supprimer les poètes. N’est-il pas la meilleure preuve de l’efficacité de leurs écrits, lorsque, sous la pression des (...)

Frei Betto : changer un projet pour le Brésil par un projet de pouvoir, c’est çà le problème

Entretien avec ce moine dominicain, ancien guérillero et proche de Lula, critique le Parti du Travail qui gouverna le Brésil durant 13 ans et la gauche latino-américaine.

Qui est responsable du sous-développement de l’Afrique : les femmes africaines ou le G20 ?

Confondre les symptômes d’une maladie, ou d’un grave problème comme la surpopulation, avec ses causes, est symptomatique de ces décideurs néolibéraux...

Maroc, la révolution qui vient

Depuis 8 mois, la mobilisation populaire s’est installée dans le Rif. Déclenchée en réaction à la mort de Mouhcine Fikri, le mouvement s’est enraciné et organisé.

L’éléphant et la queue de la souris

des Palestiniens et des médias palestiniens emploient les termes de Mur d’Annexion, Mur de Ségrégation et même Mur d’Apartheid. D’un autre côté...

Turquie : Deux profs victimes des purges au seuil de la mort

Nuriye Gülmen et Semih Özakça sont en grève de la faim depuis 104 jours. Pour le journaliste belge d’origine turque Bahar Kimyongür, ils incarnent la résistance à (...)

François Houtart : Le Venezuela d’aujourd’hui et de demain

La question est de refonder un projet de Gauche et non de l’adapter. C’est la seule manière d’être fidèle au postulat de base d’émancipation du peuple...

Brésil : La destruction du système de protection sociale par le gouvernement Temer

Le pays vit une crise institutionnelle et politique et les propositions du gouvernement n’ont jamais été soumises au vote populaire.

Accords commerciaux : la Cour de justice de l’Union européenne désavoue la Commission !

Le verdict de ce jour démontre que la Commission n’était pas légitime pour négocier ces accords seule, au nom des États-membres

Kazım Kızıl • Lettre de prison

Notre plus grande source de moral, sont les messages de celles et ceux qui sont “dehors”, qui nous montrent que nous ne sommes pas seuls… et je vous remercie toutes et tous pour (...)

Paul Gillman, la légende du rock parle du Venezuela

Qu’est qui va peser plus, un terroriste derrière un clavier ou des milliers de personnes qui veulent voir un concert de rock ?

Tuer le messager

depuis 2006 et jusqu’à maintenant, un total de 401 journalistes ont été assassinés, la grande majorité d’entre eux, pour s’acquitter des tâches inhérentes à leur (...)

Perte de mémoire dans le jardin de la violence

Comment les USAméricains se rappellent (et oublient) leurs guerres

Le fils de Marouane Barghouti : Mon père n’est pas plus un terroriste que ne l’était Nelson Mandela

Marouane Barghouti, militant du Fatah emprisonné qui mène la grève de la faim des prisonniers palestiniens incarcérés en Israël.


Accueil du site > FR > Articles

Mons 2015 : une politique de la démesure ?

Beaucoup se souviendront de l’allocution d’un Elio Di Rupo vantant son fief à la tribune de l’ONU. Devant un parterre de dignitaires interloqués (Didier Reynders en tête), le bourgmestre lançait alors un cri du cœur : « Je viens de Mons », rappelant l’accession prochaine de sa cité au rang de capitale européenne de la culture. Depuis, plus personne n’eut loisir d’échapper à l’enrôlement des festivocrates autour de cet événement attendu tel une révolution culturelle au sud du pays. « Je suis montois, et toi ? ».

En ces temps d’hystérie monothéiste, un détour par la Grèce païenne offre des avantages inespérés quant à l’interprétation de cette actualité politico-festive imminente. Alors que les sagesses antiques ignoraient la notion de péché tel que nous le concevons suite à notre héritage judéo-chrétien, de nombreux récits mythologiques nous renseignent sur une faute morale épinglée par les sociétés polythéistes : l’Hybris, ce mouvement fautif de dépassement des limites. Une démesure souvent sanctionnée par Némésis (déesse de la juste colère des dieux).

Ainsi, l’épisode du Mikado bancal d’Arne Quinze aurait jadis mis la puce à l’oreille à nos ancêtres d’Attique ou de Béotie. Arne Quinze, ce nouveau Sisyphe de l’art contemporain, condamné à reconstruire – sans cesse – une nouvelle structure avant que celle-ci ne s’écroule à son tour.

Cette séquence burlesque accompagnant le lancement de Mons 2015 ne constitue pourtant qu’un exemple parmi tant d’autres. Némésis, cette rabat-joie briseuse de fête (briseuse de grève en pire) semble en effet s’acharner sur la cité du Doudou. Les coups du sort se succèdent ; le musée des Beaux-Arts de Mons (BAM) connaît un retard de cinq semaines, mettant en péril l’exposition inaugurale consacrée à Vincent Van Gogh. Une tuile venant s’ajouter au destin de la future gare-dragon (ou libellule) de Mons dessinée par l’architecte espagnol et habitué de la SNCB Santiago Calatrava, dont l’inauguration est d’ores et déjà reportée au plus tôt à 2017. Les visiteurs de Mons 2015 se consoleront avec l’habillement en lampes LED de la passerelle provisoire vers la ville – un plafond recouvert d’écrans diffusant couleurs et formes abstraite, sorte de mise en abyme de l’abstraction principale : la gare elle-même.

Pris de fièvre monumentale, les autorités estimèrent en outre judicieux de faire appel à deux célèbres « marques » parmi les bâtisseurs contemporains. À côté de Calatrava – déjà cité – Daniel Liebeskind signant le nouveau Centre des congrès « aussi majestueux qu’un navire à l’assaut des flots » d’après l’hagiographie officielle. « Les deux architectes […] ne sont autres que ceux qui œuvrent au même moment à la reconstruction du Ground Zero, à New York ». Grâce aux franchises mondialisées de l’architecture, Mons se hisserait ainsi au niveau du Big Apple.

Cette politique de l’esbroufe éphémère et des cicatrices urbaines durables témoignerait d’une ville livrée aux politiques hybriques, ayant perdu le sens des réalités. C’est d’ailleurs la philosophie même des capitales européennes de la culture qui fut pointée du doigt dans une désormais célèbre diatribe du Guardian : « le principe des capitales européennes de la culture encourage les bourgmestres à rêver à des grands bâtiments dont ils n’ont pas besoin et qu’ils ne peuvent se permettre. L’article souligne, non sans une pointe de sarcasme, que les habitants seraient davantage enthousiasmés par l’arrivée du géant suédois de l’ameublement low-cost Ikea. Des considérations sans-doute bassement terre-à-terre, à mille lieues des projets d’élus esthètes et visionnaires, auxquelles s’ajoute la constatation d’un centre-ville à l’abandon.

Or, le recours aux starchitectes s’inscrit en réalité dans une stratégie de place-branding (marketing territorial) dans laquelle le projet architectural n’est pas appréhendé comme l’objet d’une démarche de conception répondant à un besoin réel, mais plutôt comme une stratégie marketing globale.

À travers Mons 2015, c’est à l’échelle de la ville et de son hinterland (la « grande-Dirupie ») que s’opère le processus de mise-en-marque. Une stratégie risquant au passage de concurrencer les efforts de branding entrepris par la Région wallonne (parmi ceux-ci : la marque Wallonia.be lancée en 2013, alors présentée comme « vecteur de mobilisation et de cohérence dans le cadre de la visibilité de la région, qu’elle soit économique, touristique ou culturelle »).

Derrière Mons 2015, les attentes sont donc immenses. Peu connue au-delà de nos frontières, l’objectif économique et politique est de faire figurer durablement la cité du Doudou sur la mappemonde des investisseurs et touristes culturels étrangers. Après Google, IBM et Microsoft, qui offrent déjà un parfum de globalisation à la Digital Innovation Valley montoise, les pointures « bankables » de l’architecture doivent apposer un sceau de crédibilité au statut de pôle culturel mondial rêvé par cette ville de moins de 100.000 âmes.

Mais ce boost de notoriété offert par l’éphémère statut de capitale européenne suppose une offre culturelle anticipant sur une réelle demande locale et étrangère. En tournant la page des couacs initiaux, les autorités montoises devront ainsi rapidement étouffer les soupçons d’Hybris en vérifiant le bien-fondé des investissements avant que Némésis ne fasse rétracter les fervents bâtisseurs à l’intérieur des limites franchies, laissant alors le champ libre à Momos – divinité mineure de la raillerie.

Nicolas Baygert
Source de l’article : Blog de la revue nouvelle



Suivre la vie du site fr    ?


Site réalisé avec SPIP