18 octobre 2018

Ciné-transition - Mois de la solidarité

19h Rue Pervyse 68 - 1040 Bruxelles

18 octobre 2018

Grèves chez Amazon, Ryanair, Uber... La nouvelle classe ouvrière en action !

19h30 Pianofabriek. Rue du Fort 35 - 1060 Bruxelles

20 octobre 2018

Leçon de cinéma #1 : Le cinéma direct avec Thierry Odeyn

10h30>13h00 Cinéma Aventure. Galerie du Centre 57 (rue des (...)

20 octobre 2018

Concert En Soutien à Mustapha AWAD

18h30 Project(ion) room 55, rue De Praetere 1180 Uccle

20 octobre 2018

Film-débat : L’Amour et la Révolution de Yannis Youlountas

19h Mundo B, rue d’Edimbourg 26 - 1050 Bruxelles

20 octobre 2018

Contestations : vers une irrésistible normalisation ?

20h Théâtre National. 111-115 bd. Emile Jacqmain, 1000 (...)

20 octobre 2018

Projection-débat : Des figues en avril

20h Espace Magh Rue du Poinçon, 17, 1000 Région de Bruxelles-Capitale

21 octobre 2018

La production de semences – atelier découverte

14h-17h Ferme d’Uccle Vieille rue du Moulin 93, 1180 Bruxelles

21 octobre 2018

Atelier de lecture collective sur « Les damnés de la Terre » de Franz Fanon (1961).

14h30 Le Steki 4-6 rue Defnet 1060 Saint-Gilles

21 octobre 2018

Justice for Zak, long live Zackie oh !

16h Place de la Bourse, 1000 Région de Bruxelles-Capitale


Accueil > FR > Articles > Infos

Ni oubli ni pardon pour Zak

Le vendredi 21 septembre tourne l’information d’une mort en pleine journée et en plein centre-ville d’Athènes. La nouvelle tourne très vite : « un cambrioleur meurt pendant le cambriolage ». Une mort accidentelle. Pas question d’assassinat et pas question d’assassin. Les faits ont été filmés et diffusés sur youtube et les chaînes télé peu après. Les vidéos nous permettent de voir cette mort se dérouler en boucle devant nos yeux. Une personne est morte par lynchage. C’est violent.

On essaye de nous faire croire que l’homme était armé et agressif, qu’il est mort à cause d’une vitre qu’il a cassé lui-même, que les personnes qui l’ont agressé défendaient leur gagne-pain. Mais on n’est pas dupes.

Si l’on prend le temps de visualiser ces séquences violentes, on distingue un homme à l’intérieur d’une bijouterie. Cet homme tient à peine debout. On nous confirme assez rapidement qu’il s’agit d’une personne dépendante aux opiacés et sous leur effet à ce moment-là. On comprend aussi qu’il est enfermé et essaye de s’échapper à l’aide d’un extincteur qu’il n’arrive même pas à porter, et encore moins à s’en servir pour casser la vitre. Il est faible. Il se déplace vers un autre endroit en bas de la vitrine, et là deux hommes cassent la vitre à coups de pied et continuent à en donner sur l’homme accroupi par terre. Ces coups étaient portés à tout son corps, tête y comprise. Un des deux agresseurs, que l’on apprend être le propriétaire du commerce, lui donne un coup de pied sur la tempe de sorte que la tête s’éclate sur le trottoir. Quelques passants en profitent pour donner des coups aussi.

Sur la deuxième vidéo, on voit que l’homme se relève et réussit à s’enfuir. On nous dit qu’il a un bout de vitre à la main. Il n’attaque personne, ses agresseurs non plus. Il est en panique. Il essaye de quitter les lieux en se prenant dans les chaises et les tables du bistrot d’en face. La police est sur place. Un coup de matraque dans le dos pour le "maîtriser". Il reçoit encore un coup dans le dos par un passant. La police souhaite le menotter. Les ambulanciers l’attachent sur la civière. On apprend qu’il meurt sur le chemin pour l’hôpital.

Pendant que les médias racontent des bobards et essayent de nous faire voir autre chose dans ces vidéos de bonne qualité, l’identité de la victime commence à se dévoiler, d’abord sur les réseaux sociaux. Il s’agit de Zak Kostopoulos. Une « salope Drag Queen séropositive », comme il se présentait, un activiste LGBTQI largement apprécié par des personnes d’horizons différents. Zak avait toujours assumé haut et fort son identité et militait contre la marginalisation des personnes LGBTQI et contre l’exclusion sociale des dépendant.e.s aux opiacés.

Sur les réseaux sociaux ça ne s’arrête pas : de plus en plus de messages d’adieux, des mots d’amour, des envies de justice pour Zak. Des collectifs ou des individus LGBTQI, des groupes politiques, des personnes proches, moins proches ou simplement outrées, des journalistes de gauche ou libéraux. Même un lieutenant de police, chargé du Département contre les violences racistes s’est empressé à exprimer ses condoléances et demander que justice soit faite ! Ainsi le « cambrioleur prétentieux » est devenu le « cambrioleur malheureux ».

Des actions ont lieu dans de nombreuses villes en Grèce. À Athènes, où Zak a été assassiné, une manif spontanée de 400 personnes s’est dirigée, samedi 22 septembre au soir, vers la bijouterie en question. L’entrée de l’étude de l’avocat de l’agresseur est taguée, tout comme le trottoir devant la bijouterie où l’on peut lire "assassin".

Comme d’habitude, il y en a qui doivent se défendre. D’abord les assassins de Zak mais avec eux toute une société toxicophobe, homophobe, transophobe, raciste et tout ce contre quoi on lutte.

L’un des deux principaux agresseurs, le monsieur au t-shirt rose propriétaire de la bijouterie, est arrêté et accusé pour lésion corporelle grave (délit) et lésion corporelle mortelle (crime). Il n’est pas question d’homicide. Son avocat soutient que son client aurait empêché, à l’aide des passants, le cambrioleur de sortir de la bijouterie en attendant la police qu’il avait appelé auparavant. Il explique que Zak ne serait pas mort des coups mais il se serait blessé des bris de vitre en essayant de s’enfuir (puisqu’on le voit sortir vivant d’entre les pieds de ses agresseurs).

Des émissions télé lancent des sondages en demandant au public de se positionner : les agresseurs ont-ils bien réagi ? On se croit dans Black Mirror.


traduction du tweet d’une émission de la chaine SKaï : Zak Kostopoulos, âgé de 33 ans a perdu la vie quand il est entré dans une bijouterie, armé d’un couteau. Regardez la vidéo et donnez nous votre avis. Êtes-vous d’accord avec la réaction du bijoutier ?

Lundi 24, l’autopsie tant attendue précise que la cause du décès ne peut pas être précisée. En tout cas pas pour le moment. Selon les médecins légistes, le corps de Zak porte des lésions mais elles ne justifient pas en elles seules le décès. Ils procèdent à une autopsie toxicologique et à des prélèvement de tissus. Il y en a qui mentionnent un oedème crânien d’origine inconnue. Dans tous les cas, les médecins légistes ont besoin de temps supplémentaire pour définir la cause du décès (et nous annoncer probablement que Zak consommait des opiacés !).

L’agresseur propriétaire de la bijouterie devait passer devant le juge d’instruction le mardi 25 au matin, mais cela a été repoussé pour le lendemain. Le deuxième agresseur, recherché depuis vendredi, s’est rendu à la police, avoue les faits et soutient avoir participé à empêcher Zak de sortir de la bijouterie parce qu’il aurait vu qu’il était armé d’un couteau.

On tournait autour du pot ces derniers jours mais le mot « autodéfense » est enfin entendu ! Ou plutôt lu sur des tracts éparpillés devant la bijouterie par un groupuscule d’extrême-droite : « L’autodéfense n’est pas un crime. C’est un instinct ».

Tout va très vite ces jours.

On sait que la Justice n’est pas justice. Que des citoyens « honnêtes » se réjouissent que Mr Tout-le-monde a pu défendre son gagne-pain et tuer le « vrai criminel ».

On sait, on sait.
On s’organise.
Les actions ne sont pas prêtes de s’arrêter.

"Les assassins de Zak ne sont pas que deux
C’est toute la petite bourgeoisie grecque hétéronormée"

source : Renversé



Suivre la vie du site fr    ?    |    titre sites syndiques OPML   ?  


Site réalisé avec SPIP