Formations

INITIATION AU MONTAGE DOCUMENTAIRE

26.09 > 04.10 2019 //Cet atelier au montage numérique vous permet, sur une période courte, d’acquérir les bases essentielles des techniques du montage vidéo en associant théorie et exercices (...)

Captation multicaméra au festival des libertés 2019

14.10 > 27.10 // Cet atelier est idéal pour s’initier dans la pratique. Après une courte initiation au matériel et au dispositif multicaméra nous aurons l’occasion de capter les débats organisés dans (...)

La Permanence video des luttes sociales

Septembre > décembre 2019 // Suite à l’expérience cumulée et aux retours des participants, nous proposons cette année un espace d’atelier supplémentaire, hebdomadaire et (...)


25 septembre 2019

Projection - L’Histoire des autres

Le mercredi 25 septembre 2019 à 14h00 au cinéma Palace.

25 septembre 2019

Marneffe 1938-1940, quand la Belgique "internait" les réfugiés juifs

20h CCLJ Rue Hôtel des Monnaies 52, 1060 Bruxelles

26 septembre 2019

Femmes, féminismes et Islam : l’égalité en question

19h ESPACE MAGH 17 rue du Poinçon 1000 Bruxelles

30 septembre 2019

Rassemblement de soutien à Julian Assange

17h>19h Place de la Monnaie, 1000 Bruxelles

2 octobre 2019

Save the date ! Carola Rackete à Bruxelles

19:30-21:00 CSC Bruxelles Hal Vilvorde 19 Rue Pletinckx, 1000 (...)

3 octobre 2019

Conférence / rencontre : La ville vue d’en bas

18h Le p’tit ciné - 5, rue du fort, 1060 Bruxelles

3 octobre 2019

Lutter contre Uber et Deliveroo : ça tue !

19h-21h Point Culture 145 rue Royale 1000 Bruxelles

4 octobre 2019

Master classe : Etalonnage et documentaire

10h15>12h45 Palace. Bd Anspach 85, 1000 Bruxelles

4 octobre 2019

Table ronde : Post-production et film documentaire

15h>17h Palace. Bd Anspach 85, 1000 Bruxelles

8 octobre 2019

Journée d’étude : Genre et archéologie

9h30>17h ULB - Campus Solbosch. 50 Avenue Franklin Roosevelt, (...)


Accueil > FR > Vidéos > Mobilisation

Plus chaud que le climat !

Plus chaud que le climat !

Une mobilisation record : la plus grande manifestation pour le climat, ce dimanche 2 décembre à Bruxelles avec la participation de 75.000 personnes. Depuis la signature de l’Accord de Paris en 2015, les ambitions belges s’effondrent, tandis que les (...)
changement climatique

Beaucoup de personnes à la manif ... mais parmi elles Marie Christine Marghem, ministre MR de l’environnement, et le Premier ministre qui s’est même félicité de la mobilisation !

Et pourtant, deux jours seulement après cette marche record pour le climat à Bruxelles, le 4 décembre 2018, la Belgique a voté contre deux textes européens sur le climat. Ces textes prévoient que d’ici à 2030 l’Union européenne devra atteindre 32% d’énergie renouvelable et 32,5% d’efficacité énergétique, des objectifs remis en question par les autorités belges.

« il faut plus d’ambition de la part de nos décideurs belges sur le plan européen et international en dépassant les clivages entre Fédéral et Régions ou entre partis politiques.  » comme le souligne Nicolas Van Nuffel, président de la Coalition Climat. Le cap a été donné par le rapport du GIEC : « nous ne pouvons dépasser 1,5°C de réchauffement et pour y arriver, nos émissions doivent être réduites d’au moins 55% d’ici 2030. Nous attendons de la Belgique qu’elle rejoigne le camp des pays ambitieux au sein de l’Union européenne. »

Le mouvement pour le climat est-il unitaire ? Le sociologue Razmig Keucheyan s’affaire à déconstruire le consensus qui règne sur le sujet, non pour dénoncer les idéaux écologistes, mais pour faire apparaître l’écologisme tel qu’il l’observe : un simulacre. La cause environnementale est, selon lui, progressivement investie par des dynamiques capitalistes qui, si elles peuvent sembler compatibles avec l’écologie, n’ont pour but premier que l’accumulation de profits. Pour l’auteur, ce fait doit être analysé. 


Ainsi, les catastrophes naturelles annoncées, la lutte contre la disparition progressive de la biodiversité font désormais l’objet de spéculations financières à très grande échelle, à travers l’expansion d’un marché de la réassurance prolifique, et l’échange de « droits à polluer » ou d’« obligations catastrophe ». Finalement, la lutte pour la sauvegarde de la nature constitue l’opportunité d’ouvrir de nouveaux marchés, sources de profits inédits. La protection de l’environnement se traduit également dans le renforcement d’inégalités existantes.
Ce sont évidemment les pays les plus pauvres qui souffriront le plus des conséquences du dérèglement climatique, et au sein même des pays, les « inégalités écologiques » vont se creuser. Ainsi, aux États-Unis, c’est bien souvent dans les régions habitées par des minorités raciales que l’on trouve, de nos jours, les décharges de déchets toxiques...


Suivre la vie du site fr    ?    |    titre sites syndiques OPML   ?  


Site réalisé avec SPIP