22 février 2018

Avant-Première - Jusqu’à la dernière goutte

19h Cinéma vendôme Chaussée de Wavre 18, 1050 Ixelles

22 février 2018

Présentation du livre "El Perro Furioso"

19h Maison de l’Amérique Latine. Rue du Collège, 27 – 1050 (...)

22 février 2018

Sans Papiers : Présentation du livre "El Perro Furioso"

Maison de l’Amérique Latine. Rue du Collège, 27 – 1050 (...)

22 février 2018

Débat #metoo, sexisme, la précarité nous rend vulnérables

19h ULB. Campus du Solbosch, auditoire H1309. 1050 Bruxelles

23 février 2018

Sit-In For Solidarity ! Free Mounir et Jiyed

12h>17h30 Art & Loi - 1000 Bruxelles

23 février 2018

Ballade collective à vélo : Critical Mass Brussels

18h Porte de Namur, 1050 Bruxelles

23 février 2018

Café littéraire : Regards de femmes

18h30 Kanodou resto. Chaussée de Charleroi 73, 1060 Bruxelles

24 février 2018

Bahar Kimyongür à la Foire du Livre de Bruxelles

14h Tour & Taxis. Stand : 247. Avenue du Port, 86C – 1000 (...)

24 février 2018

Drogues, ça nous concerne tous

16h Théâtre de Poche. La Chemin du gymnase, 1000 Bruxelles

24 février 2018

Apéro féministe : Le féminisme, ça ne sert plus à rien ?

18h Le poisson sans bicyclette. Rue Josaphat 253, 1030 (...)


Accueil > FR > Articles > Infos

Plusieurs militants d’extrême droite identifiés parmi les hooligans à la Bourse

Pourquoi cette violence ? Ce dimanche, entre 400 et 500 supporters ultras de différents clubs de football du pays se sont rendus à la Bourse, dans le centre de Bruxelles, pour officiellement y rendre un hommage aux victimes des attentats du 22 mars. A leur manière : des coups ont été donnés, des insultes proférées, des slogans racistes hurlés et des affrontements avec la police ont ensuite eu lieu. Une nouveauté ?

Le journal d’investigation RésistanceS.be a pu reconnaitre plusieurs militants d’extrême droite parmi les hooligans présents, avec les supporters ultras de football, à la Bourse ce dimanche. C’est le cas de « Jeanke S. », un des principaux activistes des Autonome nationalisten Vlaanderen (ANV), un groupuscule néonazi actif à Anvers, à Gand et à Bruxelles. Celui-ci avait d’ailleurs annoncé sur Internet, le matin même vers 9 h, son arrivée dans la capitale.

Parmi ces supporters ultras était aussi présent à la Bourse, ce dimanche après-midi, une vieille connaissance de RésistanceS.be (comme le montre la photo ci-dessous). Connu sous le pseudonyme de « Thure », celui-ci militait dans les années 80 au Parti des forces nouvelles (PFN), puis au VMO-Bruxelles qui sera à la base de la création en 1988 du groupuscule néonazi L’Assaut. Membre du groupe skin-nazi de musique « Fight Action », dont le chanteur militant du Parti nationaliste français et européen (PNFE) s’était réfugié chez nous suite à des violences commises en France, « Thure » servit de garde du corps au négationniste français Robert Faurisson, lors du procès du néonazi Olivier Mathieu en 1991, avec des activistes de L’Assaut et du PFN. Le même individu s’était déjà rendu célèbre dans un reportage de la RTBF consacré aux skinheads.

Il y a six ans, « Thure » faisait partie du noyau fondateur de la Belgium defence league (BDL). Cette ligue prenait exemple sur l’English defence league (EDL), une organisation d’extrême droite fondée - dans l’objectif de combattre « l’islamisation de notre société » - par des supporters ultras anglais de football.

Hier, devant la Bourse, « Thure » est l’auteur d’un violent coup de poing donné à un Bruxellois qui avait osé s’opposer à la présence des « Hooligans contre le terrorisme ».

Plus tard, deux mouvements d’extrême droite de tendance « identitaire », le mouvement Nation et Vlaanderen Identitair (VLI), vont communiquer leur soutien à ceux qu’ils considèrent comme des « patriotes ». Juste après les incidents commis à la Bourse, Rob Verreycken, le leader du groupuscule VLI et ancien responsable du Vlaams Belang, a posté sur sa page Facebook le commentaire suivant : « 450 compatriotes sont venus pour montrer au monde entier leur - et notre - juste colère (NDLR : suite aux attentats de mardi dernier), ainsi que leur détermination pour lutter contre l’islamisation de notre pays. »

Malgré l’étonnement de beaucoup, le déchainement de violence de ce dimanche perpétré par ces hooligans est pourtant une habitude. Aujourd’hui, il inquiète parce qu’il s’est déroulé devant l’emplacement d’hommage aux victimes du terrorisme dans un contexte particulièrement dramatique. La violence urbaine de supporters ultras se déroule cependant régulièrement dans les soirées d’après-match de football. Elle est alors peu médiatisée.

Pour ces hooligans, la violence est un mode d’expression, une raison d’existence. Ce phénomène de société ne semble pas réellement inquiéter les autorités compétentes. Elles sont bien plus sensibilisées et mobilisées par la violence qui s’exprime dans les quartiers populaires de nos villes lors d’émeutes, survenant souvent suite à une « friction » entre des jeunes et la police.

Pour mieux comprendre ce qui s’est passé ce dimanche à Bruxelles, le journal RésistanceS.be vous propose un articles analytique qu’il avait déjà publié en 2001 sur le hooliganisme et son infiltration par des groupes d’extrême droite. Aujourd’hui, il garde toute son actualité. Pour lire cet article CLIQUEZ ICI

Source de l’article : RésistanceS.be © Article du journal en ligne RésistanceS.be | Bruxelles | Lundi 28 mars 2016 | info@resistances.be | Archives (1997-2014) : www.resistances.be | RésistanceS.be est aussi sur FACEBOOK ICI



Suivre la vie du site fr    ?    |    titre sites syndiques OPML   ?  


Site réalisé avec SPIP