19 septembre 2018

Ciné-club des Libertés - Motherland

20h Cinéma Aventure. Galerie du Centre. 57, rue des Fripiers - (...)

19 septembre 2018

Expo collective : ZAVENTEM, OPERATION DETENTION & Regards sur la politique migratoire

19h Espace Citoyen, 8, rue de la Grande île, 1000 Bruxelles

20 septembre 2018

CINEKE : Atelier de réalisation radio

18h30 > 21h : Boulevard Emile Bockstael 88, 1020 Laeken

20 septembre 2018

Apéro Politique : on interpelle les candidats à Bruxelles-Ville !

18h De Markten,5 Vieux marché aux Grains - 1000 Bruxelles

20 septembre 2018

Conférence débat : L’assassinat de Semira Adamu au prisme de l’intersectionnalité

18h PianoFabriek. rue du Fort 35 - 1060 Bruxelles

20 septembre 2018

Drink de rentrée de l’Union syndicale étudiante

18h USE. avenue Buyl 105, 1050 Bruxelles

20 septembre 2018

L’action citoyenne : Avec, contre ou sans le pouvoir ?

18h30 Mundo-B. 26 rue d’Edimbourg - 1050 Bruxelles

20 septembre 2018

Débat : 10 ans de crise, 10 ans de lutte pour sortir

19h30 Pianofabriek. Rue du Fort 35, 1060 Bruxelles

21 septembre 2018

Atelier flambeaux + bannières

14h Maison de la Paix, 35 rue Van Elewyck - 1050 Bruxelles

21 septembre 2018

LES SANS ! Théâtre et lectures

18h30 MEDEX (Musée Ephémère de l’Exil)


Accueil > FR > Vidéos

Procès des écrans, procès politique ?

Procès des écrans, procès politique ?

C’est dans un contexte de criminalisation des mouvements sociaux qu’a lieu le procès d’Hugo Périlleux Sanchez, accusé d’avoir détourné des écrans publicitaires pendant la campagne TTIP Game Over.

Hugo Périlleux Sanchez fait partie des nombreux militants qui ont participé aux mobilisations et actions de désobéissance civile contre les traités de libre échange TTIP et CETA. Ce mercredi 5 septembre, il comparaissait devant le tribunal correctionnel de Bruxelles pour avoir détourné en juillet 2016 un panneau Coca Cola.

Refusant de donner le nom des autres participants à l’action, il est aujourd’hui seul à comparaître. Seul mais soutenu largement par tous ceux qui ont combattu à ses côtés et continuent à le faire aujourd’hui. Les préventions retenues à son encontre sont le hacking, la fraude informatique et la dégradation de bien privé. Il risque une peine de 6 mois à 5 ans de prison et jusqu’à 125 000 euros d’amende.

Clear Channel et Coca-Cola avaient porté plainte mais ne sont finalement pas constitués partie civil. Il n’y a plus que le procureur du roi (représentant de l’État) qui poursuit... Son avocat Olivier Stein s’interroge donc sur la motivation politique de ce procès...

Finalement, en accord avec les deux partie, l’audience est reportée au 12 février 2019.


Suivre la vie du site fr    ?    |    titre sites syndiques OPML   ?  


Site réalisé avec SPIP