15 octobre 2018

Atelier écriture : Conversation avec un robot - Hybridation humain/machine

18h30 La Maison du Livre. Rue de Rome 28, 1060 Bruxelles

18 octobre 2018

Ciné-transition - Mois de la solidarité

19h Rue Pervyse 68 - 1040 Bruxelles

18 octobre 2018

Grèves chez Amazon, Ryanair, Uber... La nouvelle classe ouvrière en action !

19h30 Pianofabriek. Rue du Fort 35 - 1060 Bruxelles

20 octobre 2018

Leçon de cinéma #1 : Le cinéma direct avec Thierry Odeyn

10h30>13h30 Cinéma Aventure. Galerie du Centre 57 (rue des (...)

20 octobre 2018

Film-débat : L’Amour et la Révolution de Yannis Youlountas

19h Mundo B, rue d’Edimbourg 26 - 1050 Bruxelles

20 octobre 2018

Contestations : vers une irrésistible normalisation ?

20h Théâtre National. 111-115 bd. Emile Jacqmain, 1000 (...)

20 octobre 2018

Projection-débat : Des figues en avril

20h Espace Magh Rue du Poinçon, 17, 1000 Région de Bruxelles-Capitale

23 octobre 2018

Formation à l’Alimentation Durable, Cuisine écologique et politique

18h30 Maison de la Paix, Rue Van Elewyck 35, 1050 Bruxelles

23 octobre 2018

Désarmons Bruxelles !

19h rue van Elewyck 35, 1050 Bruxelles

24 octobre 2018

Atelier de déconstruction des mots : démasquons les mots qui mentent !

14h La Maison du Livre. 28 rue de Rome, 1060 Bruxelles


Accueil > FR > Articles > Analyses

Qui a intérêt à détruire les services publics, comment et pourquoi ?

Les moyens sont légion pour détruire les services publics directement et en leur construisant une image négative. On y introduit des logiques managériales et de performance du secteur privé, notamment en ce qui concerne les évaluations et le recrutement du personnel, en octroyant des primes liées à l’atteinte d’objectifs et changeant ainsi radicalement le rapport des travailleurs à leur entreprise.

De plus en plus de contractuels sont engagés. Les dirigeants peuvent facilement mettre la pression sur eux alors que les statutaires sont moins soumis à l’arbitraire du patron. Les licenciements deviennent beaucoup plus faciles.

De plus, les sous-contrats deviennent légion, notamment ceux liés à des subventions, l’emploi disparaissant lorsque l’on met un terme à la mesure politique subventionnée. Sans compter l’augmentation du recours à des contrats à durée déterminée, voire à des art. 60, souvent utilisés pour remplacer du personnel prévu mais non recruté.

Pour ce qui ne fait pas partie du « core business », on fait appel à la sous-traitance, à l’« outsourcing » et on crée des filiales.
De grosses dépenses sont occasionnées par les frais de consultance externe. L’entreprise est introduite en Bourse. L’écart salarial s’approfondit entre les travailleurs et des dirigeants issus du privé. Les départs naturels et les absences ne sont pas remplacés ou à raison de 1 pour 5. En Belgique, de 1999 à 2004, la réforme Copernic mise en place dans les administrations fédérales avait pour objectif annoncé la transformation des administrations publiques en organisations modernes orientées vers la performance et le service au citoyen. Des « top managers » ont été engagés. Comme si l’introduction de termes anglais contribuait à améliorer nos services publics !

Les attaques sont également mises en œuvre à travers la libéralisation, qui consiste à ouvrir le marché à d’autres opérateurs, et les privatisations.

L’objectif final est de « coloniser » les services publics pour rétribuer du capital privé.
Cette campagne de réappropriation vise aussi à réduire le poids et l’influence des organisations syndicales, la privatisation conduisant à modifier les statuts des salariés. Cette fragilisation des travailleurs et la réduction des salaires qui y est liée crée un effet domino sur le reste de l’économie.

La Confédération Européenne des Syndicats le dénonce : « si de telles réductions sont appliquées dans le secteur public, il devient alors logique de les appliquer également dans le secteur privé. Si le salaire moyen diminue, le niveau du salaire minimum est à son tour mis sous pression. Et, si toute la structure salariale est affectée, les allocations de chômage doivent également être réduites afin de rétablir des incitants financiers pour que les chômeurs se remettent au travail. C’est ainsi que les réductions de salaires dans le secteur public constituent la première étape d’une très forte spirale sociale négative ».

La recherche de cet effet domino est clairement exprimée dans les textes européens. Citons le pacte pour l’Euro+ de 2011 qui mentionne qu’il faut réduire les dépenses dans le secteur public et « veiller à ce que les accords salariaux dans le secteur public viennent soutenir les efforts de compétitivité dans le secteur privé ».

Autant de raisons de lutter pour les travailleur-se-s des services publics et autant de raisons pour les soutenir dans leurs luttes !

Myriam Djegham,
de l’alliance contre le TTIP et le CETA, l’Alliance D19-20
Photos : collectif krasnyi



Suivre la vie du site fr    ?    |    titre sites syndiques OPML   ?  


Site réalisé avec SPIP