Octobre 2017
LMMJVSD
2526272829301
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
303112345

Novembre 2017
LMMJVSD
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123

Décembre 2017
LMMJVSD
27282930123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031


Accueil du site > FR > Agenda

Street rave contre la Sabam

samedi 27 juin 2015 / 
14h Rues de Bruxelles (plus d’info sur FB)

Le 27 juin une ‘street rave’ contre la Sabam est organisée à Bruxelles. Des gens de toutes sortes danseront dans les rues pour exprimer leur mécontentement par rapport aux pratiques injustes et souvent absurdes de l’association des droits d’auteur. Sur l’événement Facebook déjà 16.000 personnes se disent présentes à cet évènement pour soutenir cette action. Une liste signée est établie par un nombre croissant d’organisations.

➡ Le monde de la musique a besoin d’une alternative.

➡ En tant qu’artistes, nous constatons que l’affiliation à la Sabam n’assure pas automatiquement le paiement des droits.

➡ Nous demandons que les revenus soient répartis honnêtement entre les artistes.

➡ Nous demandons que la Sabam ne s’oppose pas aux artistes qui souhaitent partager leurs créations avec le monde.

➡ Nous demandons que la Sabam soit plus flexible et reconnaisse l’utilisation non commerciale de la musique.

➡ Nous demandons à la Sabam d’étendre l’éventail d’options et de cautionner Creative Commons

➡ Nous demandons un système de droits plus souple, sans sanctions et menaces excessives

➡ Nous demandons que la Sabam devienne une organisation (publique) sans but lucratif, et ne soit plus organisée comme une entreprise privée

➡ Nous demandons que la Sabam n’interprète pas la loi uniquement dans son propre intérêt, mais dans l’intérêt de ses affiliés ou du monde de la musique

➡ Nous demandons que la Sabam soit plus transparente : quels sont les revenus qui rentrent ? Quelles sont les dépenses et à qui sont-elles consacrées ?

➡ Nous demandons de la clarté quant aux artistes affiliés à la Sabam ou pas

➡ Nous ne voulons pas payer pour des artistes qui ne sont pas affiliés et c’est à la Sabam de prouver qui est affilié

➡ Nous demandons qu’une solution sérieuse et honnête soit trouvée dans l’intérêt de tous, nous demandons dès lors un débat public sur les droits d’auteurs

═══════════════════════════════
PARTICIPER ?
═══════════════════════════════

Vous pouvez rejoindre la lutte en plusieurs façons :

➡ Vous faites un video ou vous expliquer pourquoi vous n’aimez pas la Sabam et vous le mettez online (en dessous plus d’info).

➡ Vous faites une donation par http://tinyurl.com/prm4bod , comme ça on peut couvrir les frais de la soirée.

➡ Vous signez l’action avec votre organisation ou entreprise par envoyer un email au sabamstreetrave@gmail.com.

➡ Vous venez avec un système de sonorisation sur votre camion ou cuistax et vous construisez une fete dans le parade. Vous pouvez s’inscrire par sabamstreetrave@gmail.com.

Si vous avez encore des questions vous pouvez toujours envoyer un email à sabamstreetrave@gmail.com. On vous réponds dés que possible !

Faire la vidéo :

➊ Réalise un petit film avec ton gsm ou ta webcam.
➋ Exprime pourquoi tu es outragé par Sabam.
➌ Demande aux gens de faire la même chose et partage le sur internet.
➍ Invite tout le monde à manifester contre Sabam le 27 juin à Bruxelles.

SABAM pourrait être mieux !
░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░

Au printemps 2011 le programme de télévision ludique Neveneffecten dénonce les pratiques de la Sabam dans une émission télévisée qui a fait fureur. Quatre ans plus tard, il semble n’y avoir pas beaucoup de changements dans la façon dont la Sabam se fait partout de l’argent. Au contraire, ils semblent toujours aller plus loin dans l’absurdité. Récemment on parle d’une chasse qui viseraient les internautes et les sites web personnalisés dans lequels sont intégrés une vidéo Youtube, pour les obliger à payer des droits. Alors même que cela est à l’encontre d’un arrêt de la Cour Européenne de Justice datant de 2014. Les crèches paient des sommes énormes chaque année parce que les bébés écoutent aussi de la musique ! Une station de radio bruxelloise ne peut plus diffuser sa propre antenne dans sa propre cuisine, car, même pour cela, il y a des droits à payer. SABAM veut de l’argent. De préférence, autant que possible, et la façon de l’obtenir est dépourvue de pertinence. Tout ceci alors que l’organisation a normalement pour objectif de protéger les artistes et leurs droits d’auteurs. Ça pourrait être mieux !

Si les petits et grands organisateurs de fêtes non commerciales, les petits artistes et le milieu socio-culturel ne voient pas vraiment une nécessité à la défense de leurs droits d’auteurs, c’est qu’une alternative est nécessaire ! La logique très commerciale de la SABAM va à l’encontre de celle du monde socio-culturel qui a pour but de former un contrepoids dans une société de consommation et de commercialisation excessive. C’est justement ceux qui cherchent à offrir des possibilités et des chances à des talents naissants qui sont les premiers à être punis.

Nous notons qu’une inscription à la ‘coopérative’ Sabam ne conduit pas nécessairement à un versement de droits d’auteur. Les recouvrements généreux que SABAM rassemblent sont calculés et distribués d’une façon ambiguë et peu claire. Comme si vous payiez chaque année un montant pour vous assurer et que finalement l’assurance n’intervenait pas en cas d’accident.

En tant qu’artiste, ne pas vous inscrire à la Sabam est à peine une option. Cependant, pour les petits artistes l’inscription est coûteuse, et, en fin de compte, rapporte moins qu’elle ne coûte. De cette façon, la SABAM atteint le contraire de son objectif déclaré. C’est comme si un citoyen pauvre devait payer un impôt minimum qui était supérieur au versement qu’il reçoit du CPAS.

Si en tant qu’organisateur vous jouez ou programmez de la musique qui n’est pas inscrite à la Sabam, c’est à vous de le prouver, et en attendant cette preuve on vous oblige à avancer la somme de l’amende supposée.

À l’inverse, à chaque occasion où la Sabam vous envoie une facture, ce devrait être à eux de prouver pourquoi vous avez à payer. Sinon, c’est comme si vous payiez une amende pour excès de vitesse avant même de rentrer dans votre voiture.

Nous demandons donc un débat ouvert avec la SABAM pour mettre un terme au dépouillement des petits artistes et des initiatives non-commerciales. Nous demandons un débat sur la transparence dans l’organisation, ses procédures et ses finances. Nous demandons plus de possibilités pour les petites initiatives et artistes, pour jouer et écouter de la musique sans taux minimal.

STREETRAVE
░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░

Le 27 Juin, une ‘street rave’ défilera dans les rues de la capitale. Plusieurs fanfares, installations sonores et musiciens déguisés en inspecteurs de droits d’auteur défileront pour accuser les procédés et les pratiques injustes de la Sabam en partageant leurs actes et créations musicales.

Si vous voulez participer à cette parade avec votre fanfare, votre camion sonore ou votre scène mobile, contactez l’organisation à l’adresse suivante : sabamstreetrave@gmail.com

Si vous souhaitez soutenir cette action il est possible de faire partie d’une liste de soutien que vous pouvez trouver sur notre page Facebook. Pour faire partie de cette liste ou partager le nom de votre organisation sur le mur de l’évènement Facebook.

CROWDFUNDING
░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░░

En ce moment, aucune demande pour cet évènement n’a été déposée auprès de la Sabam. SI c’était le cas cela pourrait devenir très coûteux avec (pour l’instant) 16 000 fêtards qui confirment leur présence. Cependant, un projet de crowdfunding a été créé pour tenter de résister à la puissance de la SABAM.

Comme un clin d’oeil nous proposons, si nous récoltons 275.000.000 euros, de racheter l’organisation pour améliorer ses objectifs sociaux et culturels. Nous nous rendons bien compte que nous n’atteindrons pas ce montant, et c’est pour cette raison que nous avons aussi fixé des objectifs réalistes : si nous récoltons 10 000 euros, nous organiserons une caravane vestive de Gand jusqu’à Liège. Si nous récoltons 60 000 euros, nous voulons explorer la possibilité d’établir une SABAM alternative. Mais dans un premier temps nous cherchons 200 personnes qui puissent contribuer à hauteur de 10 euros chacun pour financer l’impression des dépliants et des autocollants, pour louer des talkies-walkies, pour assurer les premiers secours, la location de générateurs électriques et de camions, etc. En échange, chaque contributeur recevra 10 ans de chance et de bonheur, une affiche à coller sur sa fenêtre côté rue ou une pile d’autocollants avec l’insigne ‘SABAM pourrait être mieux !’ Si vous ne pouvez pas contribuer financièrement vous pouvez signer pour soutenir notre action avec votre organisation ou entreprise. Vous pouvez également vous joindre à notre défilé avec un système de son sur un camion, un kwistax ou d’autres installations mobiles et artistiques, ou juste venir danser l’âme de votre corps, le samedi 27 Juin à 14h dans le centre de Bruxelles.

http://tinyurl.com/prm4bod


Suivre la vie du site fr    ?


Site réalisé avec SPIP