24 mai 2018

Non, le gouvernement Michel ne doit pas rester jusqu’en 2019 !

19h PianoFabriek – salle Cadzand. Rue du Fort, 35 – 1060 (...)

24 mai 2018

Culture et résistance. Récits de coopération culturelle entre Belgique et Palestine

19h Palais des beaux-arts. Rue Ravenstein, 1000 Bruxelles

24 mai 2018

César- Trio de Chile

20h Art Base. 29 rue des Sables, 1000 Bruxelles

25 mai 2018

Permanence à l’Atelier - clandestin - sérigraphie

16h 71 rue de Liedekerke - 1210 Bruxelles

25 mai 2018

Conférence sur l’Iran

18h Intal. Chaussée de Haecht 53, 1210 Bruxelles

26 mai 2018

Améliorons la gestion des matières organiques à Bruxelles

10h>15h Tour & Taxis Avenue du Port 86C / 3000, 1000 (...)

26 mai 2018

Vegan Street Festival | Brussels 2018

10h>22h Marché Aux Poissons - 1000 Bruxelles

26 mai 2018

Ledendag Cubanismo.be - Latijns-Amerika : Democratie onder vuur ?

12u Haachtesteenweg 53, 1210 Bruxelles

26 mai 2018

Ramassage collectif de déchets à Schaerbeek

14h Place Lehon, 1030 Bruxelles

26 mai 2018

Comment la Belgique et les USA ont installé une dictature au Congo

14h Horloge du Sud. Rue du Trône 141 - 1050 Bruxelles


Accueil > FR > Articles > Infos

Tentative de suicide d’une jeune fille dans un centre fermé

Traitements inhumains et dégradants contre une jeune fille ayant tenté le suicide au centre fermé caricole à Steenokkerzeel

​​Le 18 octobre, une jeune fille a tenté le suicide dans le centre fermé où elle était détenue depuis son arrivée en Belgique, le 29 septembre dernier. ​Elle​ fu​yait​ un mariage forcé dans son pays d’origine. Arrêtée à l’aéroport, immédiatement placée en détention au Caricole, cette jeune femme fragilisée avait déjà commis une tentative de suicide avant sa fuite, écrasée par la menace du mariage forcé.

Dans le centre elle s’est confiée à une psychologue, pour ensuite découvrir que cette dernière avait partagé le contenu de leur échange avec le reste du personnel. La jeune fille a demandé un rendez-vous avec la direction, inutilement. Le 18 octobre elle s’est coupée les veines dans la douche. "J’étais en prison dans mon pays et maintenant je suis en prison ici", a-t-elle expliqué à une amie au téléphone, peu avant son geste.

Après sa tentative de suicide, le personnel du centre l’a placée en régime d’isolement dans les locaux du service médical. Son GSM lui a été retiré. Elle ne peut l’utiliser que sous surveillance et pour une durée limitée. Elle n’a pu prendre une douche, se brosser les dents ni changer de vêtements depuis qu’elle a essayé de se suicider. Elle a refusé de manger et de boire pendant plusieurs jours, suscitant ce commentaire sarcastique chez un employé du centre : "Si au moins c’était pour des raisons politiques !". Elle a perdu 7 kilos.

Puisqu’elle n’a pas réussi à se tuer, le Caricole se charge de le faire à sa place.

Le personnel du centre a essayé d’entraver toute communication avec ses co-détenus et avec les soutiens extérieurs. Une amie qui souhaitait lui rendre visite a été informée au dernier moment que la visite était annulée car la jeune fille devait "aller chez le dentiste", ce qui n’était qu’une excuse. Alerté, son avocat est immédiatement intervenu pour dénoncer l’inacceptable comportement du centre. L’amie a pu la rencontrer et la convaincre à boire quelque chose. Elle a constaté que ses conditions physiques sont extrêmement préoccupantes.

Sans la mobilisation de ses ami.e.s et soutiens, cette ​jeune fille serait aujourd’hui seule, désarmée face aux abus du personnel du centre, qui n’a pas hésité à infliger des traitements inhumains et dégradants à une personne dont l’état de santé, physique et psychologique, exigeait un suivi et une assistance adéquats. Rappelons que la Belgique a déjà été condamnée plusieurs fois par la Cour européenne des droits de l’homme pour traitements inhumains et dégradants infligés à des détenus souffrant de troubles mentaux.

Le personnel du centre a en outre menti à plusieurs reprises aux ami.e.s et soutiens de la jeune fille sur son état et sur ses possibilités de communication avec l’extérieur. Ces mensonges éhontés sont de plus en plus fréquents : rappelons ici le cas de la dame ayant récemment fait une fausse couche au Caricole, fausse couche niée par le personnel du centre mais constatée par un médecin extérieur qui a eu accès au dossier médical de la détenue.

Nous exigeons la libération immédiate de cette jeune fille et pointons du doigt la responsabilité de la direction du centre Caricole dans les cas d’abus et de mensonges qui se multiplient. Le Caricole, comme tous les centres fermés, se confirme un lieu de non-droit qui broie des vies en produisant une spirale de violences et d’impunité.

CRER – Collectif contre les Rafles, les Expulsions et pour la Régularisation
sur FB


Le centre fermé "le caricole" :
Chaussée de Tervuren 302, 1820 Steenokkerzeel
TEL : 02 719.71.10 / 09
FAX/ 02 759.81.68

La construction de ce nouveau centre fermé à côté du 127 bis a commencé en mai 2009. Il devait être terminé fin 2010. Il a finalement été inauguré en avril 2012 et est fonctionnel depuis mai 2012. Le nouveau centre remplace le centre 127 et le centre INAD, et il dispose de 90 places.

L’architecture du « Caricole » tant externe (circulaire) qu’interne (cellules individuelles) en fera le centre le plus clairement carcéral. Les prisonniers(ères) n’ont pas de vue sur l’extérieur et un accès direct entre le centre et l’aéroport, pour éviter les transferts par les routes extérieures. Nominé pour le Belgian Prize for Architecture and Energy 2011

Site du projet architectural

Vidéo d’une manifestation contre le centre fermé Caricole interdite :



Suivre la vie du site fr    ?    |    titre sites syndiques OPML   ?  


Site réalisé avec SPIP