17 octobre 2017

On a une trop bonne idée ! Changer la société, lutter contre les inégalités...

18h Théâtre Saint-Michel. Rue Père Eudore Devroye 2, 1040 (...)

17 octobre 2017

Rencontre-Débat. Les enjeux du Féminisme aujourd’hui - Regards Nord-Sud

18h30 Mundo-B. rue d’Edimbourg 26 - 1050 Bruxelles

18 octobre 2017

Projection du coffret dvd sur l’immigration marocaine en Belgique

9h30 Espace Magh. Rue du Poinçon 17, 1000 Bruxelles

19 octobre 2017

Jeudi du Marxisme - Révolution de 1917 : histoire ou actualité ?

19:30 - Pianofabriek, Rue du Fort 35 - 1060 Saint-Gilles

19 octobre 2017

Try It Loud : Soirée Slameke

20h Pianofabriek. Rue du Fort 35 - 1060 Bruxelles

20 octobre 2017

Manif : Liberté pour Georges Abdallah !

17h30 Boulevard du Régent 42, 1000 Bruxelles

20 octobre 2017

Brasil Balada Mix

20h Rue des Goujons 152 - 1070 Anderlecht

23 octobre 2017

Conspirateurs et Révolutionnaires. Rubino et les autres

18h30 Garcia Lorca. Rue de Foulons 47-49 Bruxelles

24 octobre 2017

Manifestation contre le blocus contre Cuba

17h30 Vieux marché aux grains 1000 Bruxelles

25 octobre 2017

STOP aux violences envers les femmes

14h Gare Bruxelles Nord. 1030 Bruxelles


Accueil du site > FR > Articles > Infos

Etat répressif, droits régressifs - ZIN TV et ATTAC se constituent partie civile contre la Police fédérale

Communiqué de presse - 16 décembre 2015

« Etat répressif, droits régressifs - ZIN TV et ATTAC se constituent partie civile contre la Police fédérale »

Suite aux événements du 15 octobre 2015 durant lesquels les forces de l’ordre ont porté atteinte à la liberté de presse et à la liberté d’expression de deux de leurs reporters en procédant à leur arrestation, en confisquant leur matériel et en détruisant les images récoltées, ZIN TV et ATTAC Bruxelles se joignent pour porter plainte contre la police fédérale et se constituer partie civile devant un juge d’instruction.

Nous ne pouvons tolérer une telle atteinte à nos libertés et à nos droits fondamentaux, qui constituent l’essence de nos démocraties : sans eux, que reste-t-il ? Nous tenons à préciser que nous sommes particulièrement attentifs à ces questions et appellerons tout un chacun à se mobiliser dès que nécessaire.

Nous sommes désormais en mesure d’annoncer que nous avons pu reconstituer une partie des images effacées de la carte mémoire de notre caméra grâce à l’aide d’Anonymous, qui nous a indiqué la procédure à suivre pour récupérer ces données. Ce faisant, nous avons pu réunir les preuves nécessaires afin de nous présenter devant le juge d’instruction en vue de déboucher, si possible, sur un renvoi devant le Tribunal correctionnel.

Par conséquent, nous pouvons affirmer que nous sommes en mesure d’identifier le/la/les agent(e)s de police impliqué(e)s dans cette affaire.

* * *

Résumé des faits

ATTAC et ZIN TV sont partenaires réguliers. Nous avons par exemple coproduit le film « Dexia, la démocratie confisquée. »

C’est dans le cadre de l’une de nos collaborations que l’affaire dont il est ici question a vu le jour. Thomas Michel, employé d’Attac Bruxelles, et Maxime Lehoux, ont couvert la manifestation de protestation contre le TTIP pour ZIN TV dans le cadre de la Permanence Vidéo des Luttes Sociales. Ils s’y sont fait encercler par les forces de l’ordre alors qu’ils filmaient et se sont identifiés en tant que reporters pour ZIN TV avant d’être arrêtés, menottés à l’aide de colsons et embarqués à la caserne d’Etterbeek.

Après avoir les avoir détenues dans la caserne, la Police a finalement décidé de libérer les personnes qu’elle avait arrêtées et de les redéposer à la Porte de Halle. M. Michel s’est alors à nouveau muni de sa caméra pour filmer la scène. C’est à cette occasion que sa caméra a été saisie et que toutes les données – en ce compris celles récoltées durant les journées – ont été effacées par un(e)/des agents de police.

Nous tenons à signaler qu’aucun des collègues de ce/cette/ces agent(e)s de police ne sont intervenus pour le/la/les en empêcher.

Nous tenons à rappeler que selon le bilan des atteintes à la liberté de la presse, publié par la Fédération Européenne des Journalistes et les experts de l’organisation britannique Index On Censorship, il s’agit ici de l’une des atteintes les plus graves à la liberté de la presse enregistrées dans les derniers mois en Belgique.

Nous invitons tous les citoyens qui empoignent leur caméra pour filmer les actions (ou dérives…) de la police à ne pas se laisser intimider par les menaces éventuellement proférées, car il s’agit d’un droit inaltérable et la police agit illégalement lorsqu’elle essaye de forcer la suppression de données sur un support tel qu’une caméra, un appareil photo, un smartphone, etc. Le fait d’être photographié ou filmé durant leurs interventions ne devrait pas constituer une gêne pour des agents de police n’ayant rien à se reprocher.

Toute personne ayant subi une atteinte à son droit de filmer ou de photographier est invitée à contacter ZIN TV : nous enregistrerons votre témoignage afin qu’il puisse contribuer à mettre en lumière ce phénomène illégal et pourtant croissant, qui menace directement nos libertés, en tant que journalistes et en tant que citoyens.

Une suite d’événements visant à médiatiser le procès dont il est ici question mais aussi la question de la liberté de la presse et de la liberté d’expression en général auront lieu courant 2016. Nous vous tiendrons informés en temps voulu.

ZIN TV & ATTAC

PDF - 140.2 ko

Pour être tenu au courant par facebook de nos productions, activités et formations... n’hésitez pas à nous "aimer".



Suivre la vie du site fr    ?


Site réalisé avec SPIP