17 janvier 2020

Vers une monnaie mondiale privée dominant les États

19h30-22h30 La vénerie / Espace Delvaux Rue Gratès, 3, 1170 (...)

18 janvier 2020

Réinventons la démocratie

13h Théâtre Marni 25 rue de vergnies 1050 Bruxelles

22 janvier 2020

Dénonçons la criminalisation organisée des migrants en passage

19h La Maison Qui Chante 122 rue du Viaduc 1050 Bruxelles

25 janvier 2020

Rebellion au Chili - Films, rencontres, concert

20H TRI POSTAL. Av Fonsny 48, 1060 Bruxelles - Gare du (...)

29 janvier 2020

Ciné-débat : "Chez Jolie Coiffure" + Salon de coiffure alternatif

18h-21h30 PointCulture 145 rue Royale 1000 Bruxelles

6 février 2020

Réalités migratoires et représentations médiatiques en Belgique

9h30-16h30 Pianofabriek (salle Casablanca), 35 rue du Fort 1060 (...)

13 février 2020

Midi info : Désobéir à la loi face à l’urgence climatique ?

12h30-14h Boulevard Léopold II 184D, 1081 Bruxelles

13 février 2020

Pinochet : livre sur sa biographie militaire et politique

19h Maison de l’Amérique Latine, rue du collège 27, 1050 (...)


Accueil > FR > Articles > Infos

Filmer la police est un droit ! début du procès de Zin TV & ATTAC

Ce mardi 14 novembre 2017 a débuté l’action en justice de Zin TV et ATTAC contre des policiers ayant saisi la caméra d’une équipe de tournage et effacé des données vidéos des cartes mémoires. Les inculpés étant néerlandophones, le parquet a demandé que l’affaire soit jugée par la chambre du conseil néerlandophone. une nouvelle date sera fixée ultérieurement.

Les faits datent d’octobre 2015, lors d’une manifestation à Bruxelles contre le TTIP (Traité transatlantique de libre-commerce). Dans cette affaire, le comité P a confirmé qu’un policier ne peut pas supprimer lui-même ou imposer la suppression des images à la personne les ayant réalisées. Un rappel à la norme a eu lieu par ailleurs pour l’ensemble du personnel de la zone de police Bruxelles Capitale/ Ixelles.

En marge du procès, un rassemblement a eu lieu le 14 novembre 2017 au pied du palais de justice de Bruxelles, suite à l’appel de la Ligue des Droits de l’Homme, Obspol et d’autres organisations qui sont venues exprimer leur soutien.

La question ne concerne pas uniquement la corporation de la presse mais tous les citoyens en situation de filmer la police dans ses interventions, que ce soit en manifestation, lors d’arrestations, d’expulsions ou encore plus récemment lors des rafles qui ont eu lieu au parc Maximilien où les migrants, les volontaires de la plateforme citoyenne de solidarité aux réfugiés ainsi que des photographes ont subi des intimidations et des violences alors qu’ils filmaient les interpellations et les arrestations. Ils se sont fait saisir leurs téléphones, certaines photos et vidéos ayant été effacées par les agents de police, en toute illégalité.

D’autres procès et rassemblements importants ont lieu cette semaine :

1. ce mercredi 15 novembre, en soutien aux 6 passagers qui ont refusé de boucler la ceinture pour empêcher l’expulsion d’un "sans papiers" lors d’un vol Belgique - Cameroun.

2. Ce jeudi 16 novembre a lieu également le procès en appel du policier condamné le 19 décembre 2016 pour les violences commises sur Moad en 2013.



Suivre la vie du site fr    ?    |    titre sites syndiques OPML   ?  


Site réalisé avec SPIP